Bordeaux

Covid-19 : Le vaccin arrive aussi en Gironde

L’Agence Régionale de Santé de Nouvelle-Aquitaine a dévoilé ce mercredi 6 janvier sa stratégie de vaccination. Presque un an après le premier cas hospitalisé au CHU de Bordeaux, « nous voyons enfin le bout du tunnel » comme l’a affirmé Fabienne Buccio, préfète de la région Nouvelle-Aquitaine.

La campagne de vaccination pour le Covid-19 a débuté en Gironde mercredi 6 janvier avec l’EHPAD de Lormont rattaché au CHU de Bordeaux. Cet EHPAD fait partie des 31 établissements pour personnes âgées volontaires pour cette phase pilote de vaccination dans la région. Au total, 58 résidents et personnels soignants ont pu être vaccinés ce mercredi. Le directeur général de l’ARS Nouvelle-Aquitaine, Benoît Elleboode, compte atteindre les 6500 vaccinés dans la région d’ici cette fin de semaine.
A partir de jeudi 7 janvier, trois principaux centres de vaccinations vont se mettre en place dans la métropole de Bordeaux pour tous les professionnels de la santé de plus de 50 ans et ceux avec comorbidités souhaitant se faire vacciner, à savoir les hôpitaux de Pellegrin, St André et Haut Lévêque. Ils seront tous trois ouverts du lundi au vendredi de 8h30 à 19h30 afin de respecter les heures du couvre-feu bien évidemment. Celui de Pellegrin sera même ouvert en week-end aux mêmes horaires. Les prises de rendez-vous se font soit par téléphone au 05.57.82.00.05, via le site Internet du CHU ou leur plateforme dédiée. L’ARS n’est pas inquiète quant à l’affluence, le CHU a déjà reçu plus d’une centaine d’appels dès la première heure.

Box de vaccination

En termes de stock, il n’y a pas de quoi s’inquiéter non plus. La région dispose de plus de 40 000 doses. Le principal enjeu de cette stratégie tend plus à parvenir à écouler ce stock en rendant accessible ce vaccin à tous. Pour ce, dix centres de vaccinations vont être mis en place dans le département. Les maires et collectivités territoriales sont prêts à en faire encore davantage en mettant à disposition leur aide logistique et les ressources humaines nécessaires afin d’ouvrir plus de centres délocalisés dans les maisons médicales ou postes de secours notamment.
Le président de l’ARS a néanmoins insisté sur la différence entre « perdre du temps et prendre son temps » pour bien faire. Cette première phase de vaccination se doit exemplaire afin de « faire basculer les concitoyens vers une volonté de se faire vacciner » comme l’a souligné Alain Rousset, président de la région Nouvelle-Aquitaine, qui s’est lui-même fait vacciner ce mercredi 6 janvier pour montrer l’exemple.

Alain Rousset donne l’exemple

Il est important de recenser le consentement et l’avis médical de chaque patient via leurs soignants et médecin traitant de confiance afin de commander les doses au nombre le plus juste, car la logistique est à prendre en compte elle aussi. Le vaccin Pzifer-BioNTech n’est pas aussi simple d’utilisation que les autres, il se conserve par -80 degrés et une fois décongelé il doit être administré sous 4 à 5 jours.
La réussite de cette campagne de vaccination repose donc sur trois critères fondamentaux : transparence, proximité et simplicité. L’arrivée du vaccin ne doit pas se substituer pour autant aux gestes barrières et autres règles en vigueur tant que l’immunité collective n’est pas atteinte, pas avant le printemps d’après les experts. Et si cela peut davantage vous rassurer, le CHU de Bordeaux est en charge avec celui de Marseille du tracing national des potentiels effets secondaires du vaccin.

Ecrit par Coralie Lamarque


Recherche

Nous suivre

Vous pouvez nous suivre sur les différents réseaux sociaux ci-dessous!


Newsletter!

Recevez directement le nouvelles actualités de Bordeaux Gazette.

Bordeaux Gazette Annuaire

Et si je vous racontais...

Chapitres : 1 - 2 - 3 - 4
Mascarade

Chapitres : 1 - 2 - 3 - 4 - 5
Cordélia et son fantôme

Chapitres : 1 - 2 - 3 - 4
Brunissande et Esclarmonde

Chapitres : 1 - 2 - 3 - 4
Vendanges et Immortalité

Chapitres : 1 - 2 - 3 - 4
Voyage, Voyage !

Nous suivre sur Facebook

Agenda