Bordeaux

L’UBB champion d’automne

Certes, c’est un titre honorifique mais titre quand même pour l’UBB qui courrait après une reconnaissance depuis sa montée en Top 14 en mai 2011 en s’imposant face à Albi à Armandie.

Voilà sans doute une des choses après laquelle Urios aspirait pour redonner une identité réelle et flatteuse, à cette UBB qui clumait un peu en Top 14 depuis neuf ans sans jamais avoir eu vraiment à lutter pour son maintien et qui terminait régulièrement entre la septième et la dixième place sans pouvoir accéder aux phases finales, enlisée dans le ventre mou du Top 14. Maintenant qu’elle est en haut de l’affiche l’UBB a un nouveau statut à maintenir et la lutte va être chaude mais enthousiasmante, car il y a un des qualifiés habituels qui risque de ne pas trouver de place dans cette solide empoignade, la deuxième partie du championnat va être un vrai suspense. Ce qui reste surprenant c’est qu’avec un effectif seulement un peu renforcé l’UBB réussit un parcours plus que correct dans cette saison 2019/2020, démontrant l’apport remarquable de Christophe Urios qui a su redonner confiance à cette équipe complètement disloquée par le management de Rory Teague et ce dans un temps record auquel pas grand monde croyait. Il a su retrouver l’adhésion populaire autour du club et de ses joueurs ramenant à Chaban pour cette rencontre fratricide plus de 28.000 spectateurs et il lui a rendu son âme.

Lesgourgues ceinturé par un adversaire

Comme à son habitude, l’Union a attaqué son match pied au plancher à tel point que le premier essai est marqué un peu moins de deux minutes après le coup d’envoi et que l’action lancée par Dubié est conclue par le même Dubié même si l’on a pu croire un instant que c’est Lesgourgues qui avait marqué. Le ton est donné d’entrée avec ce départ sur les "chapeaux de roues" et l’UBB va dominer cette première mi-temps même si elle est amenée à jouer à 14, Dubié ayant pris un jaune qui aurait pu être un rouge, mais Rouet est retombé sur l’épaule, heureusement l’exclusion ne sera que temporaire. L’UBB s’est vu refuser un deuxième essai à la neuvième minute mais il est refusé pour un en avant au départ laissant beaucoup de déception au public. Jouer à quatorze ne va nullement inquiéter les locaux qui continuent à mettre la pression malgré que les visiteurs marquent une pénalité mais qui va s’avérer des points sans suite. La première mi-temps va voir les bordelo-béglais marquer au total trois essais assurant le bonus offensif dès avant la mi-temps en montrant un rugby agréable et réaliste, devant comme derrière. Le public espère à la mi-temps, pouvoir suivre un match aussi intéressant en seconde mi-temps avec plus d’essais pour les locaux.

Lamerat, Kovekalou et Kaulashvili

Malheureusement la seconde mi-temps va laisser tout le monde sur sa faim car les bordelo-béglais vont balbutier leur rugby et les bayonnais vont installer les barbelés et ne rien lâcher. Est-ce que les bordelais se sont vus trop beaux ou ont-ils cédé à l’euphorie, toujours est-il qu’ils ne sont pas arrivés à sécuriser le bonus offensif tout en dominant, mais commettant trop d’erreurs dans la zone de marque. Malgré le changement de charnière à la soixantième minute avec l’entrée de Lucu et Jalibert à la place de Lesgourgues et Botica, tous deux à créditer d’un bon match puis l’entrée d’Higginbotham à la place de Tauleigne et Radradra à la place de Dubié à la soixante septième minute, l’UBB va franchir sans parvenir à aller au bout. Même l’impact player Kovekalu auteur de quelques rushs dévastateurs n’a pu inverser la tendance. C’est donc une UBB un peu en panne et un Aviron Bayonnais très motivé qui vont terminer cette seconde mi-temps sur un singulier 0 à 0 tout à l’honneur des visiteurs qui ont su éviter de repartir les valises pleines. Les places pour le maintien vont être terriblement disputées avec le retour du Stade Français qui a disposé du Stade Toulousain et un Brive qui a failli surprendre Montpellier sur son terrain. En haut comme en bas, rien n’est joué, car c’est au soir de la vingt-sixième journée qu’il faudra être en haut.

Cros tente de s’arracher soutenu par Tauleigne ; au second plan Pélissié, Flanquart et Paiva

Union Bordeaux Bègles : 22 (3 essais Dubié 2ème, Douglas 25ème, Lamerat 36ème ; 1 pénalité Botica 39ème ; 2 transformations Botica 4ème, 37ème)

Aviron Bayonnais : 3 (1 pénalité Lafage 22ème)

Ecrit par Bernard Lamarque

Co-fondateur et rédacteur en chef de Bordeaux Gazette


Recherche

Nous suivre

Vous pouvez nous suivre sur les différents réseaux sociaux ci-dessous!


Newsletter!

Recevez directement le nouvelles actualités de Bordeaux Gazette.

Sur le même sujet

Bordeaux Gazette Annuaire

Et si je vous racontais...

Chapitres : 1
Vendanges et Immortalité

Chapitres : 1 - 2 - 3 - 4
Voyage, Voyage !

Chapitres : 1 - 2 - 3
Mecarecit 2035

Chapitres : 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7
Bienvenue à Sainte Gueille

Chapitres : 1 - 2 - 3
On ne refait pas l’histoire

Nous suivre sur Facebook

Agenda