Civray

Shaka Ponk et un record pour le dernier jour du fil du son

Samedi 28 juillet 2018 est à marquer dans les records de Civray, car avec 12 000 festivaliers c’est une soirée de tous les excès qui s’est déroulée au festival Au Fil Du Son.
Un programme une fois de plus varié, mais surtout le groupe qui crée des apocalypses partout où il passe, « shaka ponk » et leur show tout simplement hors du commun.

C’est le groupe reggae devi reed qui a ouvert la soirée sur la petite scène sous un soleil de plomb. Une carrière solo, Devi accompagné de ses deux musiciens sont venus présentés un premier album « Essence Of Life » et deux singles dont « Quoi de plus beau » et le deuxième du même nom que l’album.

Devi Reed

L’ambiance reggae s’est prolongée à Civray avec l’arrivé sur la grande scène d’un des fils de l’icône Bob Marley. Ky-mani, plein d’énergie, est venu présenter ses chansons mais a surtout repris les morceaux de son père comme « rédemption song » ou « Iron Lion Zion ». Un très bon moment durant une heure, qui nous ont replongé 40 ans en arrière.

Ky Mani Marley

Il y a parfois des moments dans les festivals où tout va bien, et d’autres où il faut gérer les imprévus, comme l’impossibilité de l’artiste Soom T de venir, bloqué à l’aéroport de Munich fermé ce samedi. Dans l’urgence, l’organisation du festival a fait appel au bordelais Papa Style, qui a notamment fait des featuring avec celle qui aurait dû être sur place. Un set ultra à base de raggamuffin, reggae, et des festivaliers qui ont dansé pendant tout le concert. Un remplacement de dernière minute, mais un très bon choix musical de celui déjà présent en 2016, et apprécié de l’organisation.

Papa Style

Le coup de coeur du jour, se situe juste après sur la grande scène. Prenez 2 chanteurs, Sylvester Staline, et John Lénine rejoints par DJ Croute Chef, pour former le groupe Soviet Suprem. Un groupe de chanson française s’appropriant un style de musique qui serait originaire des pays de l’union soviétique mêlant influences balkaniques, militaro-punk et électro et qui a fait chanter, bouger, danser le public à l’unisson. Avec des titres complétement atypiques, comme « Vladimir » ou « couic-couic » . De quoi nous faire aimer, les 4 agents de l’union soviétique ce soir dans la Vienne.

Soviet Suprem

Avant la grosse sensation de la soirée, tous les regards et les oreilles se sont tournés vers la petite scène avec le hip-hop Cabadzi X Blier. Derrière un rideau de fil pendant les 2 premières chansons, Olivier Garnier (chant) et Victorien Bitaudeau (batterie) n’ont dévoilé leurs visages qu’à la troisième chanson. Avant l’ouverture du rideau, nous avons découvert une animation visuelle sur les fils présentant les titres interprétés par les 2 artistes comme « Bouche », « Oui », « Polaroïd ». Un heure de concert plus tard, les 12 000 festivaliers se dirigent vers la scène principale.

Cabadzi X Blier

La lumière s’éteint, Mandris (basse), Ion (batterie), Stevee (Claviers et samples) et C.C (guitare) entrent sur scène. La folie s’empare de Civray et c’est alors que Sam et Frah, leaders des Shaka Ponk font leur entrée afin d’interprêter « Killing Halleluya » tout en restant en fond de scène.
Puis d’un coup, projecteurs sur les deux chanteurs qui s’avance sur le devant de scène, et Frah monte sur son cube afin de sauter dans la foule et surfer sur elle. le concert continue avec « On Fire » puis « Wanna Get Free » , « twisted mind », et « picky ». C’est alors le moment que choisi le chanteur pour descendre en plein milieu de la foule et lance le fameux « circle pit » (mouvement où le public tourne en courant autour de l’artiste) sur la chanson « Palabra », avant que Sam lance la très bonne et populaire reprise de Nirvana « Smells like teen spirit » qui a fait sensation à l’emission Taratata. Le concert continue avec « Gung Ho » et « Shareline ».
Le concert touche à sa fin, lorsque les musiciens du groupe Shaka Ponk commencent une battle de musique contre des stars animées sur l’écran géant telles que « Prince, Kurt Cobain, David Bowie ». 10 minutes plus tard, et après 1h30 de show, le concert se fini avec la chanson « Rusty ».
Le public acclame le groupe, qui a eu du mal à quitter la scène comme après chaque prestation.

Shaka Ponk

Difficile de passer après le groupe Shaka Ponk, mais les festivaliers sont restés pour regarder La Meute. 11 musiciens avec des instruments tels que des trompettes, saxophones, trombones, pour jouer de la musique….. house . Le collectif de techno fanfare hambourgeois propose un mélange des sonorités chaudes des instruments et des rythmiques électroniques de la techno. Deux genres entrainant pour vous emporter dans une transe communicative qui vous fait danser Civray.

La Meute

Ultime concert du festival, c’est sur la grande scène qu’Etienne de Crécy a lancé son set devant les milliers de festivaliers qui sont restés. Le presque quinquagénaire de Lyon, et nommé aux victoires de la musique 1998, a mixé pendant 1h. Le DJ aux 7 albums, joue la dernière note et la scène devient noire pour clôturer cette 15ème édition anniversaire.

Etienne de Crecy

Si on dresse un bilan de ce festival, la 15ème édition a été très bonne mise à part la soirée du jeudi qui fût moins garnie à cause du concert gratuit de « Chinese Man » à Poitiers, ce qui fût une grosse concurrence.
Nouveauté de cette édition, le système de bracelet « cashless » a fluidifié les accès au site et les moyens de paiement. Une belle réussite, qui sera à coup sur, de nouveau en place en 2019.
Le festival Au Fil du Son a accueilli environ 26.000 entrées payantes pour un total de 30.000 visiteurs, en comptant les invités. Une bien belle édition, qui égale le record de l’année dernière, et qui aurait mérité de faire encore mieux sans la concurrence du jeudi.

La difficulté des festivals est de confirmer chaque année, et il faudra compter sur une programmation encore plus alléchante, pour remplir Au Fil Du Son sur les 3 jours.

Ecrit par Loïc Cousin


Recherche

Nous suivre

Vous pouvez nous suivre sur les différents réseaux sociaux ci-dessous!


Newsletter!

Recevez directement le nouvelles actualités de Bordeaux Gazette.

Petites Annonces Bordeaux Gironde

Nous suivre sur Facebook

Agenda