Bordeaux

Dans le cochon tout est bon, même la campagne électorale

Comme chaque année la rue de la Porte de la monnaie connaît sa matinée du "Tue cochon" grâce à Jean-Pierre Xiradakis qui petit à petit transforme cette rue en rue gourmande. Bien sûr c’est devant la Tupina que l’essentiel de la manifestation se déroule avec la découpe la préparation et la cuisine du cochon qui s’effectuent. Inédit cette année les deux principaux candidats à la mairie se sont succédé sur le site durant la matinée et y ont rencontré des électeurs

Ce n’est pas rue Porte de la Monnaie que la campagne électorale aura haussé le ton même si on a pu y déguster du château Chicane car les candidats s’y sont succédé sans vraiment s’y croiser ni se chicaner. Le premier à être sur le site a été Alain Juppé qui dès 10 heures 15 est arrivé à pied par le quai de la Monnaie en compagnie de Stéphane Delaux, Nicolas Florian et Ludovic Martinez où Jean-Pierre Xiradakis s’est avancé pour le recevoir à la hauteur de la porte. Le maire en exercice a donc profité de l’occasion pour déguster les différentes préparations à base de "cochonnailles" et quelques gouttes des breuvages offerts à la dégustation. Bien sûr campagne oblige il s’est prêté au petit jeu des "photos avec" et a échangé avec les nombreux curieux et habitués de la manifestation mais pour lui ce n’était pas une première car il vient tous les ans à l’occasion de la "Tue cochon" rue Porte de la Monnaie. On a vu un Alain Juppé décontracté et serein face à l’échéance de Dimanche car maintenant tout le monde retient son souffle jusqu’à dimanche soir. Pour l’occasion on a eu aussi droit à une dégustation d’huîtres devant la Kuzina et les amateurs ont été nombreux à faire la translation pour venir goûter les "ostreidae" mises à la dégustation et le maire les a trouvé excellentes. Pour sa part Vincent Feltesse est arrivé par le haut de la rue sur le site de la "Tue Cochon" et il n’a pu goûter les huîtres car elles avaient été toutes consommées. Il était accompagné par Emmanuelle Ajon, Florence Lamarque, Pascal Bousquet-Pitt, Marie-Claude Noël des Verts et une grosse poignée de militants. Tous avaient assez bonne mine malgré le "marathon des 42 dernières heures" et Vincent Feltesse s’est plié aux mêmes contraintes qu’Alain Juppé. Ludovic Martinez et Stéphane Delaux toujours présents sur le site ont ainsi échangé de manière amicale avec lui, un verre à la main ce qui faisait dire à Ludovic Martinez "une élection ce n’est pas la guerre" sous entendant que cela pourrait être comme un match de rugby avec une troisième mi-temps ou l’on fait la fête. Pour sa part Emmanuelle Ajon soulignait "on reçoit un bien meilleur accueil qu’en début de campagne". Même si Vincent Feltesse aurait aimé plus de débat, on sent bien qu’on est plus sur des sujets qui agacent que des sujets qui fâchent. On a aussi croisé en cette matinée Pierre Benard, Guy Arias et des Gazelles.

Ecrit par Bernard Lamarque

Co-fondateur de Bordeaux Gazette


Recherche

Nous suivre

Vous pouvez nous suivre sur les différents réseaux sociaux ci-dessous!


Newsletter!

Recevez directement le nouvelles actualités de Bordeaux Gazette.

Bordeaux Gazette Annuaire

Et si je vous racontais...

Chapitres : 1 - 2
Une Vie de Chat

Chapitres : 1 - 2 - 3
Les Danseurs

Chapitres : 1 - 2 - 3
Secret de famille

Chapitres : 1 - 2 - 3 - 4
Chloé n’est pas ce qu’elle croit

Chapitres : 1 - 2 - 3
La chaise vide

Nous suivre sur Facebook

Agenda