Bordeaux

Bordeaux : Chaban restera Chaban

Le naming du Stade Chaban-Delmas est enterré et l’ancien trois-quart du CA Béglais n’a plus aucune raison de se retourner dans sa tombe mais le fossé semble se creuser entre l’UBB et la mairie.

Laurent Mati en prenant la parole dans les colonnes de Sud-Ouest a mis sur la place publique un débat aux allures politiques avec l’opposition se prononçant pour le naming. Cazenave et Florian réunis sur la même ligne avec en prime le petit-fils de l’ancien maire de Bordeaux donc du même nom prêt à négocier cette identité face à la municipalité actuelle qui semblerait ne pas vouloir aider financièrement le rugby bordelo-béglais. Cette enceinte a été bâtie sur le "Parc des Sports de Lescure", parc inauguré en 1924 dont la ville dans les années suivantes a acquis la propriété. Le stade y sera mis en construction en 1935 sous la direction de l’architecte Raoul Jourde et inauguré en 1938 à l’occasion d’un match de Coupe du Monde de Foot-ball entre le Brésil et la Tchécoslovaquie. Pendant très longtemps on a connu ce stade sous l’appellation exclusive de Stade de Lescure sans jamais lui accolé celui d’Andrien Marquet, maire d’alors. Ainsi depuis les années de sa construction on a toujours parlé du Stade de Lescure jusqu’à ce qu’il soit rebaptisé Stade Jacques Chaban-Delmas en devenant dans l’expression populaire "Chaban" dans lequel l’UBB a conquis sa qualification pour sa première demi-finale du Top 14 devant malheureusement seulement une petite poignée de spectateurs alors qu’elle était habituée a bien mieux.

Laurent Marti, président de l’UBB

Bien sur la Covid à le dos large mais il est bien évident que c’est l’absence de spectateurs qui est à l’origine des inquiétudes financières du président car il est flagrant que de passer de premier public d’Europe à aucun spectateurs durant pratiquement deux saisons crée un trou énorme dans la trésorerie du club. Alors entre les accusations "Ils ont refusé pour des raisons idéologiques, je le déplore" et les explications technico-juridiques du maire répondant aux doléances :
Le « naming » d’un bâtiment municipal est soumis à des règles d’appel d’offres, ne donnant aucune garantie au partenaire choisi par l’UBB qu’il en soit le lauréat : d’autres candidats régionaux ou nationaux pouvaient dès lors mettre à mal l’accord prématuré entre Laurent Marti et Benjamin Salah, directeur général de Human Immobilier.
Par ailleurs, les recettes de cette opération reviendraient légalement à la Ville et non pas au club. Les règles de versement des subventions des collectivités aux clubs sportifs professionnel sont rigoureusement encadrées et liées à des missions d’intérêt général.
La mairie conclut : Face à ces difficultés, nous avons souhaité entamer des discussions avec Laurent Marti et Benjamin Salah, afin de trouver conjointement de nouvelles modalités permettant à ce partenaire d’augmenter sa contribution au fonctionnement du club. Suite à la prochaine péripétie.

Ecrit par Bernard Lamarque

Co-fondateur de Bordeaux Gazette


Recherche

Nous suivre

Vous pouvez nous suivre sur les différents réseaux sociaux ci-dessous!


Newsletter!

Recevez directement le nouvelles actualités de Bordeaux Gazette.

Bordeaux Gazette Annuaire

Et si je vous racontais...

Chapitres : 1 - 2 - 3 - 4
Chloé n’est pas ce qu’elle croit

Chapitres : 1 - 2 - 3
La chaise vide

Chapitres : 1 - 2 - 3 - 4
Querelle de voisinage

Chapitres : 1 - 2 - 3 - 4
Mascarade

Chapitres : 1 - 2 - 3 - 4 - 5
Cordélia et son fantôme

Nous suivre sur Facebook

Agenda