Bordeaux

« Une famille modèle » ou comment devient-on polygame au Théâtre des Salinières.

Dans cette comédie de Ivan Calberac, l’auteur nous présente une famille dont les membres nous paraissent parfaitement familiers dans leurs réactions et leurs réflexions, mais qui au fur et à mesure des événements vont copieusement évoluer.

Bernard et Annie sont mariés depuis de longues années. Lui est exubérant et susceptible, elle plus calme compose avec le caractère explosif de son époux. Ils ont deux fils adultes ; le plus jeune très secret sur sa vie et l’aîné qui est discrètement alcoolique. Malgré des discussions plus ou moins vives ces quatre-là s’aiment. Une suave harmonie semble donc régner dans ce ménage, jusqu’au jour où Annie annonce à son mari que désormais elle veut que leur relation devienne platonique. Bernard est suffoqué jusqu’à ce que son épouse lui propose d’aller chercher auprès d’autres femmes ce qu’elle lui refuse. Bernard est outré. Rapidement, on comprend que le Bernard a « pris les devants » comme il le dit lui-même, puisqu’il a déjà une maîtresse ; la voisine d’à côté. Celle-ci ne veut qu’une chose c’est qu’il quitte sa femme pour venir vivre avec elle. Seulement Bernard n’a jamais su rompre une relation. Après une étrange confession envoyée par une lettre qui n’est pas partie, et un concours de circonstances, l’épouse est mise au courant. Il les aime toutes les deux et surtout il n’a pas le courage de les quitter. L’épouse accepte plus ou moins bien cette situation.

Bientôt se constitue ce qui s’appelle, un ménage à trois quand la voisine qui est expulsée de chez elle, se voit conviée à venir habiter sous le même toit que le couple. Étonnement cette histoire au sujet particulier, est absolument drôle et immorale avec une certaine grâce tant lespersonnages sont finement ciselés. Jean Mouriere qui joue Bernard est très crédible en époustouflant manipulateur sans réelle perversion, animé d’une mauvaise foi incroyable. Comme les deux femmes, on le trouve agaçant, révoltant, mais attachant. La réaction des enfants joués par Jean-Baptiste Bouye et Nicolas Brun est différente, l’un est choqué, l’autre presque admiratif. L’épouse jouée par Marianne Ploquin compose avec les événements jonglant sans arrêt pour ne pas blesser ceux qu’elle aime, mais se découvrant vite des limites. La maîtresse c’est Emmanuelle Cazal passionnée prête à tout pour que son amant quitte sa femme. La concordance familiale évolue en un cocktail explosif. La trahison, l’addiction et la soif d’amour pourraient être les sujets sérieux de cette pièce s’ils n’étaient traités avec un humour vigoureux. Tous les acteurs jouent finement et les répliques atteignent leur but. La mise en scène de Jean Mouriere est très inventive. Le ton général de la pièce est moderne et original et ne sent pas le vaudeville poussiéreux, bien au contraire. On rit énormément et le temps passe très vite en compagnie de cette famille « modèle ».

Retrouvez-les au Théâtre des Salinières rue Buhan à Bordeaux le :
jeudi 08 nov. 2018 - 20h30
vendredi 09 nov. 2018 - 20h30
samedi 10 nov. 2018 - 20h30
jeudi 15 nov. 2018 - 20h30
vendredi 16 nov. 2018 - 20h30
samedi 17 nov. 2018 - 20h30
dimanche 18 nov. 2018 - 15h00
jeudi 22 nov. 2018 - 20h30
vendredi 23 nov. 2018 - 20h30
samedi 24 nov. 2018 - 20h30
vendredi 30 nov. 2018 - 20h30


Recherche

Nous suivre

Vous pouvez nous suivre sur les différents réseaux sociaux ci-dessous!


Newsletter!

Recevez directement le nouvelles actualités de Bordeaux Gazette.

Petites Annonces Bordeaux Gironde

Nous suivre sur Facebook

Agenda