Bordeaux

Sensés être organisés pour éclairer les électeurs, les face à face pré-électoraux comme celui qui a opposé jeudi soir ceux que l’on appelle les « grands candidats » : Alain Juppé et Vincent Feltesse, sont l’occasion pour les gardes rapprochées, les aficionados de la « politique sous toutes ses formes », et dans le cas particulier de jeudi dernier pour les étudiants en sciences politiques, de voir pour les uns leur favori « se mesurer à l’adversaire » comme ils « disent » et pour les autres d’assister en supplément à des travaux pratiques de haut niveau en direct. Nul doute que ces joutes ne manqueront pas durant quelques jours d’alimenter les discussions (parfois de comptoir) et autres considérations, tout en laissant, il y’a fort à parier, chacun non seulement rivé sur ses propres positions, mais aussi capable de prouver par a plus b, que le vainqueur est à l’évidence son candidat et qu’il est tout à fait clair qu’il est le meilleur. Pas vraiment de quoi s’extasier devant ces soi-disant grands moments de la démocratie ; « Beaucoup de bruit pour rien », pourrions nous dire comme William Shakespeare….
Magie du verbe et de la représentation qui font que tous ceux qui nous gouvernent ou prétendent le faire en sont réduits à occuper avec assiduité les plateaux de télévision les plus divers et imprévisibles (omniprésence médiatique souvent fort dommageable dans une démocratie plus tout à fait digne et de moins en moins consciente de ses devoirs), et que cette mise en scène permanente n’empêche pas comme le dit fort justement le sociologue et historien Pierre Rosanvallon que notre démocratie ne s’adresse plus à tous les français sans même d’ailleurs s’en rendre compte. Faire sa « com » n’est pas communiquer. Et s’il ne s’agit pas de se plaindre du caractère tout à fait démocratique de tels duels, et de la chance que nous avons d’en profiter dans notre pays, l’absence totale et le désintéressement de très nombreux français pour le débat politique, majoritairement dans le monde de ceux qui souffrent et qui le plus souvent ne peuvent plus que subir devrait bien finir par nous interroger. Ceux qui sourient ou grimacent lorsqu’on leur parle de démocratie et qui ne risquaient pas de s’aventurer jusqu’à Sciences Po. jeudi dernier, n’en connaissant même pas l’adresse, sont de plus en plus nombreux …

Ecrit par Dominique Mirassou


Recherche

Nous suivre

Vous pouvez nous suivre sur les différents réseaux sociaux ci-dessous!


Newsletter!

Recevez directement le nouvelles actualités de Bordeaux Gazette.

Bordeaux Gazette Annuaire

Et si je vous racontais...

Chapitres : 1 - 2
Secret de famille

Chapitres : 1 - 2 - 3 - 4
Chloé n’est pas ce qu’elle croit

Chapitres : 1 - 2 - 3
La chaise vide

Chapitres : 1 - 2 - 3 - 4
Querelle de voisinage

Chapitres : 1 - 2 - 3 - 4
Mascarade

Nous suivre sur Facebook

Agenda