La terre Brûle

Vendredi 24 Mai dernier avait lieu la 2ème grève mondiale des jeunes pour le climat. Un cortège intergénérationnel a sillonné Bordeaux en marquant des pauses dans des lieux forts de la ville tel que le cours de l’Intendance ou le cours du Chapeau Rouge pour achever leur expédition sur la place de la Bourse.

Les militants présents ont unis leur force et fait entendre leur inquiétude et souvent même leur colère face à la crise climatique actuelle. Des jeunes de tous âges et de tous horizons se sont réunis avec pour seul et même objectif, celui de faire entendre leurs voix auprès du gouvernement, que cette lutte n’est pas veine, et que la détermination des jeunes reste sans faille.
Durant l’édition précédente du vendredi 15 Mai, ce sont près de 200 000 jeunes qui ont manifestés en France et environ 1,5 million de personnes mobilisés dans le monde pour protester et exiger de nouvelles mesures et des actions concrètes contre le réchauffement climatique. Cette seconde marche avait pour dessein de doubler l’ampleur du mouvement et son effectif pour encore mieux se faire entendre. Ces journées symboliques sont synonymes d’union, de solidarité et de camaraderie, avec comme particularité pour cette édition à Bordeaux, la volonté de poursuivre par un concert, puis une « Nuit debout » place de la Bourse.

Aux abords de Gambetta

Le flot de manifestants engagés arborait des pancartes aux slogans percutants tel que : « La planète peut se passer de nous mais nous ne pouvons pas nous passer d’elle ! », « Non aux légumes qui voyagent plus que moi », « Planète en danger, jeunesse à ses côtés » ou encore « Pas de nature, pas de futur » témoignant d’une richesse d’expression inégalée. Ces slogans forts accompagnés des chants de protestation qui raisonnaient dans les rues pavées de Bordeaux, suscitaient la curiosité de certains habitants ou touristes croisés sur le chemin.
La jeune génération prend de plus en plus conscience de l’importance de cette lutte pour le climat, et est davantage sensibilisée aux gestes du quotidien pour l’environnement et sait que si le changement ne s’opère pas maintenant, les chances d’inverser le processus seront réduites voir même infimes. Chaque individu peut faire la différence à son échelle, et ça, les étudiants semblent l’avoir compris et sont bien décidés à faire passer le mot, car comme l’un des slogans choisi par un manifestant le proclame : Terrien sans terre t’es rien !.

Ecrit par Lucile Villepreux


Recherche

Nous suivre

Vous pouvez nous suivre sur les différents réseaux sociaux ci-dessous!


Newsletter!

Recevez directement le nouvelles actualités de Bordeaux Gazette.

Bordeaux Gazette Annuaire

Petites Annonces Bordeaux Gironde

Nous suivre sur Facebook

Agenda