Le professeur Perronne tape plus fort que Didier Raoult

Avec son livre "Y a-t’il une erreur qu’ils n’ont pas commise ?" Christian Perronne, chef du service d’infectiologie à l’hôpital de Raymond-Poincaré de Garches, met les pieds dans le plat au point de faire l’aveu “ C’est la première fois de ma vie que j’ai honte pour mon pays. Je le dis publiquement. ”

Le titre de ce livre n’est pas sans rappeler l’excellent "Comment réussir à échouer" de Paul Watzlawick qu’illustre la fabuleuse boutade de carabin : "opération réussit, patient décédé" et c’est un peu de ça dont il s’agit car d’après Christian Perronne on aurait pu en sauver 25 000 de patients. Paul Watzlawick explique comment réussir à échouer en appliquant ce qu’il appelle l’ultra solution. Avec cette solution, il suffit de nier le problème avec tout ce qu’il comporte et on est sur de réussir à échouer ce qu’a un peu fait le Président Macron et ses entourages qui pensaient que comme pour le nuage de Tchernobyl la France ne serait pas atteinte et tout le monde a nié l’évidence même quand les hostilités étaient déclenchées. La France s’est ainsi retrouvée "à poil" face à l’ennemi en expliquant à la population terrifiée : "silence on réfléchit et on fait des analyses pour savoir s’il y a une arme à utiliser" sans préciser qu’il fallait une arme lourde qui nourrisse l’industrie pharmaceutique et pas un malheureux traitement à dix-huit euros pas assez juteux pour les laboratoires. Le Redemsivir de Gilead pouvant aller jusqu’à 4500 $ pour 10 jours de traitement lui a semblé faire l’affaire mais c’était sans compter sans quelques études peu flatteuses pour le produit. C’est ainsi qu’en 207 pages le professeur Chritian Perronne dissèque les onze scandales qui ont illustré ce triste épisode de ce début de XXIème siècle de l’histoire médicale de la France où ses mandarins se sont couverts d’opprobre et d’indignité et où seul quelques uns ont su donner une image positive de la médecine et surtout ceux d’en bas, ceux qu’on qualifie de petits, de sans grade comme les généralistes, les infirmier(e)s, les personnels de toute activité pas forcément noble mais tellement nécessaire qui ont été à la hauteur.

Dans son livre qui relate par le menu la crise de la Covid 19 telle qu’il l’a vécu le professeur Christian Perronne qui est une sommité mondiale dans sa spécialité car il est Professeur de médecine et d’infectiologue, Chef de Service à l’Hôpital de Garches et responsable des maladies infectieuses, il a été le professeur de Jérôme Salomon, l’actuel Directeur général de la santé en France, il a été Président de la Commission des maladies infectieuses au sein du Haut Conseil de la Santé Publique durant 15 ans, Responsable d’une commission vaccins au sein de l’OMS, a conseillé pendant de très nombreuses années les gouvernements français sur les choix de santé à faire en matière de maladies infectieuses mais cette fois il semblerait que l’on n’ait pas chercher à avoir son avis sur la question. Les mauvais esprits iront jusqu’à avancer qu’il s’est trompé en nommant professeur Jérôme Salomon, Jérôme Salomon qui l’a beaucoup déçu par ses atermoiements et ses absences face à la crise. Il n’a pas hésité à prononcer que Salomon, le gouvernement, Buzyn, Macron étaient coupable de la catastrophe. Dans l’interview accordé à Sud-Radio il précise : "On ne peut jamais savoir à l’avance ce que va être une épidémie" rejoignant en cela Didier Raoult qui spécifie qu’il n’est pas devin, prouvant ainsi que personne ne sait ce qui se passera pour la suite entre plutôt optimistes et plutôt pessimistes. Christian Perronne est pourtant un homme du système puisqu’il pilote le plan Lyme et que le protocole de soins devait être publié en avril, cela n’ayant pas eu lieu suite au Covid 19. Il n’hésite pas aussi à dire que tous ceux qui sont contre l’étude de Didier Raoult sont plus ou moins acheté à titre divers par les laboratoires et le nom du laboratoire cité par Didier Raoult lors de son audition devant la Commission d’enquête réapparaît. Dans ce livre, il y a des noms et des sommes. Christian Perrone va plus loin en faisant le subtil distinguo que le grand public a du mal a appréhendé entre létalité et mortalité en avançant que le traitement de Didier Raoult aurait économisé 25 000 morts car dans tous les pays qui ont utilisé le cocktail Hydroxychloroquine plus Antibiotique la létalité est de 6% alors qu’en France, elle est de 20%.

