Bordeaux

Christophe Urios avait prévenu « Mais si nous voulons être champions, il va falloir qu’on se durcisse » et l’UBB avait une occasion de montrer qu’elle savait se durcir mais c’est manqué.

Il faut dire que l’arbitrage déplorable de Mr Ruiz n’a pas forcément rendu la rencontre facile pour les locaux mais même avec un arbitrage correct, rien ne dit que l’UBB ait pu gagner car les toulousains commettent des fautes mais la vitesse d’exécution est telle qu’on a du mal à les distinguer car d’une part elle son minimes et d’autre part le travail sur la vivacité du geste confine à l’expression artistique. Ainsi l’UBB cloture sur deux défaites la saison régulière mais peut être que le fait de se savoir qualifiée dès la semaine passée avant même d’avoir affronter Toulon a eu un effet démobilisateur dans les têtes, prouvant que les matchs c’est au mental que ça se jouent. Pour l’anecdote Mourab Boudjellal s’est payé Mr Ruiz dans une de ses dernières chroniques dans le Midol : "Alexandre Ruiz ne va plus arbitrer en Top 14. Tous les présidents et tous les entraineurs du Top 14 respirent ! C’est quand même un super-héros Alexandre Ruiz. C’est le seul homme qui peut voir des choses que la vidéo ne peut pas voir. Cela nous était arrivé une fois à Castres. Il avait décidé que Ma’a Nonu avait fait une faute avant de marquer un essai. A la vidéo, on ne voit aucune faute, il a dit que ce n’était pas grave car lui, il l’avait vue la faute". Il n’a du reste pas vu le très léger en avant au départ de l’action qui amène l’essai de Meafu, autre subtilité sur le plaquage en retard sur Cordero pas de jaune mais quand Cazeau plaque aux épaules, carreau comme on dit à la pétanque !

Cazeaux durement secoué

Une fois l’émotion digérée, il sera surement très intéressant de regarder le "replay", pardon l’enregistrement de la vidéo de ce match (Replay en terme lexical est une réduction de surface et c’est la caractéristique des patois considérés comme langue minoritaire). C’est vrai qu’en première mi-temps on a aperçu un Jolmes mettant du temps à se repositionner en défense et des absences inhabituelles dans le jeu et Christophe Urios n’arrête pas de pester contre ses joueurs qui vont avoir très certainement une semaine type "travaux forcés" pour affronter, certes sur leur terrain, les "jaunards" qui lors de leur dernière visite transformés en "verdards" avaient arraché le nul en faisant souffrir les locaux. Petit changement de dernière minute avant le coup d’envoi qui voit Hulleu remplacer Lam, mais on s’y attendait un peu. Revenons sur ce début de rencontre ou l’UBB a essayé pendant les premières minutes de mettre la pression sur un Toulouse qui s’attendait à subir un départ en trombe. Les bordelo-béglais durant cette période se sont entêtés à prendre des pénaltouches plutôt que des points et on peut espérer qu’il ne commettront pas la même erreur dans un match couperet comme face à Clermont en fin de semaine car maintenant c’est "en vacances ou ça continue". Le plus curieux de cette affaire c’est que si ça passe efficacement devant Clermont les UBB-boys vont encore retrouver Toulouse sur leur chemin et toujours en demi-finale, décidément les capitales de bord de Garonne n’ont pas fini éventuellement d’en découdre.

Cordero à la relance

Que dire de ce match que les Toulousains ont tenu de main de maître en défense mais où ils ont eu relativement peu de munitions l’alignement bordelais faisant la loi en touche et le pack faisant jeu égal en mêlée avec la puissance toulousaine. Ils n’ont pas dominé mais ils ont gagné et les locaux ont appris à leurs dépends que dominer n’est pas gagner. Les Toulousains pour leur part sont très heureux d’avoir gagné à Chaban en s’offrant un week-end de repos, mais il ne faudrait pas que ce dernier soit démobilisateur en offrant une rupture de rythme qui peut toujours être préjudiciable. Si les regards de Toulouse sont vers la demi-finale ceux des bordelais sont vers la réception de Clermont à Chaban et il est certain que l’UBB va tout mettre en oeuvre pour aller retrouver son meilleur ennemi encore une fois en demi-finale avec une furieuse envie d’essayer de battre le chat noir Toulousain et cela risque d’être encore plus saignant car cette rencontre à Chaban à encore était dure pour les organismes et incertaine jusqu’au deuxième essai des visiteurs en toute fin de partie à l’ultime minute car jusque là ils étaient à portée d’essai transformé qui les aurait privé du gain du match. Il s’en est fallu de peu que le score ne bascule particulièrement sur le petit à suivre pour lui même de Jalibert malheureusement un peu trop long, il faut souligner la défense héroïque des visiteurs lors de ces vingt dernières minutes où l’UBB par peut être excès de précipitation n’a pas su marquer. Le sort à peut être voulu que la querelle se vide en demi-finale, sait-on jamais !

Jalibert lance sa ligne d’attaque

Union Bordeaux Bègles : 10 (1 essai Seuténi 29ème ; 1 pénalité Seuténi 45ème ; 1 transformation Seuténi 30ème)
Stade Toulousain : 21 (2 essais Meafou 32ème, Tauzin 80ème, 3 pénalités Ramos 12ème, 37ème, 51ème ; 1 transformation Ramos 33ème)

Ecrit par Bernard Lamarque

Co-fondateur de Bordeaux Gazette


Recherche

Nous suivre

Vous pouvez nous suivre sur les différents réseaux sociaux ci-dessous!


Newsletter!

Recevez directement le nouvelles actualités de Bordeaux Gazette.

Bordeaux Gazette Annuaire

Et si je vous racontais...

Chapitres : 1 - 2 - 3
La chaise vide

Chapitres : 1 - 2 - 3 - 4
Querelle de voisinage

Chapitres : 1 - 2 - 3 - 4
Mascarade

Chapitres : 1 - 2 - 3 - 4 - 5
Cordélia et son fantôme

Chapitres : 1 - 2 - 3 - 4
Brunissande et Esclarmonde

Nous suivre sur Facebook

Agenda