Union Bordeaux-Bègles

Encore un point de bonheur pour l’Union qui dispose du Stade Français

Le score est anecdotique mais, pour la deuxième fois, l’Union gagne d’un petit point avec un essai marqué à la dernière minute. L’arbitre, sifflant la fin après la transformation manquée par Camille Lopez, a écourté le match de 27 secondes. En fait, la victoire par 22 à 21 est bonne pour le moral et, match après match, on voit la progression, même s’il y a encore du travail à faire.

Pour cette soirée, Marc Delpoux disposait de 25 joueurs, dont de nombreux espoirs. Etaient absents de la feuille de match : Tisseau, Adams et Reihana.

Connor en action
photo Bordeaux Gazette - Bernard Lamarque

Depuis la reprise, les espoirs sont régulièrement mis à contribution et ils tirent très correctement leur épingle du jeu. C’est une garantie de pérennité pour le club et cela fait taire ceux qui reprochent un excès de joueurs étrangers. Pour débuter le match, le coach a aligné la composition suivante qui est sûrement très proche de l’équipe-type du début de championnat ; ainsi sont entrés sur le terrain pour débuter le match dans l’ordre de numérotation : Delboulbes, Rofes, Decamps, Purll, Treloar, Ternisien, Madaule, Clarkin, Seron, Fraser, Connor, Denetre, Le Bourhis, Brana et Ferrères. En attendant le retour des internationaux, Marc Delpoux se plaint de n’avoir que cinq joueurs pour quatre postes et il a failli faire appel à un joker "Coupe du Monde". Le retour de Carballo qui n’a pas été retenu dans l’équipe d’Argentine, est prévu dans les jours qui viennent. Par ailleurs, on était impatient de voir Houston Leroy à l’œuvre et on n’a pas été déçu.
Le match initialement programmé à 18h30 a été décalé à 19h30, pour cause de chaleur.

L’essai de Le Bourhis
photo Bordeaux Gazette - Bernard Lamarque

Les parisiens avaient fait suivre dans leur effectif - bien que ne jouant pas -, Byron Keller qui a été la cible des nombreux photographes présents. C’est devant une assistance moyenne que le match a débuté et, d’entrée de jeu, on a assisté à un match engagé où les défenses ont pris le pas sur les attaques. Les parisiens ont tenté d’ouvrir des brèches par leur puissant centre Danty mais l’Union, passé l’effet de surprise, ne s’en est pas laissé compter. On a assisté à 18 premières minutes d’impacts et de relances sans que rien ne soit marqué et il a fallu attendre que Fraser ne se décide à faire parler la poudre pour que l’Union mène par 3 à 0. L’Union a mené au score pendant tout le match, sauf pendant la période où Benoit Madaule a pris un carton jaune et le Stade Français a mené 21 à 17 jusqu’à l’essai d’Houston Leroy qui a donné la victoire à l’Union après un match plaisant à suivre.

Les spectateurs applaudissent l’essai de la gagne
photo Bordeaux Gazette - Bernard Lamarque

Avec ce bon match amical, l’Union a démontré qu’elle peut tenir son rang dans le top 14 et que, quand elle pourra compter sur son effectif au complet, elle ne sera pas forcément facile à battre. Au rang des satisfactions : le métronome Fraser, les jambes de Connor, le punch de Le Bourhis, l’explosivité de Brana, le retour de Rey, l’essai de Leroy et la tenue des espoirs. L’Union bat le Stade Français 22 (1 pénalité, 3 essais, 1 transformation) à 21 (3 essais et 3 transformation.
Pour Marc Delpoux : "Une fois de plus, on s’est compliqué la vie en début de partie, c’est pas le score qui est important mais l’essai de la dernière minute c’est bon pour le moral. Sur une partie de la première mi-temps, j’ai de grosses satisfactions, on a eu une période de domination hyper intéressante. Les matchs de préparation, ils nous servent à mettre des choses en place, ils nous servent à dédramatiser le Top 14. J’ai vu un bon match amical avec 3-0 à la mi-temps, cela signifie que personne ne voulait lâcher. On cherche à être respecté dans le Top 14. On ne joue pas dans la même catégorie, on a chacun notre championnat à faire. Il faut parfois jouer simple et ne pas faire des passes pour faire des passes." En précisant cela, Marc Delpoux a-t-il voulu faire une allusion aux 8 millions d’euros de budget de l’UBB face aux 21 millions du Stade Français ?

Ecrit par Bernard Lamarque

Co-fondateur et rédacteur en chef de Bordeaux Gazette


Recherche

Nous suivre

Vous pouvez nous suivre sur les différents réseaux sociaux ci-dessous!


Newsletter!

Recevez directement le nouvelles actualités de Bordeaux Gazette.

Sur le même sujet




Petites Annonces Bordeaux Gironde

Nous suivre sur Facebook

Agenda