Bordeaux

Un bel éventail de créations au Garage Moderne pour la 3ème édition des Petites Escapades Bordelaises

Les 9 et 10 juin, l’incontournable hangar disposé près de la Cité du vin et des Nouvelles Halles de Bacalan a laissé la mécanique de côté pour laisser place à l’art et aux rencontres avec la présence de 39 exposants

Accompagnés de leur savoir-faire, d’originalité et de talent, des artistes et artisans français ont débarqué au Garage Moderne pour exposer et faire découvrir leurs dernières créations. La diversité était au rendez-vous, c’est le moins qu’on puisse dire : il y avait des vêtements, des objets d’art et de décoration ou encore des accessoires de tous styles et de tous horizons, pour petits et grands. Ces créations ont tout de même un point commun et non des moindres, c’est qu’elles portent en elles la magie du « fait main ». En plus de visiter les stands, il était possible de faire une pause gourmande en se rendant à la buvette ouverte, sans oublier le concert d’Uku Rebel Sun Song le dimanche après-midi.

L’immense et majestueux garage a très bien su valoriser chaque création, à commencer par les vitraux exposés à l’atelier couleurs d’Hortense qui ont été plus que jamais mis en lumière grâce à l’âme obscure du lieu. Ils ont tous été conçus par Nathalie Godard Le Bourhis, une bordelaise d’origine bretonne qui n’a pas manqué d’originalité en les revisitant sous forme de cactus, de sardines, de lampes... Tant de créations hautes en couleur qui ne peuvent qu’égayer la décoration et l’ameublement d’une maison ou d’un jardin. En matière de couleur et de lumière, la boutique YâPôYâ a également eu son mot à dire, exposant une variété de lampes et d’abat- jour. Ces créations ont la particularité d’être recouvertes de papier Japonais et de papier Népalais, des papiers qui ont des textures et des motifs spécifiques. Raphaëlle Auboin est tombée amoureuse de leur rendu, d’où son désir il y a 5 ans d’illuminer les travaux d’artisans d’art japonais et népalais. Elle n’avait jamais exposé au Garage Moderne auparavant, et elle n’a pas été déçue puisque ses lampes ont pu être vues sous leur meilleur jour et ont immédiatement attiré l’œil.

L’endroit atypique a aussi enthousiasmé Agathe Lys, venue pour partager Agathe and co., une marque qui propose des sacs et accessoires pour femmes et enfants au style sobre et moderne. La créatrice gère toutes les étapes de conception de ses créations, et aime particulièrement utiliser le lin et le coton. À quelques pas de son stand se trouvait celui de Claire Bauzet dans un univers totalement différent. Née à Bordeaux et d’origine landaise, cette artiste peint à l’huile et à l’aquarelle des tableaux qui représentent notamment des animaux comme les lévriers espagnols, mais aussi et surtout le bassin d’Arcachon, une passion qui la laisse exprimer tout son talent.

Certains stands ont révélé une véritable créativité et audace comme celui de Just Murielle, une marque qui propose des sacs, pochettes et autres accessoires de mode et de décoration faits à partir de pellicules de film cinéma. L’idée est survenue il y a 10 ans : Murielle en avait marre de voir des kilomètres de matière être détruits et avait alors décidé leur donner une seconde vie. Les articles sont donc non seulement insolites et uniques mais également éthiques et durables, s’inscrivant dans une démarche éco-responsable d’upcycling. Les bordelaises Bouchara et Amanda ont aussi mis en avant des créations qui participent à une résistance face à l’ère du tout jetable. En effet, leur marque Des filles en vert propose des lingettes démaquillantes qui sont lavables et réutilisables, afin d’éviter le recours aux cotons jetables très polluants. Elles sont très efficaces et ont une durée de vie longue, ce qui rend cette alternative favorable à la fois pour le porte-monnaie et la planète.