« Voyage autour de la Lune » présenté en avant première à l’UGC



Publié le 8 février 2016 à 20:03

Cinéma & Spectacles

Ce film à l’origine était une commande documentaire qui ne devait guère dépasser une quarantaine de minutes, mais pris par le sujet "preneuse de son" bordelaise et réalisateur italien ont produit un vrai film de 76 mn.


Avec ce film vous allez à la rencontre d’un Bordeaux que vous croisez tous les jours sans le voir vraiment. Pendant 7 jours, Ila Bêka (prise de vues et italien) et Louise Lemoine (prise de son et bordelaise d’origine) ont arpenté, d’une rive à l’autre, les quais de Bordeaux, pour comprendre l’identité d’un lieu qui a profondément changé dans l’imaginaire de cette ville. Pour eux cette boucle qui passe par la rive droite les ponts de pierre et Chaban et la rive gauche est la boucle du bonheur et ils y ont dénichés des portraits surprenants allant de ce routier roller d’un dynamisme incomparable à ce routier à la retraite qui cuve le chagrin de la perte ce son épouse sur un banc en bordure du fleuve. Cette espagnole qui s’assoit pas très loin du pont de pierre pour découvrir le sens des marées ou ce sans domicile fixe qui a sa maison accrochée derrière son vélo avec une remorque couverte de capteurs solaires pour l’aider à tracter l’attelage. Pas de voyeurisme mais du brut de sentiment simple et touchant avec ces adolescents perchés dans un arbre qui partagent leur temps entre rêve, philosophie et poésie avant d’enfourcher leurs vélomoteurs pour retourner vers un ailleurs plus terre à terre. Si Louise Lemoine et Ila Bêka ont réalisé les prises de vues en continue pendant sept jours, ils ont auparavant longuement sillonné le parcours de cette boucle du bonheur soit à pied, soit à vélo pour s’imprégner totalement de l’esprit du lieu et faire de soigneux repérages. Ils ont en sept jours en continu, amassé des heures et des heures de vidéo et on a compris à leurs propos qu’ils avaient largement de quoi faire à minima deux films et qu’ils auraient pu faire un "Si Bordeaux m’était conté (aujourd’hui)" un film à la manière de Sacha Guitry avec des acteurs inconnus. Ce qu’ils ont retenu pour cette version est leur choix et leur approche de ce nouveau cœur de Bordeaux.

Louise et Ila

Dans ce film il n’y a pas que des inconnus avec ce Gérard, pêcheur assidu des bords de Garonne que tout le monde voit et regarde sans le voir vraiment non pas qu’il soit transparent mais tout simplement il fait parti du paysage comme ce kayakiste (Gérard Lajournade) bien connu de Bordeaux Gazette qui nous apporte des images inédites et des nouvelles du fleuve de façon très régulière voire ce "Johnny qui chante yaourt" au marché des Chartrons le dimanche matin. Même s’ils sont tombés sur des autochtones, Louise et Ila se sont aperçus pendant ce tournage qu’il y a beaucoup de gens qui viennent d’ailleurs à Bordeaux, ce qui fait dire à Ila Bêka " Bordeaux est une ville cosmopolite, mais elle ne le sait pas encore ". Loin de la virtuosité stérile des belles images, ce film nous ouvre les portes d’un monde fourmillant d’histoires personnelles qui révèlent à quel point l’architecture, et plus généralement les espaces dans lesquels nous vivons, recouvrent des questions sociales, culturelles et politiques qui nous concernent tous. Néanmoins des belles images il y en a à foison, surtout inédites, avec ces instants passés sur le fleuve pour décortiquer les structures du pont levant ou cette superbe prise de vue des pièces d’Airbus passant sous le Pont de pierre pleine de signification sur les limites du territoire exploré. Ce moment d’interview à bord d’un canoë sur le fleuve faisant du fleuve un personnage à part entière. C’est Pierre Benard, ce monsieur cinéma bordelais qui a présenté le film dans la grande salle de l’UGC archi-comble pour l’occasion et qui a interviewé Louise et Ila après la projection. Bordeaux Gazette s’était rendu à cette avant première en curieux, nous en sommes ressortis conquis et l’on ne peut que recommander à tous les bordelais, qu’ils soient d’origine ou nouveaux venus, de voir ce film afin de découvrir la boucle du bonheur et sa richesse.


Bernard Lamarque


Populaire dans cette rubrique Sur le même sujet

« Potins, malices et médisances » (...)

| le 16 avril 2018
« Potins, malices et médisances » ces trois sorcières invisibles ont insufflé au théâtre des Salinières l’esprit de cette comédie de Lilou Malone. On prétend que ce serait un homme très renommé dans le (...)

« Oh Lucy ! » en avant pour une première à l’UGC Bordeaux Ciné Cité.

18 janvier 20:33

La saison 2018 des paquebots de croisières

13 avril 08:21

La « dance music » s’invite à l’Utopia

8 avril 13:37

Une alimentation électrique pour les paquebots fluviaux

8 mars 15:08

Les rencontres nationales du Tourisme Fluvial à Bordeaux

11 février 11:41
RECHERCHE
 
Petites annones Bordeaux Gironde
Le service de petites annonces de Bordeaux Gazette
 
Dernières Annonces
BOOBOO'ZZZ ALL STARS & FRIENDS « REGGAE BASH LIVE 2 »
localisation de l'annonce Cenon Autres
Lire +
Les Vivres de l'Art avec 5 sens
localisation de l'annonce Bordeaux Autres
Lire +
Festival de Montesquieu
localisation de l'annonce Martillac Concert et Spectacle
Lire +
Explorateurs en herbe au Centre Commercial Aushopping Bordeaux Lac
localisation de l'annonce Bordeaux Autres
Lire +
Festival International de Journalisme
localisation de l'annonce Coutures Autres
Lire +
Déposer votre annonce gratuitement