Bordeaux

Les syndicats maintiennent l’ambiance

Pendant que Macron allait au devant d’une réception glaciale dans l’Hérault, de leur côté les syndicats maintiennent l’ambiance comme on l’a vu sur le parvis départ de la gare Saint Jean à Bordeaux.



On ne peut pas savoir pour l’instant qui aura la digestion la plus difficile ou la plus facile de cette histoire de retraite car l’horizon s’annonce d’un coté, très couvert pour Macron en ce qui concerne la suite de son mandat et de l’autre il s’agit d’agir pour trouver l’ancrage de la contestation dans la durée sans perdre de l’énergie nécessaire à cette dernière. On se demande si l’échéance annoncée par Macron de Juillet sera la limite de sa résistance ou autre chose mais ce que les syndicats annoncent, c’est qu’ils ne lâcheront rien et ne laisserons pas en paix le gouvernement. Les syndicats donc entretiennent les troupes et cherchent à sensibiliser les gens pour continuer la lutte pour obtenir l’abrogation de la loi "scélérate" avec des manifestations du type comme celle organisée par les cheminots devant la gare Saint Jean, manifestation à la fois bon enfant et festive mais très virulente contre le pouvoir. Manifestation très simple et solidaire car il s’agit simplement de verser la somme que l’on souhaite dans la tirelire pour accéder au sandwich et à la bière permettant ainsi de constituer une cagnotte pas forcément énorme mais tout le monde sait bien que les petits ruisseaux font les grandes rivières.

La tente de la CGT était le centre du rassemblement mais tous les syndicats étaient présents.

Distribution de tracts, échanges verbaux avec les voyageurs transitant sur le parvis qui trouvaient cela plus ou moins à leur goût mais qui se montraient attentifs aux propos que souvent certains approuvés. Ainsi les curieux qui se sont approchés ont régulièrement augmenté le volume des présences sur la manifestation lui faisant prendre du volume sur un espace limité. Ceci a amené certains à s’enhardir jusqu’à bloquer le passage du tramway amenant à évacuer les rames en cours de voyages arrêtées à quelques mètres de la station de tram , ce qui n’est pas forcément positif pour l’image de la contestation. Les voyageurs n’ont pas spécialement protesté montrant même de la sympathie pour les manifestants. Si les manifestants ont brulé une effigie de Macron lors de ce rassemblement. Il n’y a pas eu les insultes dont le Président a été gratifié à Sélestat hier, l’original n’étant pas la. Mais la il s’agissait du début de l’après midi car il y a eu une suite qui a mobilisé les forces de l’ordre tout au long de la journée. Elles ont occupé le terrain jusqu’à tard dans la soirée en effectuant des contrôles et on sent très bien que les autorités sont sur le qui vive d’autant que le premier mai s’annonce et qu’il risque d’être très suivi.

Ecrit par Bernard Lamarque

Co-fondateur de Bordeaux Gazette


Recherche

Nous suivre

Vous pouvez nous suivre sur les différents réseaux sociaux ci-dessous!


Newsletter!

Recevez directement le nouvelles actualités de Bordeaux Gazette.

Bordeaux Gazette Annuaire

Et si je vous racontais...

Chapitres : 1 - 2
Le Crime de la Pizzéria

Chapitres : 1 - 2 - 3 - 4 - 5
Jeanne et Gédéon

Chapitres : 1 - 2 - 3 - 4 - 5
On ne sait jamais de qui l’on peut avoir besoin

Chapitres : 1 - 2 - 3 - 4
Et cum animo

Chapitres : 1 - 2 - 3
Une Vie de Chat

Nous suivre sur Facebook

Agenda