FC Girondins de Bordeaux

Des Girondins dans une forme inquiétante

A 4 jours d’un déplacement plus que périlleux au Parc des Princes, le FCGB se rendait ce mardi en terre marseillaise. Ce match en retard de la 18ème journée se jouait dans un stade Vélodrome vide - à huit clos - en raison des incidents provoqués par les supporters olympiens lors du match contre Lille.

Le contexte de cette rencontre était particulier. Effectivement, ces deux clubs historiques du championnat de France sont en ce moment tous les deux plongés dans une période difficile. A Marseille, c’est la crise depuis plusieurs semaines. Certain supporters réclament la démission de leur président Jacques-Henri Eyraud et du coach, Rudi Garcia. Le mercato et l’arrivée de Mario Balotelli a fait un peu couler de l’eau sous les ponts. Néanmoins l’OM reste sur deux défaites contre Lille puis face à Reims qui pèsent encore un peu plus sur le moral. Sans être totalement largués au classement, les marseillais, qui rêvaient de podium en début de saison voient ce dernier s’éloigner de plus en plus. Relégués à 12 longueurs de leurs rivaux olympiens de Lyon, les joueurs de Garcia avaient l’obligation de remporter ce match. Malheureusement pour eux, en plus de la suspension de leur coach qui n’a donc pu s’asseoir sur son banc de touche, Marseille devait faire sans la plupart de ses cadres. Payet, Thauvin, Rami, Luiz Gustavo, Balotelli ou encore Strootman n’étaient pas présents sur la pelouse. Une aubaine pour les bordelais ! L’occasion idéale de gagner ce match et repartir avec les 3 points face à une équipe marseillaise plus que diminuée. Cependant, l’arrivée des actionnaires américains à l’air de quelque peu bouleverser le club. Une stratégie de « trading » de jeunes joueurs, comme le fait Monaco, ou plus récemment le LOSC, semble se mettre en place. C’est dès lors beaucoup plus compliqué de travailler pour Bedouet et Ricardo en sachant que d’ici lors du prochain mercato des joueurs tels que Kamano, Koundé ou encore Kalu pourraient être vendus. Pour la énième fois, Eric Bedouet alignait un 11 différent du match précédent. Un 4-3-3, sous la houlette du milieu Otavio-Plasil-Sankharé. Le trio d’attaque était composé de Jimmy Briand, Cornelius et du jeune Samuel Kalu. On attendait du coté des girondins plus d’envie et davantage d’allants offensifs que lors de leurs dernières sorties.

Un Rudy Garcia plutôt rassuré

C’est donc dans cet immense stade Vélodrome, totalement vide que le coup d’envoi de ce match était donné à 19h. Dès le début de la rencontre, c’est les marseillais, sous l’impulsion de Lopez et Sanson qui se montrent les plus entreprenants. Le pressing bordelais n’est pas très intense et cela permet aux olympiens de mettre la pied sur le ballon. A la 6ème minute, sur une mauvaise relance de Koundé -l’un des meilleurs girondins cette saison- Germain lance idéalement en profondeur Ocampos qui bute sur un Benoit Costil des grands soirs. Ensuite le match s’équilibre peu à peu et le rythme de la partie reste peu soutenu. Mais, peu avant la demi heure de jeu, sur une relance anodine d’Amavi, Kalu tacle violemment Ocampos par derrière. Jérome Brisard, l’arbitre du soir n’attend même pas la vérification du VAR et expulse Kalu à juste titre pour ce très vilain geste. Les bordelais vont ainsi jouer pendant plus d’une heure en infériorité numérique. Le match est rendu bien plus simple pour les marseillais qui vont dominer toute la partie de la tête et des épaules. Les olympiens vont alors exploiter les espaces laissés par le bloc girondin. Les occasions se multiplient. Sakai sur corner, puis Germain et Sanson voient leurs tentatives stoppées par Costil, excellent depuis plusieurs semaines. La délivrance arrive juste avant la mi-temps pour l’OM. Le corner de Sarr est dévié par Germain et c’est le tout jeune Kamara qui inscrit son premier but en Ligue 1. Le FCGB rentre aux vestiaires, mené 1-0 à 10 contre 11. Un match calvaire pour les bordelais. En deuxième période Kamano remplace Cornelius pour apporter davantage de percussion et de vitesse au jeu girondin. Bordeaux va se créer une occasion et une seule de toute la rencontre, avec cette frappe de Kamano déviée sur la barre transversale. En infériorité numérique, les bordelais vont subir tout la reste de la partie en ne se montrant pas une seule fois dangereux. C’est l’OM qui s’impose logiquement, 1-0. Bordeaux peut simplement dire merci à son gardien sans qui l’addition aurait pu être salée, et doit rapidement se remettre au travail pour ne pas définitivement plonger dans la deuxième partie de tableau.


Recherche

Nous suivre

Vous pouvez nous suivre sur les différents réseaux sociaux ci-dessous!


Newsletter!

Recevez directement le nouvelles actualités de Bordeaux Gazette.

Petites Annonces Bordeaux Gironde

Nous suivre sur Facebook

Agenda