Bordeaux

Bus : l’arrêt à la demande pour lutter contre le harcèlement sexiste

Testé sur la ligne 7 et 10 du réseau de bus TBM depuis 2017, l’arrêt à la demande après 22 heures va être définitivement instauré en 2019. Un dispositif mis en place pour lutter contre les discriminations et le harcèlement sexiste.

Instauré par la société Keolis et Bordeaux Métropole, l’arrêt à la demande devrait voir le jour dans les prochains mois. Cette initiative vise à lutter contre l’insécurité et le harcèlement sexiste subit principalement par les femmes dans la métropole. Ainsi à partir de 22 heures, le ou la passagère va maintenant pouvoir demander au chauffeur d’être déposé entre deux arrêts, dans un endroit éclairé, sans danger pour la descente du bus et la circulation environnante. L’objectif étant d’éviter les endroits isolés, et de rapprocher au mieux la personne de son lieu d’habitation ou de sa destination. Pour l’instant le test a été effectué sur les lignes 7 (Bordeaux Lac/Ambarès-et- Lagrave) et 10 (Gradignan/Bouliac centre-commercial), ainsi que sur les lignes 1 (Gare Saint- Jean/ Mérignac-Aéroport), 9 (Gare Saint-Jean/ Bordeaux Brandeburg) et 11 (Bègles Rives d’Arcins/ Le Haillan et Martignas-sur-Jalles). « On voit bien que cela rend service aux usagers, c’est beaucoup plus sécurisant pour eux » indique Monsieur Berteau, chauffeur de bus sur la ligne 9 depuis 2 ans. « Les personnes viennent nous demander directement, et nous on les déposent le plus près de chez eux, tout en évitant les arrêts dangereux.

Déposée au plus près

Pour l’instant ça c’est toujours bien passé, sauf une fois où un collègue ne pouvait pas s’arrêter entre deux arrêts, la personne s’est frustrée et a cassé une des vitres du bus  », ajoute-t-il. Selon TBM l’arrêt à la demande devrait être instauré sur toutes les lignes de bus du réseau durant l’année. Une demande qui avait été émise par les associations féministes bordelaises, pour éviter toute forme d’harcèlements et d’agressions. Pour illustrer cela plusieurs enquêtes ont été mené avec le soutien de Bordeaux Métropole, de Keolis ou de l’A’urba (Agence d’urbanisme Bordeaux Métropole Aquitaine). Ainsi l’étude « Femmes et déplacements », menée en 2016 par 3 sociologues auprès de 5218 personnes, montre chiffres de l’enquête, 25% des femmes interrogées disent avoir été victimes d’incivilités (regards, sifflements), 38% d’infractions (commentaires sur l’apparence physique, attouchements), 19% de délits (insultes, menaces, exhibitionnisme et, pour deux personnes, de tentatives de viol). Parallèlement seul 17% des femmes interrogées disent ne jamais avoir été harcelées. L’arrêt à la demande dans les bus apparaît ainsi comme l’une des initiatives pouvant réduire le risque d’agression à Bordeaux, tout comme les nombreuses campagnes de sensibilisation déjà mises en places par le réseau de transport.

Ecrit par Jean Rinaud


Article suivant
Vinexpo Bordeaux 2019

Recherche

Nous suivre

Vous pouvez nous suivre sur les différents réseaux sociaux ci-dessous!


Newsletter!

Recevez directement le nouvelles actualités de Bordeaux Gazette.

Petites Annonces Bordeaux Gironde

Nous suivre sur Facebook

Agenda