Bordeaux

Disparition d’Emmanuelle Ajon

Bordeaux est stupéfiée par la nouvelle de la disparition brutale d’une élue municipale qui était très aimée par les gens de son bord et profondément respectée de ses adversaires. Beaucoup diront injuste à la veille de Noël et trop jeune à 49 ans pour cette vice-présidente du Conseil départementale pour qui une belle carrière politique s’ouvrait.

actualisé le 16 12 2020 à 8 heures
C’est par un court communiqué que la mairie de Bordeaux a fait part de l’événement dans les termes suivants : Emmanuelle Ajon , adjointe au maire de Bordeaux en charge du Service public du logement et de l’habitat, a été emportée brutalement par le mal contre lequel elle se battait depuis plusieurs semaines.
Le maire et son conseil municipal disent leur infinie tristesse à l’annonce de la disparition de leur collègue.
Pierre Hurmic pense « d’abord à sa famille et à tous ses proches qui sont cruellement frappés. Notre équipe municipale perd un maillon précieux, une combattante valeureuse, une humaniste.
Partie bien trop tôt, Emmanuelle Ajon aura beaucoup œuvré pour Bordeaux et la Gironde. Son courage et son engagement resteront pour nous à jamais exemplaires ».
La Ville de Bordeaux mettra ses drapeaux en berne dès demain, jusqu’aux obsèques
.
Pierre Hurmic interrogé par France 3 Aquitaine avait du mal à contenir son émotion car en Emmanuelle Ajon il perd une adjointe compétente, engagée et respectée dans tous les hémicycles où elle était présente. Elle devait au prochain renouvellement départemental abandonner sa fonction girondine pour concentrer son action sur la ville de Bordeaux.

Emmanuelle Ajon lors de l’interview qu’elle avait accordé à Bordeaux Gazette en 2014

Alain Rousset et le Conseil Régional lui ont rendu un vibrant hommage :
« Il y avait son sourire, sa réserve naturelle, son regard volontaire et la vigueur de ses combats pour plus de justice sociale, pour l’insertion des plus pauvres, pour un meilleur accès au logement. Emmanuelle Ajon s’est éteinte cette nuit, trop tôt, beaucoup trop tôt des suites d’une maladie qui l’a foudroyée en quelques semaines. C’est une terrible nouvelle, un choc pour nous tous, nous perdons tous une femme de grande valeur, d’engagement permanent auprès des plus faibles » souligne Alain Rousset, président du Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine.
Emmanuelle Ajon, emportée dans sa 49e année, était une militante socialiste, élégante et tenace. Engagée très jeune au Secours populaire, cette élue du quartier de La Bastide s’est toujours battue, dans l’opposition municipale, pour que personne ne soit exclu du réveil de Bordeaux de ces deux dernières décennies.
Elue régionale d’Aquitaine en 2010, elle mobilise toute son énergie dans le développement de l’Economie sociale et solidaire, cette autre économie, où le respect de l’homme et de ses valeurs sont le principal capital.
Elue au Conseil départemental en 2015, c’est le combat pour la protection de l’enfance qui a animé cette femme de conviction à la forte capacité de travail. Elle fut nommée à titre personnel au Conseil national de l’enfance en 2016.
Son humilité, la préférence qu’elle accordait toujours au combat collectif contre ses intérêts personnels, ont été décisifs dans l’alternance historique de la dernière élection municipale bordelaise. « A son époux, à ses enfants, à ses proches et à tous ses amis dont nous sommes fiers d’avoir fait partie, j’adresse mes condoléances, attristées et sincères. Emmanuelle nous manque déjà » conclut Alain Rousset.

Ammanuelle Ajon avec Matthieu Rouveyre, son collègue du Conseil Départemental

Conseil Départemental : Emmanuelle Ajon nous a quittés
« Emmanuelle incarnait la mission de protection de l’enfance, qui est l’une des plus sensibles du Département »
Jean-Luc Gleyze, président du Département de la Gironde, a l’immense tristesse de vous annoncer le décès d’Emmanuelle Ajon, vice-présidente chargée de la promotion de la santé et de la protection de l’enfance, conseillère départementale du canton Bordeaux-5. «  Emmanuelle Ajon avait à cœur d’offrir à tous les enfants de Gironde les mêmes chances de s’épanouir dans la vie, elle en avait fait le fil rouge de son engagement militant et politique. Par son altruisme et son humanité, elle incarnait la mission de protection de l’enfance, qui est l’une des plus sensibles du Département. De lourdes responsabilités qu’elle assumait avec un courage et un optimisme que rien ne pouvait ébranler. En son honneur, nous continuerons à porter ces combats à l’avenir. Mes pensées vont à sa famille, ses proches et l’ensemble des personnes qui ont croisé son parcours remarquable, à qui j’adresse mes plus sincères condoléances . » En tant que vice-présidente chargée de la promotion de la santé et de la protection de l’enfance, Emmanuelle Ajon a porté de nombreux projets emblématiques de la collectivité, comme la mise en place du 1er conseil des jeunes de la protection de l’enfance, le combat pour les contrats jeunes majeurs afin d’éviter une sortie sèche de l’aide sociale à l’enfance, ou plus récemment, l’installation d’un village d’enfants à Sablons permettant d’accueillir des fratries et la livraison de la nouvelle pouponnière du Centre Départemental de l’Enfance et de la Famille.

Bordeaux Gazette s’associe a ces hommages. Elle avait accordé un interview à notre magazine alors qu’elle était Conseillère Régionale et Conseillère Municipale d’opposition en 2014

Ecrit par Bernard Lamarque

Co-fondateur et rédacteur en chef de Bordeaux Gazette


Recherche

Nous suivre

Vous pouvez nous suivre sur les différents réseaux sociaux ci-dessous!


Newsletter!

Recevez directement le nouvelles actualités de Bordeaux Gazette.

Bordeaux Gazette Annuaire

Et si je vous racontais...

Chapitres : 1 - 2 - 3 - 4
Mascarade

Chapitres : 1 - 2 - 3 - 4 - 5
Cordélia et son fantôme

Chapitres : 1 - 2 - 3 - 4
Brunissande et Esclarmonde

Chapitres : 1 - 2 - 3 - 4
Vendanges et Immortalité

Chapitres : 1 - 2 - 3 - 4
Voyage, Voyage !

Nous suivre sur Facebook

Agenda