Saint-Médard-en-Jalles

Le Carré Les Colonnes a fait découvrir le "Cabaret New Burlesque"

Pour ceux qui avaient vu le film de Mathieu Amalric "Tourné" c’était une occasion unique de découvrir la troupe du film autrement que sur un écran. Pour ceux qui ne connaissaient pas c’était une occasion de découvrir la vérité du New burlesque qui est une réalité très vivante aux États-Unis. Mode du féminisme postmoderne qui s’est installée en réaction au féminisme radical ou abolitionniste dans l’Amérique des années 1990, mais qui demeure contestée. Derrière cet affrontement de façade existe un vrai débat autour du choix de la femme qui décide de devenir "travailleur sexuel".

Grosse affluence pour suivre ce spectacle qui a été entièrement donné en américain par ce qu’on pourrait appeler la meneuse de revue. Le propos pour ceux qui ont compris est resté graveleux et imagé, mais à côté de ça, il y a du talent, de l’imagination et du spectacle. Le new burlesque est la continuation et la ré-interprétation d’un genre profondément enraciné dans la tradition du music-hall anglais et américain. Tout au long du XIXème siècle, les spectacles de burlesques mêlent intimement satire sociale, numéros musicaux et grivoiseries. Pour les amateurs de westerns, ont peut découvrir dans certains films des séquences de saloon où se produisent ce genre d’artistes féminines dont la vie est faite d’itinérance à la limite de ce que la morale réprouve.

Vente de photos par les artistes
photo Bordeaux Gazette - Bernard Lamarque

Le genre nourrit toute une part de la comédie américaine jusqu’au cinéma des années vint et trente, l’humour de Mae West est entièrement tributaire de la tradition du burlesque. Immensément populaire, ne s’embarrassant jamais de manière ou de conventions, le burlesque est aussi scandaleux et son histoire est émaillée de procès, de séjours en prisons et d’extravagances. Le genre a connu un déclin des années cinquante à quatre-vingt où il n’a plus su s’exprimer qu’à travers le strip-tease qui en français était baptisé dans certains magazines discrets "déshabillage agacerie". Le renouveau des années 1990 a cherché a réunir les deux courants et en partant d’un strip-tease académique, le new burlesque à réintroduit : le théâtre, la chorégraphie, le chant, la musique, le glamour, l’humour, la satire, sans oublier le sens de l’excès. Cette évolution est loin du genre connu en France avec Le Crazy Horse Saloon mis en place par Alain Bernardin. Le meilleur de la renaissance du Burlesque est représenté par le Cabaret New Burlesque, ainsi on est face a des filles nues certes, mais pas des potiches. Férocement drôles, très rock’n roll, salaces, chanteuses accomplies, héritières d’une longue et riche tradition américaine, les artistes du Cabaret New Burlesque sont surement les meilleurs du genre qui à travers la grivoiserie et l’excès (de langage, quand on comprend la langue et de formes) savent toujours trouver l’élégance de l’absurde et de la poésie. Au delà de toute considération la troupe garde son strip teaser ( homme alibi ?) qui réussit un ébouriffant numéro sur son cheval à ressort. Après le spectacle la troupe s’est livrée a une vente de photos pour dédicace.

Ecrit par Bernard Lamarque

Co-fondateur de Bordeaux Gazette


Recherche

Nous suivre

Vous pouvez nous suivre sur les différents réseaux sociaux ci-dessous!


Newsletter!

Recevez directement le nouvelles actualités de Bordeaux Gazette.

Bordeaux Gazette Annuaire

Et si je vous racontais...

Chapitres : 1 - 2 - 3 - 4
Chloé n’est pas ce qu’elle croit

Chapitres : 1 - 2 - 3
La chaise vide

Chapitres : 1 - 2 - 3 - 4
Querelle de voisinage

Chapitres : 1 - 2 - 3 - 4
Mascarade

Chapitres : 1 - 2 - 3 - 4 - 5
Cordélia et son fantôme

Nous suivre sur Facebook

Agenda