Bordeaux

David Cathala : histoire d’un conteur

David Cathala est un comédien-conteur professionnel de 25 ans. Un métier pas si commun, dont il accepté de me parler. Il était une fois David.

Après une Licence d’Histoire à Bordeaux 3 et deux ans de boulots divers, un déclic se produit : il décide de se lancer en janvier 2014 en tant qu’auto-entrepreneur comédien-conteur. « Le conte est une pratique des arts de la scène. » David Cathala explique qu’un conteur est un comédien qui raconte des récits et légendes, mais, contrairement aux comédiens à texte, il n’apprend pas le texte par cœur. « Il y aussi une part d’improvisation. A partir du canevas de départ de l’histoire, je vais « casser le quatrième mur », c’est-à-dire jouer en fonction des réactions du public. » Il y a un travail de mise en scène du texte. Tout est question de dosage, celle-ci doit rester « assez épurée pour ne pas me mettre trop en valeur par rapport aux propos du texte », mais est essentielle « car il s’agit de divertir ». Son principal instrument est sa voix, mais il l’agrémente parfois avec de petits instruments de musique comme des harmonicas, sansulas et guimbardes.

David Cathala garde un bagage important de ses années d’étudiant en Histoire. C’est par une "asso de la fac" qu’il a découvert, il y a sept ans, sa « première école de jeu » : le théâtre d’improvisation. Aujourd’hui encore, il le pratique en loisir dans la ligue bordelaise de la Licoeur. En 2009-2010, il a crée l’équipe étudiante de La Lubrik. Après l’avoir dirigé alternativement avec d’autres professeurs pendant plusieurs années, il est désormais membre en tant que joueur. Il garde par ailleurs une passion pour l’Histoire. Il me raconte ainsi celle du conte, cet « art ancestral ». Au tout départ, le conte était là pour « rassembler les personnes autour du feu et prendre la parole durant les temps de repos. Le conte est une tradition orale. C’est la première fois où les hommes ont décidé de mettre en scène des moments de leurs vies. Chaque pays, région et famille a des répertoires de récits. Le conte servait de mémoire du groupe. A partir du XIIème-XIIIème siècle, il y a eu une mise à l’écrit afin d’étudier la sociologie. Le conte a évolué. Au fil du temps les anecdotes sont devenues récits et légendes. Dans les années 1970, il y a une professionnalisation du métier de conteur. » Celui-ci a donc été « tour à tour : historien du groupe, homme de théâtre avant l’heure, éducateur et personne qui divertit. »
Sansula : instrument de percussion
« On a tendance à penser à tort que les contes sont souvent pour les enfants car ils servent à tirer des morales ». David travaille avec toutes catégories de personnes : pour des collectivités, entreprises et particuliers. Il se produit en spectacle mais anime également des ateliers. Il animera d’ailleurs un dimanche d’aout ou septembre un atelier d’initiation au conte sur Bordeaux, durant toute une journée. Le tarif est de 40 euros, déjeuner compris. Détails du programme et date sur demande. Il propose également des ballades contées sur Bordeaux ou la région, en binôme avec la guide conférencière Marie Lambert. Depuis « la fin de saison de décembre 2014 à juin 2015 », il racontait chaque semaine des contes sur « Radio Campus ». Il rempile à la rentrée et sera par ailleurs invité régulièrement dans l’émission « L’Ascenseur » de cette même radio. A l’issu des interviews des participants, il produira un conte improvisé sur ce que les invités auront raconté. D’autre part, il travaille à la mise en scène de sa pièce « Arthur et la muse », qui sera jouée au printemps 2016.

Tarifs, dates et détails de ses prestations
Les contes du Farfadais
ou au
0677690832

Ecrit par Marie Verger


Recherche

Nous suivre

Vous pouvez nous suivre sur les différents réseaux sociaux ci-dessous!


Newsletter!

Recevez directement le nouvelles actualités de Bordeaux Gazette.

Petites Annonces Bordeaux Gironde

Nous suivre sur Facebook

Agenda