Vendanges et Immortalité

Vendanges et Immortalité : Chapitre IV

Charlie a changé de vocation, d’assistant de juge il est devenu vigneron, mais il a un secret.

Silé semblait abasourdi, mais après réflexion :

- Cela dit, hier, il s’est mis à chanter en grec ancien, l’idiot a cru que c’était du corse !!

- Ne te moque pas de lui, c’est un Dieu, il est prêt, j’ai vu les signes dans les tripes du poulet hier et dans le ciel, j’ai vu un vol de corbeaux, ils ont fait demi-tour tous ensemble dans le ciel en approchant de la ferme. J’y suis allée, je l’ai vu, la métamorphose a commencé. Les nymphes sont-elles prêtes ?

- J’ai bien peur que non, et surtout, ce ne sont pas du tout des nymphes, au contraire, il semblerait qu’elles soient d’anciennes femmes battues qu’il met à l’abri et à qui il donne les moyens de s’enfuir pour commencer une autre vie loin de leur bourreau.

- Ça alors ! je n’aurais jamais dû lui faire faire des études de droit … Maintenant c’est trop tard, je voulais retarder le passage. Qu’Héra ne le retrouve pas*. Le coup du garçon déguisé en fille *n’allait pas marcher une seconde fois. Tant pis ! Silène, ce soir tu vas l’amener en haut de la colline, on lui explique, il se prépare et il part. Rassemble les femmes, même si elles ne sont pas des adoratrices, elles l’admirent quand même, je suppose, c’est déjà ça.

- OK, et Silé ajouta, il va me manquer quand même beaucoup.

Pendant ce temps, Ariane et Dino discutaient. Ils s’étaient rapprochés, étroitement assis à même le sol et sans vraiment le vouloir Dino avait pris la main d’Ariane dans la sienne. Elle pleurait doucement se délivrant de toutes ses peines passées. Ils étaient assis au bord du pin recouvert de lierre, devant une étendue vibrante de vigne. Dino cueillit plusieurs feuilles et tressa une couronne qu’il déposa sur la tête d’Ariane. Ils ne parlaient plus. Le temps sembla se disloquer et le soir que l’on n’attendait pas de sitôt, tomba sur eux les faisant frissonner. Il n’eut pas le temps de lui demander si elle voulait bien l’épouser qu’elle répondit oui.
Ils se levèrent et coururent dans la maison de Dino pour sceller leur alliance. La déesse de la nuit Nyx s’engouffra dans la chambre protégeant les amoureux de ses grandes ailes. Mère du sommeil et des songes elle attendit l’aurore et s’enfuit au loin.
Sémélé et Silène avaient cherché partout Dino. Curieusement, ils n’avaient pas essayé de le trouver chez lui comme si un sortilège leur avait interdit l’accès de la maison. Ils avaient déambulé dans tous les coins, ils avaient réveillé les habitantes du chalet qui les suivaient très inquiètes. Même les abeilles semblaient chercher le couple introuvable.
Ariane bâilla et se redressa dans le lit. Elle se retourna. Dino, allongé contemplait Ariane. Elle sursauta en poussant un petit cri de surprise et se mit à rire.

- Qu’est-ce qu’il y a ? Tu te moques de moi ?

- Si tu te voyais, il y a quelque chose sur ta tête.

Dino tendit la main vers la bouteille de vin qu’il avait sur sa table de nuit et qui lui servait à s’hydrater quand il avait soif. Il avait pris cette habitude depuis quelques mois et cela ne le gênait pas du tout. C’était du vin de sa propriété et il arguait que celui-ci était biologique et qu’il en était sûr, vu qu’il l’avait lui-même fabriqué. Il l’avait dit à sa mère qui loin de lui reprocher de sombrer dans l’alcoolisme, l’avait félicité. Il n’avait pas trouvé cela étrange. Dino se leva pour vérifier dans le miroir ce qui faisait autant rire Ariane. Il tressaillit, sur sa tête deux petites cormes avaient poussé. Il ne s’en inquiéta pas, au contraire, il se remit à rire.

- Pourtant tu ne peux pas m’avoir déjà trompé ! Ou alors nous étions trois dans ce lit !

