Bordeaux

Tutoyons-nous Jean-Luc frère de lutte.

Je t’ai reconnu déambulant magnifique, magistral, cultivé, décontracté, supérieur sur la scène du Fémina, émérite, éminent, transcendant.
Je t’ai reconnu, toi le tribun magnifique de la place de la Bastille et de la campagne de 2012.
Je t’avais pardonné ton score soviétique tendance Juquin et tes aigreurs quand des journalistes insolents venaient te mordre les mollets. Un peu moins ta "peopolisation"et ton excès ridicule au détriment ( ?!) du rouquin vert.
Puis tu as prélevé l’échantillon préféré de ton spicilège personnel chez La Boètie et sa « Servitude volontaire ».
Le voilà partit mon Jean-Luc pensais-je pour évoquer ce parangon de l’amitié, cette valeur loyale de fraternité et de solidarité qui met en valeur l’ami en difficulté, l’ouvrier, le retraité, ton alter, en se mettant à sa portée, lui donnant accès à ton intelligence avec l’humanisme des mots simples et lui tendant la main.
Mais non !
Tu as cité le maire de Bordeaux et, comme tu prends souvent ton auditoire pour un imbécile, tu as précisé : « Montaigne »car nous sommes à Bordeaux. Tant de finesse pour autant de pesanteur. Le compte est bon !
« A chaque instant de la rencontre, je découvre dans l’autre un autre moi-même : vous aimez ceci ? Tiens, moi aussi ! Vous n’aimez pas ça ? Moi non plus ! « Roland Barthes ».
Ni La Béotie, ni Barthes, ni Montaigne, ni l’amitié ne t’intéressent.
Tu es là, péripatéticien hermétique et outrancier pour traquer du béotien avec un langage élitiste et hermétique, ici et maintenant.
Tu crois devenir populaire avec de l’arrogance et un régime au quinoa ? A coup de bonne grosse rhétorique humilier l’alter pour s’autoproclamer le meilleur ?
Et j’ai pris de plein fouet la contre image dont parlait Roland Barthes dans son « Fragment du discours amoureux »Ce petit point noir dans le miroir de ta vanité, que tu nous fais prendre pour le grain de beauté de ta culture, est devenu escarre puis carcinome. Et j’ai dépassé le stade hypnotique de la rencontre.
 » Tout ce qui, de l’autre, ne me concerne pas, me paraît étranger, hostile ; j’éprouve alors à son égard un mélange d’effroi et de sévérité : je crains et je réprouve l’être aimé, dès lors qu’il ne » colle » plus à son image. « 
« Ce n’est pas la vérité qui est vraie, c’est le rapport au leurre qui devient vraie. Pour être dans la vérité, il suffit de m’entêter : un » leurre » affirmé infiniment, envers et contre tout, devient une vérité. »Roland Barthes Fragment du...
Inapte au compromis fédérateur, ta rigidité me fait peur et ton outrecuidance nous précipite dans le mur.
Bien sûr, Jean-Luc je voterai pour toi puisque, si tu n’es pas le meilleur, tu es le moins pire mais je ne te poserai pas de question puisqu’il faut t’appeler Monsieur.
Et là le bat me blesse car les communistes de mon quartier me parlent un langage accessible et me tende la main.


Recherche

Nous suivre

Vous pouvez nous suivre sur les différents réseaux sociaux ci-dessous!


Newsletter!

Recevez directement le nouvelles actualités de Bordeaux Gazette.

Sur le même sujet

Petites Annonces Bordeaux Gironde

Nous suivre sur Facebook

Agenda