Bordeaux

"Ausone" (Decimus Magnus Ausonius) un Bordelais Illustre !!!

C’est dans la cité romaine de Burdigala, en l’an 309 que naquît Decimus Magnus Ausonius ou Ausone, fils de Julius Ausonius, préfet d’Illyrie et archidiacre de l’empereur romain Valentinien 1er, et d’Attusa Lucana Sabina, fille de sénateur. Ausone va commencer ses études à Burdigala puis les poursuivre à Tolosa (Toulouse) avant de regagner Bordeaux.


Une brillante carrière politique

Dès son retour à Burdigala, après avoir abandonné le droit, Ausone devient grammairien puis rhéteur. Vers l’âge de trente ans, Ausone est appelé par l’empereur Valentinien 1er afin qu’il devienne le précepteur de son fils Gratien, alors âgé de cinq ans.
En 374, le même Gratien, devenu empereur à la mort de son père, va offrir à son éducateur estimé une tardive mais brillante carrière politique. Ausone va occuper tour à tour les plus prestigieuses fonctions : comte du palais, questeur (magistrat chargé des finances), préfet pour l’Italie et l’Afrique, préfet du prétoire des Gaules, consul puis proconsul d’Asie. Soucieux d’œuvrer pour sa famille en obtenant des postes, Ausone va aussi jouer de son influence morale sur l’empereur Gratien, afin que celui-ci prenne des mesures plus respectueuses envers « l’être humain ». Il intervient pour demander l’arrêt des tortures infligées aux mauvais payeurs d’impôts et la saisie des biens des condamnés.

La fin de Gratien, le retour d’Ausone à « Bordeaux »

En 383 l’empereur Gratien doit faire face à l’insurrection d’un des ses généraux commandant l’armée de Bretagne, il est vaincu et tué à Lugdunum (Lyon) le 25 août. Craignant la disgrâce de la part du nouvel empereur, Ausone se retire de la cour de Milan (capitale de l’Empire romain d’occident) et regagne sa terre natale.
Il va consacrer le reste de sa vie à ses amis, aux plaisirs champêtres et à la littérature. Propriétaire d’une dizaine de villas, il profite d’une vie paisible propice à la réflexion et à l’écriture de poèmes. Il écrira jusqu’à sa mort ….

Son héritage littéraire

De nombreuses épigrammes, idylles, églogues ou épîtres constituent un grand héritage littéraire. Bordelais dans l’âme, il va célébrer les plaisirs de la table et du vin. Une importante et ininterrompue correspondance entretenue avec son ancien élève, Paulin de Nole, présente un grand intérêt tant sur le plan historique que littéraire et nous apporte des informations précises sur le mode de vie des aristocrates de l’époque. Ausone resté polythéiste continue d’honorer les idoles et les dieux alors que Paulin de Nole s’est converti au christianisme.
La rue Ausone débouche sur la place du Palais et la porte Cailhau
Grammairien puis rhéteur, précepteur puis homme politique et enfin, écrivain et poète, Ausone mourra en 394 à l’âge très avancé pour l’époque, de 85 ans, non sans avoir maintes fois vanté les charmes de sa ville :
« Burdigala …Ô ma chère patrie, si recommandable par l’excellence de vos vins, par la beauté du fleuve qui baigne vos murs, par l’esprit de vos habitants, par la douceur de leurs mœurs et par la célébrité de votre conseil (Sénat), je me reproche depuis longtemps ce silence sacrilège qui m’a empêché jusqu’à ce jour de vous mettre au rang des premières villes du monde ».


(Ausone, Premier Consul, Rome, 370)

De quoi ravir tous les amoureux de notre Cité !!!
Source : Les Illustres de Bordeaux - Dossiers d’Aquitaine.

Ecrit par Dominique Mirassou


Recherche

Nous suivre

Vous pouvez nous suivre sur les différents réseaux sociaux ci-dessous!


Newsletter!

Recevez directement le nouvelles actualités de Bordeaux Gazette.

Petites Annonces Bordeaux Gironde

Nous suivre sur Facebook

Agenda