Bordeaux

Le théâtre l’Œil la Lucarne fondé par Jean Pierre Terracol dans les années 70, toujours « aux manettes » actuellement, a, dès le début de sa belle histoire, privilégié dans tous les lieux qu’il a habités avant de pouvoir s’installer, enfin et définitivement en 2015 grâce à la ville de Bordeaux.

Aujourd’hui locataire de ce bijou de petit théâtre, il a accueilli et aidé à la découverte de nombreux talents et de compagnies. C’est le cas encore en ces premiers jours de juillet, où la scène était offerte à la Compagnie de la Baguenaude qui nous a offert ce "Frigo". Copi, (né Raúl Natalio Roque Damonte Botana le 20 novembre 1939 à Buenos Aires), est mort du SIDA à Paris le 14 décembre 1987. Nouvelliste, romancier, danseur, auteur, metteur en scène, comédien/comédienne, parlant français, anglais, italien en parallèle à sa langue natale l’espagnol, devient rapidement dès son exil à Paris dans les années 60 une figure emblématique de l’affirmation du mouvement gay. En 1983, il se sait déjà condamné lorsqu’il écrit ce monologue du "Frigo", une pièce émouvante qui nous entraîne au cœur même du drame de l’artiste. Dans son "Frigo" se cache une pièce bien déjantée avec des changements de personnages caricaturaux et torturés sortis d’un imaginaire de dérision pour un spectacle extravagant teinté de couleurs originales et audacieuses. « Derrière la bouffonnerie des masques, le grotesque du corps, perce la confession d’un être qui avoue ne vivre, à travers le spectacle, que par et pour les autres. »

Le Frigo de Copi à La Lucarne
© Photo David HETRU

Cette pièce tragi-comique tellement jouée, encore dernièrement à Bordeaux, est au cœur d’un théâtre de l’absurde, du rire et de la joie dans la souffrance et le tragique.
C’est la journée d’une transsexuelle, dans son appartement, visiblement dans une extrême solitude et un désespoir suicidaire. Ce frigo offert par sa mère pour son anniversaire sera le reflet de cette histoire. Anne-Marie Chevassus – dans sa mise en scène - se prête avec délectation, gourmandise et débauche surprenante d’inventions corporelles et orales à l’interprétation de « Lui » qui, à vue, tel un « Fregoli » se transforme en deux traits subtils de moustaches, accompagnée dans ses délires par Hervé Sanchez multiple et qui, tel un caméléon dans la rapidité des changements de costumes joue, danse, chante et étonne particulièrement dans le rôle de la mère folle à souhait. C’est une image de tous les excès du langage et des corps soutenus et illustrés par une scénographie colorée et lumineuse qui peut surprendre voire choquer mais ne laisse jamais indifférent. Une rencontre avec un univers original flamboyant et profondément humain bien dans la lignée des pièces représentées à la Lucarne. A suivre en tournée après cette nouvelle création à la Lucarne qui prépare sa prochaine saison 2021/2022. Elle devrait nous séduire sans oublier ses ateliers de formations de comédiens où l’on peut déjà postuler pour la rentrée prochaine.

Théâtre La Lucarne
1-3 Rue Beyssac 33 800 Bordeaux
05 56 92 25 06
contact@theatre-la-lucarne.com

Ecrit par Marie-Laure Bousquet Moison

Auteure de romans à suspense ainsi que de romans d’aventures, je suis rédactrice à Bordeaux-Gazette depuis 2016 où j’interviens le plus souvent dans les rubriques sur le théâtre, la culture, ou l’Art de vivre. J’alimente aussi la rubrique roman-feuilleton « Et si je vous racontais » avec des nouvelles fantastiques ou étranges.


Recherche

Nous suivre

Vous pouvez nous suivre sur les différents réseaux sociaux ci-dessous!


Newsletter!

Recevez directement le nouvelles actualités de Bordeaux Gazette.

Bordeaux Gazette Annuaire

Et si je vous racontais...

Chapitres : 1 - 2 - 3 - 4
Chloé n’est pas ce qu’elle croit

Chapitres : 1 - 2 - 3
La chaise vide

Chapitres : 1 - 2 - 3 - 4
Querelle de voisinage

Chapitres : 1 - 2 - 3 - 4
Mascarade

Chapitres : 1 - 2 - 3 - 4 - 5
Cordélia et son fantôme

Nous suivre sur Facebook

Agenda