Bordeaux

Samedi soir, les quais de Bordeaux rayonnaient de poésie.

En effet, c’était « Le grand débarras » 50 exposants, plein de fantaisies avaient organisé un drôle de vide-greniers avec une nocturne ivre d’imagination où la pleine lune s’était invitée. Des guirlandes de lumières, des lampions, des étendards de feu éclairaient le bord de Garonne.

En première ligne, une fusée improbable, à la George Méliès, en partance pour la lune se dressait vers le ciel sombre. Un astronaute-clown marchait en apesanteur, performance commentée par un Américain de comédie devant des visiteurs enchantés et rigolards.

Plus loin, une tapisserie anamorphosique, faite de pompons de couleur, dessinait une Joconde pixelisée. Quelques stands, presque ordinaires, présentaient des objets de vide-greniers et soudain, se dressait une ville miniature en allumettes ou des photos de résidents de maison de retraite en train de soulever des haltères géants.

Dans une vitrine, l’humour noir des épitaphes sur des pierres tombales, intriguaient les passants. Dans une autre allée ; un train électrique de tonneaux de vin, et à côté des ustensiles utiles devenus inutiles.

Parmi les visiteurs, une jeune journaliste déambulait en interpellant les promeneurs, leur posant des questions absurdes et délirantes. Sur le sol, des cartouches, remplis de phrases et de proverbes s’étalaient déformés drôlement. Des sculptures de fer et de tissus agencés avec des lampes de chevet et autres objets hétéroclites se rencontraient au détour des allées en totems bigarrés, beaux et amusants.

Un barbecue donnait à l’ensemble une ambiance sympathique de fête foraine. Ce fut un enchantement inattendu. Nous sommes rentrés chez nous des rêves plein le cœur.


Recherche

Nous suivre

Vous pouvez nous suivre sur les différents réseaux sociaux ci-dessous!


Newsletter!

Recevez directement le nouvelles actualités de Bordeaux Gazette.

Petites Annonces Bordeaux Gironde

Nous suivre sur Facebook

Agenda