Lormont

Vernissage de l’exposition « La couleur comme langage » d’Isabelle Merlet

Vendredi 5 mai, à 18h, avait lieu dans la salle d’exposition dans le Centre d’arts du Pôle culturel du Bois fleuri de Lormont, un vernissage. Celui de l’exposition « La couleur comme langage », de la coloriste, Isabelle Merlet.



Dans le cadre du festival de la bande dessinée et de l’illustration, des évènements en amont, dit En PréamBulles ont été mis en place. L’exposition « La couleur comme langage » organisée par Passage à l’art, en partenariat avec "Swann Expo" et l’association "Et si rien d’autre n’avait d’importance", en fait partie. Isabelle Merlet, coloriste de bande dessinée a confié que cette exposition lui avait été demandée. Mais, elle a décidé de la faire car « les coloristes de BD ne sont absolument pas reconnus et donc c’était une manière d’essayer de faire de la pédagogie sur un métier dans l’ombre ». Elle a donc voulu mettre en lumière, ce métier très méconnu du grand public. «  Le rôle du coloriste n’est pas de recouvrir le dessin, la couleur est un rajout mais ne doit pas toucher l’œuvre originale  », explique-t-elle. C’est un métier « de traduction » où la personne doit s’adapter aux dessins, au scénario, afin de faire ressentir « des impressions qui n’ont pas forcément de mots pour le dire », livre l’artiste. Stephane Pérès-Dit-Perey, président de Passage à l’art, l’association organisatrice du festival, définit la colorisation comme « une mise en lumière » où les couleurs « portent à nos yeux la réalité d’un monde  ».

« Dans le choix des œuvres, c’est montrer qu’une planche, dans différentes ambiances qu’on aurait, ne raconte pas la même histoire », apprend Isabelle Merlet aux personnes présentes dans la salle.

L’exposition retrace les étapes de la vie d’Isabelle Merlet et non pas seulement son métier de coloriste. Certaines planches sont déjà dotées de couleurs mais d’autres permettent de comprendre le déroulé des étapes ou la création de différentes versions. « J’ai commencé en mai 1991, ma première planche de BD. Je n’y connaissais rien. J’ai obtenu le titre, du jour au lendemain, de coloriste. Jean-Denis Pendanx m’a mis le pied à l’étrier et j’ai continué [...] je me suis sentie libre dans un art enchâssé dans un autre », raconte Isabelle Merlet. Aujourd’hui des centaines de BD dont certaines de Blutch, Catherine Meurisse, Nicolas Dumontheuil, Olivier Schwartz ou encore Taiyo Matsumoto ont été colorisées par Isabelle Merlet. Afin de montrer l’importance de la profession de coloriste, elle a pensé son exposition en essayant de représenter toutes les problématiques de la couleur par la présence d’un échantillon de son travail. « J’ai mis les anciennes planches comme ça c’est un peu historique, j’ai fait écrire des textes par un historien qui explique l’histoire de la mise en couleur des BD, je parle aussi des techniques. J’ai également voulu montrer quelques planches avec seulement la couleur, le trait est présenté à côté, pour que les lecteurs découvrent que les images sont parfois très lisibles sans trait (le cerné noir). » A travers l’exposition « La couleur comme langage », disponible jusqu’au 20 mai, vous apprendrez à être sensible à l’utilisation des couleurs choisies. Isabelle Merlet vous invite à découvrir quelque chose que vous ne soupçonnez pas : la fabrication d’une bande dessinée. « Rentrer dans les coulisses du métier ».
A voir jusqu’au 19 mai

Ecrit par Charline Guicheney


Recherche

Nous suivre

Vous pouvez nous suivre sur les différents réseaux sociaux ci-dessous!


Newsletter!

Recevez directement le nouvelles actualités de Bordeaux Gazette.

Bordeaux Gazette Annuaire

Et si je vous racontais...

Chapitres : 1 - 2 - 3 - 4 - 5
Jeanne et Gédéon

Chapitres : 1 - 2 - 3 - 4 - 5
On ne sait jamais de qui l’on peut avoir besoin

Chapitres : 1 - 2 - 3 - 4
Et cum animo

Chapitres : 1 - 2 - 3
Une Vie de Chat

Chapitres : 1 - 2 - 3
Les Danseurs

Nous suivre sur Facebook

Agenda