La fameuse hydroxychloroquine utilisée aux Etats-Unis, au Maroc, en Algérie, au Portugal et même au Brésil dans la phase précoce du Covid 19

Ce que met bien en évidence le professeur Christian Perronne c’est que le comité scientifique qui comptait de nombreuses personnalités issues des travaux sur le SIDA, n’ont pas compris ce qui se passait exactement, que c’était la guerre et qu’ils commençaient à s’embrouiller dans des délais d’attentes car il fallait des études avant d’agir alors que l’heure était totalement à l’action et non pas à l’étude. On a introduit dans cette commission des gens parfaitement compétent dans des domaines qui n’avaient rien voir avec le problème urgent auquel il fallait faire face, Macron lui même a prononcé "nous sommes en guerre". Il fallait attendre l’avis des sociétés savantes pour prendre une quelconque décision, "sociétés savantes qui sont totalement corrompues, elles ont des milliers voire des millions d’euros sur leurs comptes en banques" a affirmé Christian Perrone. Il s’est félicité que la revue The Lancet, journal totalement corrompu comme le British Medical Journal, le Jama, le new England Journal of Medicine se soit elle même disqualifiée avec l’article publié contre l’Hydroxychloroquine qui s’est vu mis en cause avec des chiffres totalement faux, le terme "bidon" a même été employé. Il a aussi largement parlé de la corruption qui est le système sur lequel les laboratoires s’appuient pour contrôler le marché avec des décisions qui se prennent aux Etats-Unis car plus aucune décisions ne se prend en France “Tout est contrôlé depuis Chicago, New York ou San Francisco.” Il met en cause les lobbyistes qui sont les corrupteurs officiels qui envahissent les couloirs de la commission européenne et de toutes les assemblées. Il met en cause les grands journaux médicaux qui sont eux aussi complètement corrompus ne devant leurs survies qu’à l’argent que leur apporte l’industrie pharmaceutique. Il met en cause l’aberrante décision de Véran interdisant par décret l’utilisation du Plaquénil et regrette la position du Conseil de l’Ordre qui empêche la liberté de prescription faisant dire à André Bercoff que "dans cette affaire on était passé du serment d’Hippocrate au serment d’hypocrite". Beaucoup auraient aimé que ce livre soit interdit, en tout cas il est extrêmement difficile à trouver dans les librairies à la veille du second tour des municipales sauf à la Machine à Lire.

L’interview du Professeur Perronne sur Sud Radio

La létalité désigne une statistique établie sur le risque potentiel qu’une maladie peut provoquer un effet qui serait fatal et engagerait donc le pronostic vital de la personne qui la contracte.
La mortalité est le nombre de décès rapporté dans une population pour un temps donné.

Ya-t-il une erreur qu’ILS n’ont pas commise ?
Covid-19 : L’Union sacrée de l’incompétence et de l’arogance
Professeur Christian Perronne
207 pages
16,90€
Albin Michel
ISBN 978-2-226-45518-5

Ecrit par Bernard Lamarque

Co-fondateur et rédacteur en chef de Bordeaux Gazette


Recherche

Nous suivre

Vous pouvez nous suivre sur les différents réseaux sociaux ci-dessous!


Newsletter!

Recevez directement le nouvelles actualités de Bordeaux Gazette.

Et si je vous racontais...

Chapitres : 1 - 2 - 3
Brunissande et Esclarmonde

Chapitres : 1 - 2 - 3 - 4
Vendanges et Immortalité

Chapitres : 1 - 2 - 3 - 4
Voyage, Voyage !

Chapitres : 1 - 2 - 3
Mecarecit 2035

Chapitres : 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7
Bienvenue à Sainte Gueille

Nous suivre sur Facebook

Agenda