Bordeaux

Sstockholm au TnBA

S’inspirant de l’histoire de Natasha Kamputsh et écrit pour trois personnages, le texte de Solenn Denis traite, plus encore qu’un fait divers, de l’enfermement quel qu’il soit. Cette frontière trouble entre le bien et le mal, déjoue tout manichéisme et toute morale. Elle y déshabille l’insoutenable de toute outrance et livre ses mots bruts aux acteurs, à charge pour eux de les rendre dicibles.

SoumiSSion avec trois S … Paroles et mots en boomerang !
« Syndrome de Stockholm » ( définition) – Le fait pour une victime de développer une
forme complexe d’empathie à l’égard de son bourreau ou geôlier…
« Nous nous sentons proche d’un théâtre total et performatif comme peuvent le faire Angelica Lidell, Vincent Macaigne et Rogrido Garcia, où l’engagement physique est intense. Mais en choisissant de monter la pièce comme une petite forme intimiste, nous avons voulu tendre vers le cérémonial, loin du grandiloquent. Que le public soit au plus près des acteurs dont le jeu sera cinématographique. De par la configuration scénique qui requiert la proximité avec le public, il n’y a pas besoin de théâtralité. Sans aller jusqu’au non-jeu des acteurs, nous procédons au non-effet. Être à un endroit où cela ne triche pas.  » ( Notes de mise en scène )
Un des studios de création du TNBA choisi pour la représentation permet à la centaine de spectateurs de pénétrer (dans le noir ou presque) directement sur le plateau, par la porte du décor et d’être déjà plongés dans l’action … C’est malin ! On s’installe sur les chaises (dures) alignées en angle droit face à la scène carrée et ses immenses murs sombres et jaunis. Une cuisine blafarde ; une cave éclairée par des néons, et posées sur cette moquette terreuse qui recouvre le sol, une petite table en formica et deux chaises qui soulignent le vide alentour … Et nous voilà séquestrés, enfermés, comme l’a été Natascha Kampusch, une petite fille Autrichienne enlevée et séquestrée par Wolfgang Přiklopil entre mars 1998 et août 2006. C’est, un peu voyeur et mal à l’aise ce que l’on espère déjà de ce jeu de rôles. Et pourtant, assez rapidement l’ennui s’installe

…Dans cet abri, cet espace clos, nous découvrons l’homme et la femme, C’est un couple, surprenant, singulier, voire commun et sans grand attrait … Ils mangent, dans la même assiette se goinfrent sans plaisir … rigolent, ou discutent « entre-eux » et nous avons des difficultés à entendre, à comprendre … Ils parlent de choses et d’autres. D’un cactus, de la guerre froide, de pizza et d’olives, d’un film … que sais-je ! Sont- ils mari et femme … père et fille … On se pose quelques questions ! Mais le trouble dure peu. L’homme est vite identifié c’est le geôlier, le bourreau sadique quand sa prisonnière inscrit à la craie sur le mur « C’est toi qui me baises ». La relation échappe certes aux schémas classiques. Mais c’est aussi la clé de l’histoire. Toute ambiguïté est levée dés que nous, spectateurs, nous retrouvons dans nos illusions, nos malaises, nos confusions et nos propres enfermements. Peu à peu sans avoir pu l’imaginer, les zones d’ombre sous une lumière soudain violente
comme les voix alors hurlées, s’associent aux corps dénudés, aux actes sado masochistes. Et puis les mêmes scènes, les mêmes paroles, les mêmes répliques recommencent, seuls quelques mots changent et le mystère qui les entouraient se révèle enfin jusqu’au crime où Violaine se libère et reprend son prénom Solveig en retrouvant sa liberté. Cette « performance » d’acteurs ne peut se contenter d’à peu prés et demande une énergie sans faille, une force physique, une distanciation que seuls des comédiens affirmés peuvent offrir. C’est le cas pour Erwan Daouphars et Faustine Tournan, excellents.
Sstockholm
Texte Solenn Denis
Mise en scène Collectif Denisyak
Avec
Erwan Daouphars, Faustine Tournan, Solenn Denis
Scénographie Éric Charbeau et Philippe Casaban / Création lumière Yannick Anché
Réservation
Du mardi 15 janvier au vendredi 1er février
DATE SUPPLÉMENTAIRE
SAMEDI 19 JANVIER 19h
Mar à ven 20h / Sam à 19h
TnBA – Studio de création – Durée 1h

Ecrit par Pierre Chep


Recherche

Nous suivre

Vous pouvez nous suivre sur les différents réseaux sociaux ci-dessous!


Newsletter!

Recevez directement le nouvelles actualités de Bordeaux Gazette.

Bordeaux Gazette Annuaire

Petites Annonces Bordeaux Gironde

Nous suivre sur Facebook

Agenda