Bordeaux

Campagne pour le nom du nouveau grand stade de Bordeaux

Vincent Maurin est très admiratif de l’action de Nelson Mandela qui a permis de sortir de l’apartheid sans effusion de sang, surtout grâce au sport. Souhaitant donner un nom à une structure de portée internationale avec en particulier la Coupe d’Europe des Nations qui se profile, il a proposé à Alain Juppé d’appeler le futur stade du nom de celui qui est le père de l’Afrique multiraciale à travers son action en Afrique du Sud.

Vincent Maurin se souvient du temps lointain où il était contre l’apartheid et soutenait l’action de Nelson Mandela alors que peu de gens en France se souciaient du sort du prisonnier de Robben Island, et souvent ne savaient même pas de qui il s’agissait. La voie de celui qui appartient aujourd’hui au patrimoine mondial de l’humanité va s’éteindre définitivement et l’élu du conseil municipal de Bordeaux trouve que donner un nom aussi prestigieux au nouveau stade ce serait une manière de tirer un trait définitif sur le passé négrier de la capitale de l’Aquitaine. Pour se faire il lance un appel à la constitution d’un collectif «  Pour un stade Nelson Mandela à Bordeaux » et d’ores et déjà la Fondation Lilian Thuram a apporté son soutien. La démarche de l’élu est plus positive que négative dans cette affaire même s’il égratigne le choix du PPP qui à Lille par exemple s’est avéré être un mauvais choix avec pour conséquence la reprise de l’affaire par la ville. Vincent Maurin lors de sa conférence de presse avenue de la jallèreIl considère aussi qu’un tel équipement ne doit pas servir que les intérêts privés car pour lui il s’agit d’un bien collectif public. Sa charge la plus déterminée est à l’encontre du "naiming" qui consiste à louer contre monnaie sonnante et trébuchante le stade pour lui mettre "une étiquette" modifiable selon les intérêts du moment. Bien sur, tout ceci remet en cause le financement du stade mais il ne veut pas que Bordeaux se sacrifie sur l’hôtel du foot-business. Son souhait est d’ "honorer un homme et son combat universel en faveur du respect des droits des peuples, ayant permis au sport à la fois d’être une clé de la mobilisation mondiale contre l’apartheid et une clé de la réconciliation post apartheid". C’est vrai qu’à l’heure où on regarde la composition de l’équipe des U 20 la proposition ne manque pas de bien fondé. Point de litige s’il en était, après le film "Invictus" de Clint Eastwood, le nom de Mandela est plus facilement associé aux Springboks qu’aux Bafana-Bafana. Le rugby c’était le sport des Afrikaners et il faut se souvenir que le rugby a pesé d’un poids non négligeable dans la lutte contre l’apartheid. Il n’y aura aucune rencontre de rugby entre la France et l’Afrique du Sud pendant 12 ans. Cette dernière étant mise au ban des nations, seule l’abolition de l’apartheid en 1991 lui permettra de réapparaître dans le concert sportif international avec un football sortant de 30 ans d’isolement. Pour le président du RCT Mourad Boujellal "Mandela, c’est rendez-vous avec l’histoire, c’est plus qu’un destin, c’est tout simplement hors-norme". Ce futur stade reste destiné à recevoir aussi bien le rugby que le foot et vice versa, et Mandela a aussi été un solide soutien de l’équipe de football de son pays. Alors, sans qu’il y ait de conflit entre Jean-Louis Triaud et Laurent Marti ce nouveau stade se verra-t-’il doté d’un patronyme hors-norme ?

Ecrit par Bernard Lamarque

Co-fondateur de Bordeaux Gazette


Recherche

Nous suivre

Vous pouvez nous suivre sur les différents réseaux sociaux ci-dessous!


Newsletter!

Recevez directement le nouvelles actualités de Bordeaux Gazette.

Et si je vous racontais...

Chapitres : 1 - 2 - 3 - 4
Chloé n’est pas ce qu’elle croit

Chapitres : 1 - 2 - 3
La chaise vide

Chapitres : 1 - 2 - 3 - 4
Querelle de voisinage

Chapitres : 1 - 2 - 3 - 4
Mascarade

Chapitres : 1 - 2 - 3 - 4 - 5
Cordélia et son fantôme

Nous suivre sur Facebook

Agenda