Perdu pour l’ex-gagnant

Depuis qu’il a gagné sa propre élection, le Président perd toutes les autres, certes la défaite est loin d’être cuisante mais il a mis tout son poids dans la balance en mettant quelques annonces délicates sous le tapis pour ne pas effrayer son électorat. C’est au lendemain de l’échéance que le couperet tombe avec plan social, promesses non tenues, hausse des prix, un cortège qui laisse perplexe sur le pouvoir réel de nos politiques qui ont du mal à renverser la vapeur et redonner de la consistance à l’économie française dont des pans entier ont été joyeusement bradés comme on s’apprête à brader l’aéroport de Paris. A la lumière de ces dérapages on comprend mieux qu’un noyau grossissant d’électeurs se replient sur eux en voyant une France partir en lambeaux alors qu’avant tout ils aimeraient se sentir français, tout en étant européens, d’où on en revient à l’idée gaullienne d’Europe des Nations, ceci ne faisant pas forcément les affaires des affairistes. La réforme Constitutionnelle est jetée aux oubliettes et le conflit entre le Président et le Sénat nous renvoie à l’affrontement entre Gaston Monerville et Charles de Gaulle et on peut se demander où sont les modernes. Celui qui se trouve investi d’une responsabilité inédite c’est Yannick Jadot qui en fait représente un peu plus que le score qui lui est attribué et qui pourrait bien être un candidat très crédible pour la prochaine présidentielle après s’être effacé devant Benoit Hamon lors du précédent scrutin. Il est épaulé par la consistante Isabelle Saporta, ex-journaliste qui a décidé de se lancer en politique.

Ecrit par Bernard Lamarque

Co-fondateur et rédacteur en chef de Bordeaux Gazette


Recherche

Nous suivre

Vous pouvez nous suivre sur les différents réseaux sociaux ci-dessous!


Newsletter!

Recevez directement le nouvelles actualités de Bordeaux Gazette.

Sur le même sujet


Bordeaux Gazette Annuaire

Petites Annonces Bordeaux Gironde

Nous suivre sur Facebook

Agenda