Bordeaux

La laïcité évoquée pour commencer la quinzaine de la diversité et de la citoyenneté à Bordeaux

La quinzaine de l’égalité, la diversité et de la citoyenneté a débuté. Pour sa troisième édition de nombreux événements sont prévus. Nous avons pu assister à un des premiers, une conférence comparative sur la laïcité et le vivre ensemble en France et en Allemagne.

Pour cette conférence quatre intervenants étaient présents : - deux sénateurs co-rapporteurs de la mission d’information sur l’organisation, la place et le financement de l’Islam en France et de ses lieux de culte, - un adjoint au maire de Bordeaux – l’ambassadeur d’Allemagne en France. Une rencontre qui a très vite tourné autour du thème de l’Islam et de la radicalisation. Si l’on a bien compris que la France et l’Allemagne ne traitent pas le fait religieux de la même manière il faut comprendre ce qu’il en est. En France les religions et l’Etat sont complètement séparés suite à la loi de 1905. Niklaus Meyer Landrut, l’ambassadeur d’Allemagne en France, explique qu’en Allemagne, l’état et les religions coopèrent dans le cadre d’une bonne compréhension et d’un souci de clarté. Un impôt, qui n’est pas obligatoire mais lié a une déclaration d’appartenance, est prélevé à chaque citoyen qui se déclare de telle ou telle religion. L’argent est ensuite reversé aux différents cultes en fonction du nombre de personnes associées à chaque religion. Une situation claire qui permet à l’Etat de savoir comment sont financés tous les cultes. Une technique de financement bien plus transparente que celles employés en France ou chaque religion a ses propres sources de revenus parfois pas forcément très discernables pouvant même venir de l’étranger.Il y a donc un gros travail de clarification qui serait souhaitable pour savoir d’où provient l’argent qui permet a ces institutions de vivre tou en sachant que beaucoup font preuve de transparence.

Nathalie Goulet, sénatrice

Nathalie Goulet, présidente de la Commission d’enquête sur la lutte contre les réseaux djihadistes en France, présente pour cette conférence ne manque pas de pointer du doigt le financement de certains cultes en France, notamment l’Islam. Cette religion extrêmement médiatisé suite aux récents événements, ne cesse d’être aux cœurs des débats. Comme hier où une conférence sur la laïcité et le vivre ensemble a rapidement divergé vers la sécurité et le djihadisme. En France le financement des différentes religions se fait par dons. C’est le cas de l’Islam qui est financé par de nombreux pays comme le Maroc ou l’Arabie Saoudite. Ces différents pays ne donnent pas à l’Islam français mais seulement à certaines Mosquées. Les imams et autre ne sont également pas formés en France et viennent de pays étrangers et prêchent en arabe. L’enseignement religieux est peu prit en charge en France, contrairement à l’Allemagne qui consacre une partie de son budget à enseigner différentes religions. Le sénateur et co-président de la commission, André Reichardt préconise l’enseignement des religions.Pour lui en tant qu’ancien président du conseil régional d’Alsace, il est favorable à un apprentissage des religions en France. La région d’Alsace est d’ailleurs la seule en France où les jeunes consacrent une heure par semaine à l’étude de différents cultes. Les cours sont assurés par plusieurs intervenants spécialisés. A l’heure où la France se divise sur la question de l’Islam il propose donc d’améliorer la connaissance des différentes religions.


Recherche

Nous suivre

Vous pouvez nous suivre sur les différents réseaux sociaux ci-dessous!


Newsletter!

Recevez directement le nouvelles actualités de Bordeaux Gazette.

Petites Annonces Bordeaux Gironde

Nous suivre sur Facebook

Agenda