Les défis du Féret

Né en 1850, le « Féret » (Bordeaux et ses vins) est un monument de l’édition française. Un édifice à la gloire du vignoble bordelais qui résiste bien au temps, comme le prouve sa 19e édition parue il y a quelques jours.

Avec 1 968 pages (6 cm d’épaisseur) et ses presque deux kilos (1,89 kg précisément) le « Féret » officiellement Bordeaux et ses vins est un vrai monument. C’est aussi un livre unique par son histoire qui fait de lui le plus ancien ouvrage de référence toujours édité par le même éditeur. Une fierté bordelaise !
A l’origine se trouve un professeur d’anglais, Charles Cocks, venu s’établir à Bordeaux et qui rédige, en 1846 un guide touristique à l’usage de ses compatriotes intitulé : Bordeaux, its wines and the claret country . Trois ans après, il rencontre un libraire éditeur bordelais, Michel-Édouard Féret, qui lui propose de publier une version française, qui sort en 1850 sous le titre de : Guide de l’étranger à Bordeaux et dans la Gironde . Bordeaux et ses vins classés par ordre de mérite. Charles Cocks décédant en 1854, l’histoire aurait pu s’arrêter là si l’éditeur n’avait pris le relais en relevant le défi de remplacer l’auteur pour actualiser et compléter son œuvre.
Une grande figure de l’édition et de la vie bordelaise, Édouard Féret, arrivant à la tête de la librairie, les éditions Féret vont donner une nouvelle dimension au livre en en faisant la «  Bible du vin de Bordeaux  » ( voir à ce sujet mon ouvrage Féret la mémoire de Bordeaux et ses vins ).
Philippe Roudié, Bruno Boidron, Antoine Lebègue et Yves Simone lors du bicentenaire des Editions Féret
Depuis, sous la direction successive de Charles et Claude Féret puis de Marc-Henri Lemay et de Bruno Boidron, les éditions se sont multipliées pour arriver à cette 19e, dont la taille montre l’évolution par rapport à la première (voir photo). La taille n’est pas la seule modification qu’a connue le Féret. Notamment avec cette dernière édition, dont les introductions générales ont été étoffées : fortes de 300 pages elles constituent une véritable encyclopédie du vignoble bordelais. On y trouvera notamment une approche très complète et actuelle des terroirs due à Cornelis Van Leewen, une référence en la matière. On voit apparaître une nouvelle génération d’auteurs, même si la place des femmes reste encore modeste. Mais c’est peut-être un reflet du monde du vin lui-même.
Car le Féret est une remarquable photographie de celui-ci. Il reflète ses préoccupations présentes en abordant des sujets comme la protection des terroirs viticoles ou l’œnotourisme.
L’essentiel de l’ouvrage (1 550 pages) est bien entendu consacré aux appellations et aux crus, avec aussi une cinquantaine de pages sur le négoce. Au total ce sont quelque 5 000 crus et plus de 11 000 marques qui sont référencées. Avec des notices de plus en plus complètes. Ainsi, outre la mention des pratiques bio et des renseignements d’ordre touristique, elles comportent aussi des précisions les organismes de promotion auxquels adhèrent les crus. Le lecteur trouvera même des détails amusants, comme l’appellation la plus confidentielle par son volume de production : Francs Côtes-de-Bordeaux liquoreux.

Plus sérieusement, la comparaison avec les éditions de 1898 (revue en 1901) et de 1908 est intéressante, car on voit que la charnière du Ier au IIème millénaire constitue une vraie charnière, comme le fut hier celle du XIXe au XXe siècle. Les pessimistes noteront que le nombre d’exploitations comme de maisons de négoce diminue. Les optimistes retiendront que la surface des exploitations augmente et que si des crus disparaissent d’autres (autour de 200) naissent. Témoin privilégié d’un secteur économique confronté aux défis de la concentration et de la mondialisation, le Féret réussit à faire face à un autre challenge celui du digital. Le pari de cette 19e édition est de prouver que le livre papier résiste. Toutefois Bruno Boidron, le directeur des éditions Féret, sait aussi préparer l’avenir ; la version numérique est en cours de réalisation. Elle devrait sortir dans les mois qui viennent. Mais qu’est-ce qui remplacera l’odeur d’un beau livre qui vient juste d’être imprimé ?

Bordeaux et ses vins XIXe édition
1 968 pages
Edistions Féret Bordeaux
125 €

Ecrit par Antoine Lebegue


Recherche

Nous suivre

Vous pouvez nous suivre sur les différents réseaux sociaux ci-dessous!


Newsletter!

Recevez directement le nouvelles actualités de Bordeaux Gazette.

Petites Annonces Bordeaux Gironde

Nous suivre sur Facebook

Agenda