The city trucks festival, 2 premiers jours réussis.

Le 31 août et 1er septembre 2018, la ville de la Pommeraye accueillait pour sa 3ème édition le « The City Truck Festival » , environ 43 000 festivaliers en 2 jours.

Avec la grande scène des Francofolies de La Rochelle, le sol du stade de France pour couvrir l’herbe du terrain municipal, une programmation à couper le souffle, puis la mise en place du cashless, le City trucks frappe un grand coup. Les festivaliers sont ravis de la croissance folle de ce jeune festival à l’instar de Nicolas 31 ans présent depuis le début « je suis venu à la première édition, et ce festival est rentré dans mon planning annuel. On se demande où cela va s’arrêter, et on est surpris à chaque fois. Dans 3 ans, si cela continue, on aura U2, Muse, et les Red Hot Chili Peppers ». Vendredi, c’est 20 000 personnes qui ont assistées aux concerts de Rag’N’Bone Man, Big Flo et Oli, Feder, Arcadian, Inspector Cluzo dont Pierre 71 ans, venu en famille découvrir ce festival dont il a entendu parlé cette année, et voir le concert de Big Flo et Oli avec ses petits enfants de 7 et 9 ans : « On a entendu parlé de ce festival par des amis, du coup on a voulu faire plaisir à nos petits enfants qui sont fans de Big Flo et Oli pour la soirée du vendredi, et vu que l’on a passé une excellente soirée, on a décidé de finalement revenir sur les 2 autres soirs. Ce festival est familial, et nous ne sommes pas forcément bousculés dans tous les sens, selon l’endroit où l’on se place ».

Ambiance

Sous un soleil radieux, cette deuxième soirée ne pouvait que se déroulait aussi bien que la veille, et celle-ci a commencé par le concert de l’impératrice, jeune groupe parisien formé en 2006 avec la chanteuse Flore Benguigui, venu présenter un premier album « Matahari » et le single « histoire d’un soir » . Pas le temps de se reposer, les concerts s’enchainent sur le festival d’une scène à l’autre. Telle est l’envie des organisateurs, que les spectateurs puissent assister à tous les concerts et non pas faire un choix entre les é scènes. C’est la toute jeune artiste Hoshi qui a eu la chance et le privilège de jouer un concert d’une heure sur la grande scène. Si ce n’est pas la première fois cet été que Bordeaux Gazette assiste à ce concert, on peut y voir que Hoshi est de plus en plus à l’aise sur scène et avec son public qui a pu reprendre en coeur les chansons telles que « ta marinière », « ménage à trois », « femme à la mer », ou encore « Comment je vais faire ». L’artiste aura visiblement du mal à quitter la scène puisqu’elle relancera la fin de concert plusieurs pour faire durer la joie d’être là, pour le plus grand plaisir de Justine 10 ans au premier rang, venue pour son idole.

Hoshi

Du soleil et des festivaliers qui dansent, il fallait dans la foulée se rendre sur la scène 2 pour retrouver les landais de Mont-De-Marsan, du groupe « les Hurlements de Léo » qui encore une fois, fidèles à eux-même ont offert, tout en explosivité et énergie, un concert fou. Laurent Kebous leader du groupe accompagné de Julien Arthus sont venus présenter un nouvel album, le septième « Luna de Papel » . Un groupe avec guitare, saxophone, violon, trompette, batterie, accordéon, mélange parfait pour une musique festive et folklorique. Le coup de coeur Bordeaux Gazette de cette soirée se passe sur la grande scène avec les « Fills Monkey » . Prenez 2 batteries, 2 musiciens de talent Sébastien Rambaud et de Yann Coste, et ajouter un spectacle musical/humoristique/performer et vous obtiendrez le parfait combo du concert qui a donné lieu à l’ovation du public. Les deux compères qui au début font office de rivaux, deviennent tout au long du concert des partenaires de jeux qui ont offert un show DEMENTIEL. Une batterie circulaire aux sons multiples (dont des bruits d’animaux, si, si !!!) a donné une touche de performance supplémentaire reprenant du AC/DC, Deep Purple, et même la musique du jeu Tetris.

