Nouvelle réforme de baccalauréat : 100% de réussite en 2020. Et après ?

La réforme du baccalauréat laisse planer de grandes incertitudes pour la suite des études post-bac, dans un système déjà hyper saturé qui est au bord de l’explosion avec des enseignants qui ne sont pas forcément assurés de leur avenir.

Une réforme mais pourquoi ?
À la suite de la réforme de 2021 du baccalauréat, c’est une nouvelle épreuve qui sera mise en place à la rentrée 2020. Celle actuellement en vigueur, est jugée défaillante puisqu’elle accorde beaucoup trop d’importance aux épreuves finales en juin. Durant les quelques semaines précédant les examens écrits, les lycéens sont contraints d’emmagasiner un maximum d’informations qui seront très vite oubliées par la suite. Ce système ne permet donc pas de valoriser sur le long terme le travail que les élèves de terminale fournissent depuis la classe de seconde. Au fil des années, l’épreuve du baccalauréat est devenue trop complexe et ne joue plus suffisamment son rôle initial de « tremplin vers le supérieur », dixit le rapport officiel de l’Education Nationale. Du côté de l’organisation, ce sont environ 3 000 sujets préparés par les académies et plus de 4 millions de copies à corriger par les enseignants en moins d’un mois ! Cette organisation titanesque devait être simplifiée. Ce sont tant de problèmes que la réforme va tenter de supprimer.

Affichage des résultats

Quels changements ?
L’un des principaux changement sera la disparition des différentes filières : Scientifique, Economique et Sociale et Littéraire. Ce sera un nouveau système d’enseignement qui sera mis en place. Il y aura tout d’abord un socle commun de matières enseignées dans tous les lycées à savoir : français, histoire-géographie, EMC (éducation morale et civique), LV1 et LV2 (langues vivantes), EPS (Education physique et sportive), humanités numériques et scientifiques et philosophie (en classe de terminale). A partir de la classe de première, les lycéens devront choisir 3 enseignements de spécialité parmi lesquels seulement 2 seront retenus en classe de terminale. Ces différentes matières viendront se rajouter au socle commun de connaissance et représenteront 12 heures de cours hebdomadaires supplémentaires. Ce sont 11 disciplines qui sont proposées : art / écologie, agronomie et territoires / histoire-géographie, géopolitique et sciences politiques / humanités, littérature et philosophie / langues et littérature étrangères / mathématiques / numérique et sciences informatiques / SVT (science et vie de la terre) / sciences de l’ingénieur / sciences économiques et sociales / physique-chimie. Deuxième changement principal, le contrôle continu prendra une part importante dans la note finale du baccalauréat. Les épreuves terminales représenteront 60% de la note finale contre 40% en contrôle continu. L’Education Nationale espère que ce système permettra de revaloriser l’effort des élèves sur le long- terme.

Lycée Montaigne Cours Victor Hugo Bordeaux

Une nouveauté au programme et quatre principes inchangés
Les lycéens prépareront depuis la classe de première un oral final. Il aura pour but d’entraîner les candidats à acquérir une aisance à l’oral, indispensable dans la vie comme dans les études supérieures. Cet examen oral durera 20 minutes et sera divisé en deux parties. Dans un premier temps, les élèves présenteront un projet préparé depuis la Première et qui s’appuiera sur des disciplines de spécialité du candidat. Cette partie viendra remplacer l’habituel TPE (travaux personnels encadrés), présenté en classe de Première. La fin de l’examen oral sera un échange avec le jury visant à évaluer la capacité du candidat à analyser en se servant de ses connaissances acquises pendant sa scolarité. Ce grand oral sera passé en Terminale. Même si l’épreuve du baccalauréat fait peau neuve, certains principes restent inchangés. Le baccalauréat sera obtenu à partir d’une moyenne générale de 10/20. Le système actuel de compensation et de mentions est maintenu également. Il n’existera toujours pas de note éliminatoire ou de note plancher. Et enfin, l’oral de rattrapage est maintenu en tant que seconde chance. Pour résumer, l’examen du baccalauréat ce sera, un contrôle continu tout au long du « cycle terminal » (classes de première et terminale), une épreuve anticipée de français à la fin de l’année de Première (à l’écrit puis à l’oral) et quatre épreuves à passer en Terminale. Ces dernières seront deux examens écrits sur les disciplines de spécialités choisies par le candidat qui auront lieu au printemps, une épreuve écrite de philosophie en juin et le grand oral préparé depuis la première.

Université Bordeaux Montaigne

Quelles conséquences sur le postbac ?
Au vu des nombreux changements prévus sur l’épreuve du baccalauréat, il est évident qu’aucun redoublant ne sera accepté. Préparée depuis la rentrée 2018 – 2019 par les élèves de seconde, celle-ci sera très différente de la précédente. Elle ne mettra donc pas dans de bonnes conditions les élèves qui ne réussiraient pas le baccalauréat de juin 2020. Mais alors que va-t-il se passer après le bac ? Si toute la génération 2002 obtient le baccalauréat, la question de la capacité d’accueil des universités est un problème. Actuellement, elles peinent déjà à accueillir tous les lycéens fraîchement diplômés. Alors où étudieront les bacheliers de 2020 ? C’est la question que de nombreux lycéens présents aux Portes Ouvertes de l’Université Bordeaux Montaigne se sont posés. Si beaucoup ont peur pour leur avenir, du côté de l’administration de la faculté, le doute s’installe également. En effet, l’Université Bordeaux Montaigne souhaite rester publique et ne fera pas une sélection par l’argent comme peuvent le faire de nombreuses autres universités. Le problème est que le faculté a déjà beaucoup de mal à obtenir une salle adaptée à chaque cours. Alors imaginez lorsqu’elle accueillera plus de nouveaux étudiants. Certaines licences telles que la licence Lettres sont non sélectives. L’université s’engage donc à ouvrir un ou plusieurs cours de TD (travaux dirigés) supplémentaires en fonction de la demande. Mais comment l’Université Bordeaux Montaigne accueillera-t-elle autant de nouveaux étudiants si elle est actuellement dans l’incapacité de fournir une salle de classe à tout le monde ? Sur quels critères les bacheliers seront choisis pour intégrer une licence sélective ? Tant de questions qui restent sans réponse et qui représentent un vrai problème pour la rentrée 2020 dans le supérieur…

Ecrit par Sara Vigouroux


Recherche

Nous suivre

Vous pouvez nous suivre sur les différents réseaux sociaux ci-dessous!


Newsletter!

Recevez directement le nouvelles actualités de Bordeaux Gazette.

Bordeaux Gazette Annuaire

Et si je vous racontais...

Chapitres : 1
Mecarecit 2035

Chapitres : 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7
Bienvenue à Sainte Gueille

Chapitres : 1 - 2 - 3
On ne refait pas l’histoire

Chapitres : 1 - 2 - 3
Un monde meilleur

Chapitres : 1 - 2 - 3
Comme une plume

Nous suivre sur Facebook

Agenda