Bègles

Un Urios incisif pour engager la nouvelle saison

Pour cette conférence de presse de rentrée Christophe Urios a d’abord laissé la parole à trois joueurs représentatifs pour lui, à savoir un jeune qui a été sérieusement blessé, le capitaine et une recrue.

C’est ainsi que ce sont exprimés Geoffrey Cros, Jefferson Poirot et François Trinh-Duc en répondant à la presse présente qui les a questionnés. Geoffrey Cros manque de chance car il a dû reporter sa rentrée après avoir dû se soigner pendant des mois suite à une grave blessure au genou droit, mais dans sa malchance il a constaté que la chirurgie avait tenu, mais il en a pour quatre à six semaines supplémentaires. Il a donc passé son année à soutenir ses coéquipiers du mieux possible et "pendant ce temps là j’ai travaillé ma rééducation". En temps qu’observateur, il trouve que la saison a été super, avec trois demi-finales sur une seule saison amenant beaucoup d’expérience pour les jeunes, pour le groupe. En ce qui concerne sa blessure qui lui prédisait un an d’arrêt, il a gagné trois mois et là, il perd seulement un mois et demi. Il se considère donc comme encore en avance sur la durée initialement prévue, témoignant ainsi d’un bel optimisme. C’est un joueur très engagé, combatif et explosif aux dire du manager. Pour Jefferson Poirot, la question qui se pose c’est comment faire mieux et il répond : "C’est se souvenir du chemin parcouru, de tous les efforts fournis et au delà du simple résultat se sont les efforts fournis par tous, çà a été une saison à rallonge, tourmenté et on a perdu le cap une ou deux fois mais cela a été rapidement corrigé. Cela nous a montré tous les efforts qu’il y a à faire pour aller en demi-finale." Il reconnait que la dernière demi contre Toulouse, s’est jouée à des détails comme la discipline ou des choix de jeu pas forcément adapté a certains moments, cela peut se comptabiliser en points voire trois ou quatre qui vont faire la différence et c’est vrai que le carton de Seuténi a modifié le cours du jeu. "Tout cela nous a montré ce que l’on peut faire, car aller en demi-finale sur plusieurs compétition, le travail a payé. On était frustré de la précédente saison où on était en tête. Il faut faire au minimum les mêmes efforts et essayer d’aller plus loin." Pour lui le public a beaucoup manqué, le club en a été fortement pénalisé et le paradoxe est d’avoir joué des phases finales devant personne (Bristol, Clermont). Pour François Trinh-duc ses premières impressions sont très bonnes et il a retrouvé des joueurs qu’il avait côtoyé en équipe de France. "Je me sens bien, je prends un peu mes marques, sur l’état d’esprit, sur le projet je ma sens très bien". Ce qui lui plait c’est un projet porté sur la performance avec ce premier mois qui s’est bien passé. La défense et l’engagement ont pu être validés avec du déchet normal en attaque sur un début de saison. "Heureux avec l’envie de débuter la saison" Ce qui lui plait c’est la volonté de jouer en équipe et ne pas attendre l’exploit de l’un ou de l’autre, le projet collectif le séduit beaucoup et sa nature s’y retrouve car c’est une force collective qui fait la différence et il aime le collectif.

Un Urios inédit devant son ordinateur

Une question a immédiatement fusé sur Trinh-Duc et il a précisé que "c’est un joueur qui aime partager, il aime faire plaisir, pour nous il est surtout joueur car c’est un compétiteur. On avait besoin d’un joueur capable de porter l’équipe quand Matthieu n’est pas là et c’est un jiff". Puis c’est à l’aide de son ordinateur permettant l’affichage de documents visibles pour tous que Christophe Urios a d’abord fait le bilan de la saison de l’UBB reconnaissant qu’il avait mal mesuré l’importance du traumatisme de la défaite face à Bristol lors de la première demi-finale de ce cycle vingt/vingt et un. Il a fallu digérer la frustration de l’année précédente arrêter alors que l’UBB planait sur le championnat. Il reconnait qu’il ne s’est pas reconnu en phase avec ses joueurs en début de saison entre la défaite en demi et ce match face à Lyon qui a subit report sur report "il s’en est suivi une période compliquée". Le mois de décembre a été long avec les reports, la saison a repris de la couleur au mois de janvier "c’est dans ce mois de janvier qu’au point de vue caractère on a été les plus forts" Après il y a eu un mois de février mitigé et il y a eu surtout la claque face à La Rochelle qui a fait remonter les mauvais souvenirs de la dernière saison à Castres dans la tête d’Urios. Il a réussi à faire progresser la touche et les rucks sans pouvoir vraiment avancer sur la zone de marque. Il a fait le constat que l’UBB était un peu moins performant la deuxième année que la première, ceci étant dû à des joueurs ayant beaucoup d’impact, en citant Radradra, Tamanivalu, Cros malgré son apparente fragilité. Pour lui on a bien terminé sur la troisième demi-finale et après la frustration de la défaite il ressort une fierté d’avoir réussi une saison aussi longue, aussi difficile, aussi compliquée pour aller jusqu’en demi-finale par deux fois mais on est un peu moins performant que sur la première saison partout. "Il faut que les joueurs s’imprègnent du projet, qu’ils se l’accaparent beaucoup plus qu’ils ne l’ont fait durant cette saison". Deux grandes leçons à retenir : fierté de ce qui a été fait, progression du groupe qui prend conscience de ses moyens et qui se prend en mains. Maintenant il faut repartir mais attention prévient Urios "il faut éviter le moins d’efforts, le moins de travail" autrement dit : s’endormir sur ses lauriers, être moins exigeant et c’est la descente assurée. "Les équipes qui réussissent sont celles qui se remettent en question tout le temps et qui tout le temps mettent de l’engagement et si on n’est pas laborieux, travailleur on ne progresse pas et il faut s’y mettre tout de suite". "On est dans la troisième année du projet et on a rajouter des choses à la marge, travailler sur l’union, affiner notre style, travailler avec les leaders et cette année on a attiré de bons jeunes à la préparation". Maintenant déplacement à Pau jeudi soir avant la reprise du championnat.

Ecrit par Bernard Lamarque

Co-fondateur de Bordeaux Gazette


Recherche

Nous suivre

Vous pouvez nous suivre sur les différents réseaux sociaux ci-dessous!


Newsletter!

Recevez directement le nouvelles actualités de Bordeaux Gazette.

Bordeaux Gazette Annuaire

Et si je vous racontais...

Chapitres : 1 - 2 - 3 - 4
Chloé n’est pas ce qu’elle croit

Chapitres : 1 - 2 - 3
La chaise vide

Chapitres : 1 - 2 - 3 - 4
Querelle de voisinage

Chapitres : 1 - 2 - 3 - 4
Mascarade

Chapitres : 1 - 2 - 3 - 4 - 5
Cordélia et son fantôme

Nous suivre sur Facebook

Agenda