Paris

Vincent Maurin parle « naming » à la Fête de l’Huma

Dimanche 11 septembre, la Fête de l’Humanité s’achevait à La Courneuve, au nord de Paris. Au programme de cette dernière journée, un échange sur le thème du « naming » avait lieu en présence de Vincent Maurin, ancien conseiller municipal du Parti Communiste Français à la mairie de Bordeaux et initiateur de la pétition pour changer le nom du nouveau stade « Matmut Atlantique ». Bordeaux Gazette l’a rencontré pour vous…

En quoi consiste le naming ?
Il consiste, dans le plan de financement d’infrastructure, à louer le nom du stade à une entreprise. Pour Bordeaux [le nouveau stade a pris le nom de la société « Matmut » par le biais du naming], Vinci et Fayat ont ainsi fait un appel d’offre. Le plan initial de naming de 4,9 millions d’euros n’a pas trouvé de financement. Finalement, il a été cédé pour la moitié de la somme à Matmut. Cette pratique intervient pour toute construction particulièrement dans le cas d’un partenariat public/privé..
Vincent Maurin était présent à la Fête de l’Humanité, un « grand moment pour lui et tous les militants »

En quoi est-ce, selon vous, dangereux ?
J’ai contesté le naming et le partenariat public / privé. Je ne voulais pas que le stade soit soumis aux intérêts privés. Je ne voulais pas qu’une enceinte de sport soit confisquée par des entités privées pouvant émettre un avis sur tel ou tel spectacle mais aussi pouvant influer sur les prix. C’est pourquoi j’ai porté l’idée en 2013 que le nom de Nelson Mandela pouvait être donné au stade. Pour moi c’est un nom qui a une portée universelle, de solidarité, de paix, de lutte contre le racisme et de rapprochement des peuples. C’est d’ailleurs un rôle très important du sport que de rapprocher les communautés. Par ailleurs Bordeaux n’a jamais honoré Nelson Mandela en donnant son nom à un collège par exemple. Surtout que Bordeaux avec son histoire liée à la traite négrière s’honorerait en donnant le nom de Mandela à l’un de ses édifices.
Mais est-il possible encore de changer le nom du stade ?
Oui c’est possible de le faire. J’ai lancé une pétition (cf le blog de Vincent Maurin) qui a recueillie près de 1 500 signatures. Le naming est un contrat et il peut y avoir une renégociation et un remplacement du financement, acquis par le naming, par une autre source de financement.
Comment devrait être cette nouvelle source de financement ?
Elle peut être publique grâce à un emprunt en banque à condition que le prêt s’effectue à un taux d’intérêt proche de zéro. Mais on peut également réfléchir à d’autre moyen de financement par la publicité par exemple à l’intérieur du stade comme à Lille.

Ecrit par Aurélie Franc


Recherche

Nous suivre

Vous pouvez nous suivre sur les différents réseaux sociaux ci-dessous!


Newsletter!

Recevez directement le nouvelles actualités de Bordeaux Gazette.

Petites Annonces Bordeaux Gironde

Nous suivre sur Facebook

Agenda