Libourne

Fest’Arts 2012 un peu plus qu’à Libourne

Insensiblement Fest’Arts annexe les communes du Libournais et la tendance est a en faire un évènement territorial. Cette année dès le 4 août c’est Saint Denis de Pile qui ouvre la voie, puis Saint Antoine sur l’Isle qui jouxte la Dordogne et en suivant Génissac, Les Peintures et Saint Ciers d’Abzac. Maintenant Fest’Arts c’est une semaine du 4 au 11 août afin que le maximum en profite.

Fidèle a sa politique, Dominique Beyly, directeur artistique du festival a déniché quelques trouvailles inédites pour le plaisir du plus grand nombre. Qui ne se souvient de ce fabuleux Teatro Gestual de Chile lors de l’édition 2010 qui avait un peu agacé son maire d’alors Gilbert Mitterrand en bouchant à chaque représentation un carrefour de la cité et particulièrement le samedi matin celui du pont sur la Dordogne. Pour cette édition le premier magistrat a changé puisque c’est Philippe Buisson qui a succédé à Gilbert Mitterrand et pour lui c’est une première dans cette fonction mais il connait bien car il a toujours été très présent sur l’événement. Du reste il signale dans son éditoriale que la surprise est la règle en ces termes : "Chaque année Fest’arts a la force et la capacité de marquer nos esprits. L’année dernière, l’édition anniversaire a été à la hauteur des espoirs de tous avec une célébration magnifiée par toutes les équipes artistiques invitées. Chaque édition reste un événement, avec son lot de surprises et d’originalité".

Teatro Gestual de Chile sur le rond point des allées Robert Boulin en 2010
photo Bordeaux Gazette - Mireille Rajoely

Quand à l’ancien maire devenu Président de la Communauté d’Agglomération du Libournais, il souligne : "Pour la version 2012 de « La Rue prend les champs », vos élus communautaires ont souhaité favoriser à nouveau une dynamique culturelle repensée en élargissant les préalables de Fest’arts à l’ensemble du territoire de l’agglomération." et Dominique Beyly de conclure : "Les Arts de la Rue questionnent depuis longtemps avec une grande maîtrise, notre univers. L’humour, l’irrévérence, la dérision en sont les vecteurs. Ces arts là ont prouvé leur capacité à faire bouger notre société." Maintenant rendez-vous est pris pour cette 21ème édition avec Deabru Beltzak qui viendra fêter les 10 ans de la compagnie à Libourne pour une série de trois représentations et elle sera aussi présente sur les préalables.

Ecrit par Bernard Lamarque

Co-fondateur et rédacteur en chef de Bordeaux Gazette


Recherche

Nous suivre

Vous pouvez nous suivre sur les différents réseaux sociaux ci-dessous!


Newsletter!

Recevez directement le nouvelles actualités de Bordeaux Gazette.