Vincent Maurin, un communiste dans sa ville



Publié le 4 novembre 2016 à 18:33

Politique

Totalement dans sa ville dans laquelle il circule à vélo et en tram en mettant le vélo dans le tram aux horaires autorisés, il reste avant tout un irréductible bacalanais, quartier où il est particulièrement impliqué.


Ce livre est le troisième tome d’une série qu’Hervé Mathurin a entrepris d’écrire depuis qu’il est à la retraite « active » pour les éditions « Les dossiers d’Aquitaine ». Pour mémoire le premier était dédié à Jacques Respaud, le deuxième à Jean-Louis David et le troisième donc à Vincent Maurin et on ne peut que remarquer qu’un certain machisme s’empare de cette collection dans laquelle on souhaiterait voir apparaître une femme mais c’est promis il y en aura une. Vincent Maurin c’est le pur militant qui assume que le Parti Communiste ait pu se tromper dans ses analyses à un moment où la guerre froide tendait les relations. Pour lui ce qui importe dans « communiste » c’est la racine « commun » c’est à dire ce que l’on partage et il se veut héritier d’un communisme municipal qui a fait les heures de gloire de son parti. Tout cela n’est pas sans rappeler l’esprit des romans de Guiovanni Guareschi où ce qui domine c’est l’intérêt des populations, la solidarité, l’entraide, le respect et aussi un peu d’amour pour les humains ; des valeurs fortes dans lesquelles il croit. A travers ce livre on pourra découvrir la vie d’un opposant, d’un opposant sincère qui croit en ce qu’il dit et qui ne se nourrit pas de postures. Il se bat pour son quartier, même peut être un peu au delà et aujourd’hui il regrette ces quartiers trop vastes pour avoir une réelle identité car dans son canton voulu par la loi de décentralisation il juge que les problèmes ne se posent pas tout à fait de la même manière quand on habite rue Joseph Brunet ou quand on habite rue Lombard. On sent dans le propos qu’il est animé d’une flamme, d’une énergie interne qui ne demande qu’a s’exprimer et on peut être sûr que d’une manière ou d’une autre elle s’exprime particulièrement dans ses engagements associatifs à défaut d’être municipaux aujourd’hui.

Hervé Mathurin, Vincent Maurin et André Desforges

L’homme est sensible même s’il ne veut pas trop le montrer et on retrouve cette fibre dans le vibrant hommage qu’il rend à son père qu’il a perdu récemment qui « a vécu et souffert » durant la guerre d’Algérie et qui ne s’est jamais remis de scènes auxquelles il avait assisté, ce qui lui faisaient dire : « on nous a volé notre jeunesse ». Le personnage suscite la sympathie car le 24 mars 2014, au lendemain de l’élection municipale de Bordeaux, Alain Juppé téléphonait à Vincent Maurin pour lui dire : « Le conseil municipal perd avec vous un homme de conviction, c’est devenu trop rare en politique ». La liste du Front de Gauche, sous la barre des 5 %, venait d’être éliminée et ne pouvait prétendre être représentée au Conseil Municipal, pour lui le coup fut rude même s’il a tenté de le dissimuler. A l’approche de la présidentielle, aujourd’hui on a un peu de mal à cerner ce qu’est, être communiste, aussi son point de vue lui a été demandé. Il a simplement analysé la situation en précisant qu’il y avait trois tendances, ceux qui dores et déjà se sont rangés derrière Mélenchon, ceux qui militent pour une candidature du parti et ceux qui ne se résignent pas à la division des forces à la gauche de Hollande/Valls, issues du PS et des Verts, et œuvrent pour leur rassemblement, tout au moins avec son aile la plus progressiste dont il semblerait faire partie sans toutefois renier son implication « Front de Gauche ». C’est vrai qu’ à gauche le positionnement des uns et des autres est pour le moins complexe avec les glissements non seulement sémantiques mais aussi opportunistes qui ont fractionné cet électorat où on a du mal a se retrouver autour d’un corpus d’idée, sauf peut être au PC.
Vincent Maurin présentera son livre à la salle Pierre Tachou dite du Point du jour à Bacalan le 10 novembre à 18 heures, cela se poursuivra jusqu’à 23 heures et soyez sûr qu’il y aura à boire et à manger dans la plus pure tradition des réunions organisées par Vincent Maurin qui sera en compagnie d’Hervé Mathurin et d’André Desforges.
Vincent Maurin, un communiste dans sa ville
Entretiens avec Hervé Mathurin
Hervé Mathurin
Éditeur : Les Dossiers d’Aquitaine
Collection / Série : Ma vie, mon œuvre
128 pages ; 24,5 x 17 cm ; relié
ISBN 978-2-84622-282-2
EAN 9782846222822
Prix de vente au public (TTC) : 20 €


Bernard Lamarque


Populaire dans cette rubrique Sur le même sujet

Rémunérations des grands patrons, (...)

| le 9 mai 2016
Alors qu’il est communément admis que la réussite doit être financièrement récompensée, le niveau atteint par les « rémunérations » attribuées aux grands patrons ne manque pas d’interroger, illégitime pour (...)

Pour sa troisième édition sur le site du Parc de Bacalan, la fête des libertés du Pcf, avait choisi de célébrer les 80 ans du Front populaire.

17 juillet 2016 18:29

1ère édition de Wonderfood by Foodora aux Vivres de l’Art à Bordeaux

21 avril 19:01

Bernard Pivot, adepte du principe de Peter

20 avril 15:11

Un grand week-end à Bordeaux et ses environs

12 avril 08:56

Patrice Gueniffey, lauréat 2017 du Prix Montaigne de Bordeaux

1er avril 20:22
RECHERCHE
 
Petites annones Bordeaux Gironde
Le service de petites annonces de Bordeaux Gazette
 
  Recherche Commercial indépendant en publicité
Premium
Lire +
Dernières Annonces
Maison en pierres
localisation de l'annonce Monségur Vente immobilière
Lire +
Petites escapades bordelaises #1
localisation de l'annonce Bordeaux Exposition et Visite
Lire +
Alvy Zamé s’invite sur la scène bordelaise
localisation de l'annonce Bordeaux Concert et Spectacle
Lire +
Le VOCAL TOUR 2017 donne le tempo à Bordeaux Lac
localisation de l'annonce Bordeaux Concert et Spectacle
Lire +
Recherche Commercial indépendant en publicité
localisation de l'annonce Bordeaux Offres d'emploi
Lire +
Déposer votre annonce gratuitement