Bordeaux

Ce crucial mois de janvier avec trois matchs à la maison débute sous de bons hospices si ce n’est qu’ Urios perd encore un joueur important sur blessure, après Moefana, c’est Cordero et il s’interroge sur un possible apport.

Si pour les avants les problèmes sont en voie de règlement pour l’UBB, car des joueurs vont revenir dont l’emblématique Jefferson Poirot qui nous a confié qu’il en avait encore pour trois semaines avant de retrouver les terrains et on sent que cela lui manque par contre comme le cite Christophe Urios, c’est dans le champ profond qu’il y a des problèmes car il précise "depuis Castres on perd quelqu’un à chaque match" et il va falloir se pencher sur ce problème. Baptiste Serin a regretté en conférence de presse de n’avoir pu "croiser le fer" avec ses copains Jeff et Marco et il a même précisé "Je suis content d’être là, ici c’est ma famille". On peut d’autant le croire qu’il figure sur la couverture avec Alain Giresse de l’ouvrage "Lescure 80 ans d’histoire, de sport et d’événements" et pour les amateurs il restera à jamais l’enfant de l’UBB qui a accédé à l’équipe de France comme son copain Jeff. Baptiste, enfant de l’UBB qui a regretté de jouer à huis clos dans ce stade qu’il affectionne particulièrement car habitué à y jouer devant plus de vingt mille spectateurs, il a vraiment trouvé cela sinistre et peu enthousiasmant.

Woki ballon en mains

C’est sous un froid soleil d’hiver que cette rencontre a débuté, éclairée avec l’appoint des projecteurs qui signalaient à ceux qui fréquentaient les boulevards à ce moment là, qu’il se passait quelque chose à Chaban mais qu’eux en été privé. Cela fait bien trop longtemps que ca dure mais encore heureux cette saison, les matchs se jouent, il suffit d’avoir une télé et un abonnement aux chaînes privées pour pouvoir les suivre. Pour l’instant terminé ces regroupements dans les bars ou devant un demi des habitués commentent à haute voie les exploits de leurs joueurs préférés que ce soit au Connemara ou au Casey’s Pub voire au City ou chez le Pépère. A Bordeaux le premier public de rugby de France est en deuil comme beaucoup de publics en France quel que soit le sport et il se pourrait que cela dure comme pour les cinémas. Le ratage du démarrage de la vaccination ne va pas améliorer les choses rapidement et la vie sociale fout le camp pendant ce temps où même les joueurs dépriment de jouer sans public. L’ombre de la souche anglaise plane sur le championnat qui ne pourrait supporter une deuxième interruption car l’EPCR n’a pas la faculté de faire appliquer des règles strictes.

Kaulashvili et Woki s’apprêtent à soutenir Marais en touche

Le match a plutôt bien démarrer pour les bordelo-béglais qui n’ont pas mis plus de trois minute pour marquer le premier essai avec un Cordero de feu qui décale Lam qui sert Woki qui va pointer comme dans un fauteuil, malheureusement Cordero va prendre un mauvais plaquage dont on peut difficilement dire qu’il est intentionnel mais qui l’oblige à sortir à la dixième minute remplacé au pied levé par Uberti qui va se montrer à la hauteur du challenge. Sur ce match on a vu un Lam plus dans le rythme et on voit bien qu’il commence vraiment à prendre ses marques et apporter au travail collectif. Jalibert va faire subir à Carbonnel le traitement que lui avait fait subir Ntamack la semaine passée et on peut dire que la hiérarchie a été respectée avec l’ouvreur bordelais carbonisant Carbonel pour aller entre les perches et sur l’ensemble du match il va marquer 21 points soit les deux tiers du score bordelais. Les varois vont passer une douzaine de minutes affreuses pilonnés par les unionistes, commettant faute sur faute sans que Mr Cardona ne sanctionne la séquence ne serait-ce d’un banal carton jaune ce qu’il ne manquera pas de faire en seconde mi-temps quand l’UBB un moment sera mise à mal par un regain d’énergie Toulonnaise. La mi-temps sera sifflée sur le score de 20 à 6.

Buros remet les pendules à l’heure

De retour des vestiaires Toulon va tout comme Bordeaux marquer à la troisième minute du début de cette seconde période mais la suite n’est pas identique car dans les minutes suivantes sur une touche les visiteurs vont se faire contrer et le ballon va arriver à Lam qui la, va servir Buros qui marque et redonne un net avantage aux bordelo-béglais mais Toulon a retrouvé de l’allant et il va mener la vie dure aux locaux qui vont tenir le coup même s’ils encaissent un carton jaune qui va se payer par un essai mais les visiteurs n’arriveront pas à revenir dans le bonus défensif, ce qui a soulagé Urios qui a engagé la course au retour dans les six. De son côté Collazo fera le constat suivant : "Trente points encaissé et zéro positif" sévère pour son équipe tout en reconnaissant le pragmatisme des bordelais en soulignant qu’il y a une grosse différence entre jouer pour jouer et jouer pour gagner. Maintenant il reste à préparer la réception de Lyon qui vient de s’incliner sur son terrain face à Castres et attention à la bête blessée.

Prestation honorable de Roumat en troisième ligne centre et l’inusable Cobilas

Union Bordeaux Bègles : 31 (3essais Woki 3ème, Jalibert 22ème Buros 51ème ; 4 pénalités Jalibert 30ème, 38ème, 59ème, 68ème ; 2 transformations Jaliber 4ème, 23ème)

RC Toulon : 18 (2 essais Toeava 43ème, Heem 65ème ; 2 pénalités Carbonel 14ème, 41ème ; 1 transformation Carbonel 66ème)

Ecrit par Bernard Lamarque

Co-fondateur de Bordeaux Gazette


Recherche

Nous suivre

Vous pouvez nous suivre sur les différents réseaux sociaux ci-dessous!


Newsletter!

Recevez directement le nouvelles actualités de Bordeaux Gazette.

Bordeaux Gazette Annuaire

Et si je vous racontais...

Chapitres : 1 - 2 - 3 - 4
Chloé n’est pas ce qu’elle croit

Chapitres : 1 - 2 - 3
La chaise vide

Chapitres : 1 - 2 - 3 - 4
Querelle de voisinage

Chapitres : 1 - 2 - 3 - 4
Mascarade

Chapitres : 1 - 2 - 3 - 4 - 5
Cordélia et son fantôme

Nous suivre sur Facebook

Agenda