Luxey

Samedi complet à Luxey

Deuxième jour de festival dans les Landes à Luxey, à l’occasion de Musicalarue, et grâce à une programmation variée et riche, le public a rempli les différents espaces de concerts.

Sur la grande scène, nous avons tout d’abord eu la chanson française de Julien Clerc, qui sous un soleil de plomb a fait valser, danser, et chanter Luxey avec des anciens morceaux « la Californie », « ma préférence », « ce n’est rien » mais aussi des nouvelles comme « je t’aime etc », « A vous jusqu’à la fin du monde » . L’artiste, qui fête ses 50 ans de carrière, montre sur scène qu’il est toujours aussi heureux d’aller vers son public qui le lui rend si bien.

Julien Clerc

Après la variété française, ce sont les rappeurs et frères toulousains Big Flo et Oli, qui ont fait sauter tout le public et chanter les chansons comme « dommage » , « la vraie vie », « papa » . Il n’y avait qu’à écouter la foule pour comprendre qu’une grande partie du public était venue pour eux. Ils sont comme d’habitude descendus dans le public afin de savoir si ceux du fond savaient aussi bouger et chanter. Une vraie réussite ce concert.

Danakil

Autre style, c’est le reggae des bordelais Danakil qui a envahit la scène Sarmouneys pour un concert totalement démentiel tout en poésie, et en texte. Un moment fort que les courageux qui ont attendu presque 1h du matin ont apprécié. La grande scène principale a accueilli pour finir « Panda Dub », pour un set qui a eu du mal à prendre mais qui a finalement décollé après 3-4 chansons passées. 4 styles différents, c’est aussi ça la réussite de Musicalarue, pour satisfaire tout le monde mais aussi pour surprendre les personnes venues pour un concert uniquement et qui restent voir le suivant car « çà à l’air sympa » .

Findley

Sur la scène St-Roch, ce sont les anciens du groupe Scarecrow, dont le leader Slim Paul, qui ont ouvert la soirée. Parti faire une carrière solo, il a tout de même conservé son bassiste qui est maintenant batteur, et on retrouve le grain de voix si spécial et les rythmiques tant appréciés que l’on avait pu voir 2 ans plus tôt sur la même scène.

Flor del Fango

Prenez un mélange des membres de la Mano Negra, de Chihuahua, et de Parabellum, et vous obtiendrez le groupe « Flor Del Fango » qui a vraiment mis le feu avec les chansons festives et le jeu de scène qui nous transporte dans les pays latins, où il fait bon vivre et où la musique est porteuse de message. Findley est ensuite venu présenter un rock électro qui passe de l’harmonie au désordre le plus complet, avant que les plus locaux et les plus habitués du festival ne viennent sur scène.

Les hurlements d’Léo

Les hurlements d’Léo, auraient pu prendre une maison au pied du festival, mais Laurent Kebous, leader du groupe et natif de Mont de Marsan, préfère revenir chaque années pour rappeler que le rock festif a sa place dans ce festival. Une énergie comme on en voit rarement, des musiciens qui ne font que sauter, danser, rigoler sur scène, et qui ont fait un bien fou au public qui aura pogoté et slamé. Le concert écourté par un retard de timing nous a empêché la dernière chanson, mais nul doute que l’on retrouvera Juju et Lolo très bientôt à Luxey (où ils vont faire une résidence pour un nouveau projet qui sortira en septembre 2019).

Jeanne Plante

Au thèâtre Verdure, Jeanne Plante a ouvert de la plus belle des façons cette journée. Des chansons humoristiques sur des thèmes importants tels que les cheveux, ou « la chieuse des vacances ». Un concert commencé devant peu de monde, mais qui aura eu le mérite d’attirer la curiosité les festivaliers qui passaient à côté, et qui ont bien eu raison de s’arrêter. Idir est ensuite venu présenter ses chansons kabyles accompagné de sa fille et de ses musiciens. Un mélange des cultures, une mélodie qui nous transporte et nous fait voyager, le temps d’un concert.

Idir

C’est ensuite Florent Vintrigner membre du groupe « la Rue Ketanou » (accordéoniste) qui se présente, guitare à la main, pour son nouveau projet « Le Green Box » .
Troisième et dernier jour complet du festival ce dimanche avec Shaka Ponk, Inspector Cluzo, Camille, Goran Bregovic

Ecrit par Loïc Cousin