Bordeaux

Charte des bonnes pratiques environnementales pour la croisière

Signée le lundi 9 décembre 2019, la Charte des bonnes pratiques environnementales par Bordeaux Métropole, la Ville de Bordeaux, le Pilotage de la Gironde, le Grand Port Maritime de Bordeaux avec le soutien des acteurs de la croisière fédérés au sein de Cruise Bordeaux, concrétise la volonté des signataires d’imposer un cadre dans lequel le développement des croisières évoluera dorénavant.

Les quais de Bordeaux rive gauche attirent chaque année entre 40 et 50 paquebots de croisière, d’une capacité de 80 à 950 passagers, pour des escales de 1 à 2 jours. La croisière durable participe à l’essor économique de la ville, du territoire girondin et aquitain. Pour préserver la destination « Bordeaux », les signataires souhaitent fédérer les compagnies de croisière partenaires de ce développement, en inscrivant les opérateurs dans une démarche environnementale volontariste et vertueuse. Dès 2018, dans le cadre de sa politique environnementale, le port de Bordeaux initiait une démarche incitative vis-à-vis des navires, qui va au-delà des préconisations environnementales réglementaires, en adhérant au système ESI - Environmental Shipping Index - et en accordant aux navires vertueux des bonus sur les droits de ports. Par l’adoption de cette charte, les compagnies de croisière s’engageront aux côtés de la Ville, de la Métropole, des Pilotes et du Port de Bordeaux dans une dynamique plus large qui vise à minimiser l’impact des escales des paquebots sur l’environnement et la qualité de vie. Ainsi, non seulement elles conforteront et développeront les bonnes pratiques déjà en cours, mais elles devront être en capacité de démontrer l’efficacité des nouvelles mesures prises dans le cadre cette démarche.

L’objet du soucis des automobilistes

Engagement n°1 : réduction des émissions polluantes dans l’air
L’étude de qualité de l’air ATMO Nouvelle Aquitaine (Observatoire Régional de la Qualité de l’Air, agréé par le Ministère de l’Environnement), menée à Bordeaux au pic de la saison 2018, n’a relevé aucun dépassement des seuils légaux sur aucun des polluants ou particules étudiés. Les valeurs relevées sont restées très en deçà des seuils, y compris en présence simultanée de deux paquebots à quai. Pour autant, afin de minimiser encore plus leur impact, les signataires s’engagent à :
• Utiliser un carburant à 0.1 % de soufre dès l’entrée de la zone de pilotage obligatoire, et pendant toute la durée de l’escale. A titre d’information, la réglementation impose l’utilisation de carburant à 0.1 % de soufre uniquement lorsque le navire est à quai. Les signataires s’engagent donc à aller au-delà des normes en vigueur.
• Encourager la desserte de Bordeaux par des navires à propulsion GNL (Gaz Naturel Liquéfié) ou équipés de systèmes de dépollution (scrubbers).
• Fournir à la capitainerie les informations sur la qualité des combustibles utilisés pour l’entrée et la sortie du port, ainsi que les dispositifs de réduction des émissions polluantes.
• Utiliser le service de collecte des déchets par barge fluviale initié par Bordeaux Métropole et respecter la stricte interdiction d’incinération des déchets à bord.
Engagement n°2 : élimination des rejets polluants dans l’estuaire
Les navires de croisière en navigation dans l’estuaire et à quai à Bordeaux s’engagent à maintenir les mesures existantes suivantes :
• Zéro rejet d’eaux usées (eaux grises) y compris traitées, sauf à se brancher à quai sur le réseau des eaux usées de Bordeaux Métropole, et en acquittant la redevance prévue à cet effet.
• Zéro rejet d’eaux issues du système de lavage des fumées (ou scrubbers).

Azamara Journey à quai

Engagement n°3 : mise en œuvre d’une démarche environnemen­tale globalisée
Les navires de croisière en navigation dans l’estuaire et à quai à Bordeaux s’engagent à :
• Favoriser les démarches volontaires en faveur de l’environnement auprès des agents réceptifs et des autocaristes.
• Privilégier les excursions en bus propres de type « Euro6 » et si possible des bus ou véhicules hybrides ou au gaz.
• Réduire les émissions en demandant aux opérateurs de ne mettre en route les moteurs qu’au moment de la montée des passagers dans les bus.
Engagement numéro 4 : optimisation de l’accès aux quais de Bordeaux centre et des modalités du passage du Pont Chaban-Delmas
• Les navires de croisière s’engagent à optimiser leur arrivée à Bordeaux en respectant les préconisations de l’autorité portuaire et des pilotes de la Gironde, afin de franchir le pont Chaban-Delmas en toute sécurité, et en minimisant son temps de fermeture à la circulation, donc son impact sur la circulation automobile.
Engagement numéro 5 : limitation des impacts sonores lors des escales
• Les navires de croisière sont accueillis au cœur de Bordeaux, dans un milieu urbain. Les compagnies signataires s’engagent à réduire autant que possible l’impact sonore pour les riverains et les sources de vibrations.
Le cas échéant, la Ville de Bordeaux se réserve, en coordination avec le GPMB, la possibilité d’orienter les navires qui occasionneraient une gêne avérée, vers un poste à quai plus éloigné des habitations.

Seven Seas Voyagers

Engagement numéro 6 : accompagnement de la démarche par le pilotage de la Gironde et optimisation des procédures de navigation
Par leur parfaite connaissance des courants de marée sur l’estuaire de la Gironde, les pilotes de la Gironde, dont une des missions par délégation de service public est la protection de l’environnement s’engagent aux côtés de la Ville, de la Métropole, du GPMB et des compagnies maritimes pour une réduction des émissions en privilégiant les bonnes pratiques (variations d’allures progressives, anticipation..) et en adoptant des procédures de navigation adaptées, détaillées ci-dessous.
Pour les navires de plus de 175 mètres  :
Le chenalage en Gironde se fera sur les conseils des pilotes selon les modalités suivantes :
- Depuis la rade du Verdon au bec d’Ambès à une charge moteur de maximum 60% de la puissance propulsive disponible
- Du Bec d’Ambès à la zone portuaire de Bassens à une charge maximum de 45% de la puissance propulsive disponible
- De la zone de Bassens au Port de la Lune à une charge maximum de 30% de la puissance disponible
Pour les navires de moins de 175 mètres :
Il sera procédé à un ajustement de la puissance pour naviguer sur le chenal avec au maximum une vitesse surface de 2 noeuds inférieure à la vitesse d’exploitation nor­male du navire (ce qui équivaut à 30% de baisse de rejets selon Armateurs de France).
Au-delà des actions concrètes mises en œuvre, ce partenariat exprime la forte cohésion des collectivités et du port, au service du développement durable de notre territoire.

Communiqué Bordeaux Métropole

Ecrit par La rédaction


Recherche

Nous suivre

Vous pouvez nous suivre sur les différents réseaux sociaux ci-dessous!


Newsletter!

Recevez directement le nouvelles actualités de Bordeaux Gazette.

Et si je vous racontais...

Chapitres : 1 - 2 - 3 - 4
Vendanges et Immortalité

Chapitres : 1 - 2 - 3 - 4
Voyage, Voyage !

Chapitres : 1 - 2 - 3
Mecarecit 2035

Chapitres : 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7
Bienvenue à Sainte Gueille

Chapitres : 1 - 2 - 3
On ne refait pas l’histoire

Nous suivre sur Facebook

Agenda