Bordeaux

Des bouteilles à consommer sans modération

Vedettes du dernier Bordeaux fête le vin, les bouteilles XXL se sont mises au vert au Jardin Public, qu’elles ont transformé en un musée à ciel ouvert où l’on peut voyager ainsi dans l’espace et dans le temps. Un plaisir à goûter sans modération.

La rencontre de l’art et du vin n’est pas récente. Pionnier dans ce domaine, comme dans beaucoup d’autres, Philippe de Rothschild avait lancé un véritable défi aux artistes en leur proposant de créer une œuvre dans une forme imposée et de petite taille avec ses étiquettes illustrées par une peinture. La mairie de Bordeaux, organisatrice de la Fête du vin, a renouvelé le challenge, en proposant aux artistes un support cylindrique et de très grande taille avec ses « Bordelaises XXL ». Clin d’œil à l’universalité du vin de Bordeaux, ces bordelaises sont bien sûr des bouteilles bordelaises dont la forme a été reprise dans de très nombreux grands vignobles du monde, de la Méditerranée au Chili et d’Australie en Chine. Mais des bouteilles d’une taille peu courante : deux mètres et demi pour les magnums et quatre pour les jéroboams. Fabriqués en résine, ces flacons vides (inutile d’amener un tire-bouchon géant) ont été financés par des entreprises viti-vinicoles. Avec des châteaux (comme Batailley, La France, Kirwan, Léoville Poyferré et Barton ou Rollan de By) , des négociants (comme Dourthe, Janoueix ou Millesima) mais aussi des entreprises para-vinicole (comme les transports Veynat).

Bacchus’Ghost de Jean-Charles de Castelbajac (n’est plus visible car ayant été abîmée, elle a été retirée)
photo Bordeaux Gazette - Bernard Lamarque

Le défi pour les créateurs était double : d’abord la taille ; ensuite la forme (un cylindre avec un goulot). L’art a dû faire appel à l’imagination et parfois à l’humour – ce qui est à la fois plus rare et fort sympathique – pour relever le gant. Jean-Charles de Castelbajac n’a pas hésité à coucher la bouteille de la maison Janoueix. Laurent Valera a recouvert la bouteille l’institut culturel Bernard Magrez de « drop stops » pour la transformer en un miroir déstructurant. L’inspiration de chacun aidant, le Jardin Public se transforme en un musée à ciel ouvert où tous les styles et tous les genres sont représentés, se côtoient même parfois. On se croit plongé dans l’univers de la BD devant le magnum de Pessac-Léognan, alors qu’à côté le jéroboam de LD vins rappelle l’esprit des publicités des années Cinquante. Au dépaysement du voyage dans le temps s’ajoute celui du voyage tout court, grâce aux bouteilles illustrées à Hong Kong, invité d’honneur de la fête en 2012.
Avec ces « bouteilles XXL » l’art fait une belle entrée dans la fête du vin. Une entrée qui ne restera sans doute pas sans lendemain, le maire souhaitant que la prochaine édition, dans deux ans, se puisse se métamorphose en une fête de l’art et du vin.

Ecrit par Antoine Lebegue


Recherche

Nous suivre

Vous pouvez nous suivre sur les différents réseaux sociaux ci-dessous!


Newsletter!

Recevez directement le nouvelles actualités de Bordeaux Gazette.

Petites Annonces Bordeaux Gironde

Nous suivre sur Facebook

Agenda