Mérignac

Rentrée des classes pour le Mérignac Handball

Deux mois après son titre de D2F le club phare du handball girondin est déjà lancé dans le championnat féminin élite nommé cette année ligue Butagaz Energie.

Des débuts difficiles sur le plan comptable puisque les mérignacaises comptabilisent deux défaites en autant de rencontres, la première à Nice mercredi dernier et la seconde samedi soir à domicile face à la très solide équipe de Brest. Deux rencontres différentes dans leurs scénarios mais à chaque fois Mérignac aura montré par séquences un visage intéressant et donc de bonnes raisons d’espérer une saison "les yeux dans les yeux" avec la majorité des équipes du championnat. Entre ces deux rencontres les foudroyantes étaient présentées ce jeudi dans le jardin de la mairie de Mérignac à tous les partenaires institutionnels et privés qui œuvrent depuis plusieurs années pour amener le club vers l’excellence.

Alain Anziani et Pascal Morganti

Pascal Morganti en charge du développement du haut niveau dresse les objectifs du club, tout d’abord continuer à se développer en visant pour dans deux ans un budget moyen de LFH soit 1,5 millions d’euros (entre 1 et 1,1 millions d’euros actuellement pour le MHB). Il remercie les partenaires publics et privés, rappelle l’importance de leur soutien actif et annonce la mise en place d’une cellule développement en charge d’élargir le nombre de partenaires de 100 à 150 pour l’atteinte de cet objectif budgétaire. Il va s’agir aussi de valoriser le label "Foudroyantes" associé dorénavant à l’équipe fanion et être attentif à l’éclosion des jeunes talents issus du centre de formation tout proche. Nimetigne Keita joueuse emblématique du club qui vient de stopper sa carrière aura en charge la promotion du handball auprès des jeunes dans l’environnement proche.

Dijana Radojevic

Sur le plan sportif l’ambition est d’atteindre les play-offs avec la conviction que les filles finiront fort la saison après un début d’exercice qui sera rendu difficile par quelques blessures et l’absence de la meilleure joueuse de l’an passé Audrey Deroin dans l’attente d’un heureux événement. L’effort sur le recrutement est conséquent avec les arrivés de la danoise Stine Svangard demi centre expérimentée, d’Emma et Laurie Puleri les sœurs jumelles en provenance de Toulon aux postes de pivot et d’ailière, Wendy Obein gardienne internationale d’expérience, Sanne Van Olphen l’arrière droite des Pays bas et ses 86 sélections, la demi centre serbe Dijana Radojevic et Julie Sias gauchère formée à Metz. Avec l’ossature principale de l’an passé les mérignacaises auront du répondant à n’en pas douter il restera à parfaire les réglages ce à quoi va s’attacher le nouveau coach mérignacais.

Philippe Carrara

Philippe Carrara qui remplace au poste d’entraineur Raphael Benedetto est bien conscient du challenge à relever. Et qui mieux que lui pourrait l’être pour avoir été entraîneur adjoint de l’équipe de France de handball féminin de 2013 à 2016 après un solide parcours du côté des masculins. Arrivé de Narbonne où il coachait l’équipe de N1F la saison passée il prend donc en charge un groupe pas mal remanié et bonifié à l’intersaison. Il va falloir apprendre vite déclare t’il compte tenu de la différence de niveau avec la D2, les filles absorbent bien la charge de travail et adhèrent au projet de jeu ce qui est plutôt positif. Il faut s’attendre à rencontrer des difficultés durant la saison et ne pas perdre pied quand elles seront là mais j’ai confiance en ce groupe. L’objectif est le maintien même si au club on rêve d’un peu mieux forcément ! Pour revenir sur la défaite à Nice trop d’erreurs et de pertes de balles pour le technicien mérignacais mais du caractère à plusieurs moments dans la difficulté, de quoi rassurer après cette première prise de contact dans l’inconnu.

Remise de maillot à Stine Svangaard

Effectivement il faudra apprendre vite car après Nice et Brest des opportunités vont se présenter avec des adversaires plus abordables sur le papier*, l’occasion de grappiller les premiers points ceux qui rassurent et permettent de travailler avec davantage de sérénité. Pour autant rien ne presse ce championnat propose vingt deux journées et nul doute qu’avec son effectif au complet et un peu plus de temps pour améliorer leur cohésion les girondines défendront chèrement leur place avec l’opportunité de foudroyer à l’occasion un ténor de la division.
*Mérignac se déplace à Drome handball Bourg de péage le samedi 7 septembre avant de recevoir Nantes le mercredi 11 septembre 20H Salle Jean Dauguet rue de la Benauge 33100 Bordeaux, avant un nouveau déplacement à Dijon le 14 septembre.

Ecrit par Daniel Vaquero

Photographe de sport indépendant sur la région Nouvelle Aquitaine je collabore avec Bordeaux Gazette depuis deux ans avec la diffusion de clichés et rédaction d’articles sur mes sports de prédilection ( Rugby, surf et Handball notamment).
Mon activité principale dans le domaine photo est la cession de droits de photos de sport pour diffuseurs ( clubs, collectivités,médias...)


Recherche

Nous suivre

Vous pouvez nous suivre sur les différents réseaux sociaux ci-dessous!


Newsletter!

Recevez directement le nouvelles actualités de Bordeaux Gazette.

Petites Annonces Bordeaux Gironde

Nous suivre sur Facebook

Agenda