Ils s’esclaffèrent à nouveau, absolument pas intrigués par ce fait si étrange et qui aurait horrifié n’importe qui. Le chant aigu et véhément du coq retentit. Il se décidèrent à sortir. À demi nus, ils apparurent devant une drôle d’assemblée faite de jeunes femmes en chemise et tenues de nuit, la mère de Dino qui paraissait encore plus jeune que la veille et Silène qui, lui aussi portait des cornes ! Dino repartit d’un rire fort qui fit trembler les arbres.

- Qu’as-tu fait mon fils ?

- A-t-on avis ? Et il se remit à rire, je te présente mon épouse Ariane.

- Ce n’est pas vrai, ça recommence ! Elle aussi elle part.

- Part et où cela ? demanda Dino hilare.

- Tu ne comprends donc rien ?

- Il y a quelque chose à comprendre ?

- Bon, d’abord, ton père n’est pas ton père.

- Quoi ?

Elle ne le laissa pas en dire plus, il fallait aller vite, Chronos dieu du temps et des destinées n’allait pas tarder à se manifester.

- Tu es le fils de Zeus...

- Ma pauvre mère, tu es devenue sénile ou quoi ?

- Tais-toi, tu dois entrer dans l’Olympe avant qu’Héra ne te retrouve pour te tuer.
C’est l’épouse légitime de Zeus…et du coup, toi, tu es le fils que j’ai eu avec lui !

- Oui, merci je connais l’histoire… Zeus lui est apparu en aigle et… C’est vrai que tu portes le même prénom qu’elle…

Dino chercha du regard Silè qui s’approcha.

- Mon nom complet est Silène et le tien est Dionysos, tu es un dieu, le dieu du vin, je t’ai accompagné toute ma vie pour te protéger et être ton ami. La mythologie s’active selon une loi du temps qui recommence régulièrement chaque siècle avec quelques différences, évidemment. Voilà, le moment est venu pour toi de partir.
La foule des femmes ne disait rien, comme si tout cela était normal. L’une d’elles sortit du groupe, c’était Julia, une des premières résidentes qui depuis le début restait au chalet pour aider les nouvelles.

- Je continuerai ton œuvre Dionysos, ne t’inquiète pas. Je sauverai ces femmes.
Dionysos se retourna vers Ariane. Sémélé suivit son regard :

- Elle part avec toi, elle va devenir une déesse, elle aussi, comme dans la prophétie.
On entendit une musique fine et douce comme de l’eau et l’air se chargea de parfums de fleurs et d’émanations enivrantes de vin. Le ciel se fendit dans un bruit de tonnerre et un char apparut au pied de Dionysos. Convaincu, éberlué, Il embrassa sa mère et monta à bord accompagné d’Ariane, mais juste avant que le char ne s’envole, il attrapa Sémélé pour qu’elle puisse elle aussi, résider dans le domaine des Dieux sur l’Olympe. Ils disparurent, un document sembla tomber du ciel dans les mains de Julia ; c’était un acte qui donnait l’entière propriété à Julia.

FIN

*Héra, épouse légitime de Zeus. * Pour cacher son fils de la colère d’Héra, Sémélé avait déguisé Dionysos en fille…

À mercredi prochain pour une autre histoire.

Ecrit par Marie-Laure Bousquet Moison

Auteure de romans à suspense ainsi que de romans d’aventures, je suis rédactrice à Bordeaux-Gazette depuis 2016 où j’interviens le plus souvent dans les rubriques sur le théâtre, la culture, ou l’Art de vivre. J’alimente aussi la rubrique roman-feuilleton « Et si je vous racontais » avec des nouvelles fantastiques ou étranges.


Chapitre suivant

Recherche

Nous suivre

Vous pouvez nous suivre sur les différents réseaux sociaux ci-dessous!


Newsletter!

Recevez directement le nouvelles actualités de Bordeaux Gazette.

Sur le même sujet

Et si je vous racontais...

Chapitres : 1 - 2 - 3
Brunissande et Esclarmonde

Chapitres : 1 - 2 - 3 - 4
Vendanges et Immortalité

Chapitres : 1 - 2 - 3 - 4
Voyage, Voyage !

Chapitres : 1 - 2 - 3
Mecarecit 2035

Chapitres : 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7
Bienvenue à Sainte Gueille

Nous suivre sur Facebook

Agenda