Fills Monkey

Star du moment sur toutes les ondes de radio, Thibaut Godillat, plus connu sous le nom de TIBZ, est venu tester le public du Maine-Et-Loire, afin de voir s’il connaissait ses tubes « Nation » et « On est pas bien là » . Réponse : Assurément oui, vu les choeurs à l’unisson qui sont sortis de la fosse « festivaliers », pour le plus grand plaisir du chanteur accompagné de ses 3 musiciens. Sensible et généreux, Tibz a montré à l’organisation qu’ils avaient eu raison de l’ajouter à une programmation de très grands noms. La soirée prend un nouveau virage rock, tout d’abord avec les BB brunes est leur pop-rock calme et sensuel. Adrien Gallo et sa fameuse chemise colorée, idole de nombreuses fans, s’est montré très proche de son public, ponctuant ses chansons comme « Dis-Moi », « Coups et blessures », « Lalalove you », ou « Stéréo » de courts discours annonçant les morceaux. La grande scène est en ébullition devant un beau et bon concert , eux qui ont commencé sur les scènes parisiennes. On se retrouve ensuite pour le concert explosif de Mat Bastard, qui malgrè les efforts soutenus des agents de sécurité aura eu raison des barrières, prêtes à céder.

BB Brunes

En effet, si on sait que le concert de Mat Bastard, est un électrique mélange de Rock sur scène, de jeux avec le public, de provocation où les festivaliers ont comme d’habitude répondu présents, les agents de sécurité ont du jongler entre les barrières mises à rude épreuve et des festivaliers pour certains très jeunes qui ont dû être sortis de la fosse pour éviter de se faire piétiner. 2 d’entre eux ont d’ailleurs été invité à venir danser et sauter sur scène avec le leader Mat. « Stand as one », tube de Mat Bastard que l’on entend notamment sur RTL 2, a fait lever les bras de tout un peuple, ou encore la famille comme l’appelle le chanteur. Sur la dernière chanson, dédiée à Marine Le Pen, et reprise du groupe « Berurier Noir », « Porcherie », Mat Bastard est descendu au milieu du public, avec ses musiciens, et instruments pour une vraie folie à la Pommeraye. Tête d’affiche de cette 2ème soirée, la grande scène était en mode All-Star, avec le groupe le plus demandé en festival depuis 2006 (plus de 90 représentations), Shaka Ponk venu présenter le show 2018. Frah et Sam, chanteurs du groupe, fidèles à eux mêmes ont fait soulever le public et les jardins d’Anjou, en allant plusieurs fois dans le public, en slamant, et en allant taper dans les mains et embrassant les fans du premier rang à la fin du concert.

Mat Bastard

Le moment phare du show fût la battle entre les animations à l’écran géant (Kurt Cobain, Prince ou encore David Bowie) et les musiciens du groupe (batteur, bassiste, guitariste, claviériste). Le groupe qui effectue ses derniers concerts avant un mois de novembre plein à la Cigale de Paris, ne montre aucune fatigue et donne corps et âme pour son public fidèle comme Bastien qui en est à son 34ème concert « des monkeys » : « J’en suis à mon 34ème concert des Shaka Ponk, et je ne peux m’en lasser, ils sont extra-terrestres, complètement exceptionnels, et vraie figure du rock français. Grâce à ce groupe, les amoureux du rock, peuvent respirer, et laisser sortir tout ce qu’ils ont en eux. J’ai déjà réservé 3 dates pour les concerts à Paris en novembre prochain, et je suis impatient » . Il sera à noter que là aussi, les agents de sécurité ont été très sollicité pour les barrières, et les évacuations. La soirée s’est achevée devant les courageux restés pour la fin de ce deuxième jour, avec les passages de Dubioza Kolectiv, groupe rock, punk, ska, festif, qui a communiqué une joie de vivre et une envie de bouger. Sur la grande scène, c’est le duo de DJ d’Offenbach qui a offert l’after au public festif qui n’avait pas envie que cette soirée se termine, et qui a pu danser sur les sons tels que « Katchi » et « Be mine ». Pour le troisième jour du festival, et sur un format atypique avec des concerts allant de 14h15 à 21h30, nous retrouverons Kyo, Nâaman, Trust, le trottoir d’en face, Danakil, et Hollysiz. 20 000 personnes sont attendues à la Pommeraye pour un record d’affluence prévu. "

Ecrit par Loïc Cousin


Recherche

Nous suivre

Vous pouvez nous suivre sur les différents réseaux sociaux ci-dessous!


Newsletter!

Recevez directement le nouvelles actualités de Bordeaux Gazette.

Petites Annonces Bordeaux Gironde

Nous suivre sur Facebook

Agenda