Bordeaux

Pose de la première pierre du pont Simone Veil

Mardi soir pour le lancement du futur pont Simone Veil, Alain Juppé maire de Bordeaux et Président de Bordeaux Métropole, Clément Rossignol-Puech le maire de Bègles ainsi que le maire de Floirac, Jean-Jacques Puyobrau étaient réunis.

Ce lancement n’était pas sans rappeler celui du pont Bacalan Bastide avec la matérialisation laser bleu violet alors que pour le pont levant la matérialisation était verte. Si a un moment on a parlé du pont Jean-jacques Bosc son nom est déjà avalisé en Simone Veil et ne donnera lieu a aucun empoignade du mode Toussaint Louverture versus Jacques Chaban-Delmas cette fois. Débouchant près de la salle de spectacles Bordeaux Métropole Arena de Floirac à l’angle du quai de la Souys et de l’avenue Jean Alfonséa. La cérémonie s’est tenue en présence du représentant de l’agence d’architecture Oma en l’absence de son Président Rem Koolhaas et de la présence de Virginie Calmels, première adjointe au maire de Bordeaux et vice-présidente de Bordeaux Métropole. Le pont Simone-Veil sera un pont à poutres de 545 mètres de longueur et 44 mètres de largeur. Ce dernier reliera la rive droite et la rive gauche soit Floirac à Bordeaux et Bègles de l’autre côté de la Garonne. Celui ci coûte 110 millions d’euros avec prévision de livraison à l’été 2020 soit 32 mois de travaux si tout se passe bien. Le nom du pont a changé en juillet 2017 puisqu’il ne devait pas s’appeler comme cela à la base.

Anciennement dénommé Jean-Jacques Bosc (également le nom d’un boulevard rive gauche) au début du projet, Jean-Jacques Bosc était un négociant et homme politique bordelais, ce dernier ne sera finalement pas maintenu. En effet, suite au décès de Simone Veil cet été, Alain Juppé a proposé aux autres maires des communes alentour, le nom de la femme qui a survécu aux camps de concentration nazi et à celui d’ Auschwitz en particulier ou encore celle qui a fait passer la réforme de l’IVG (Interruption Volontaire de Grossesse) le 17 janvier 1975. Un nom tout à fait justifié pour une figure emblématique de la France du XXe siècle. La ville de Bordeaux regroupe à elle seule 8 ponts, dont 3 ponts principaux. Tous rendant hommage à quelqu’un de par leur nom. Le plus vieux est le Pont de pierre, également appelé pont Napoléon. Il a été inauguré en 1822, mais a rencontré bien des modifications. D’abord en 1954, il a été élargi, puis récemment avec les travaux sur la ligne du tram A reliant les villes de la rive droite au centre de Bordeaux. En ce moment, ce pont reçoit une aire piétonne, les voitures n’étant plus autorisées à utiliser cette voie, seuls les piétons ont droit d’emprunter les trottoirs et idem pour les cyclistes sur les routes. Le second est le pont François Mitterand, qui pour lui a été inauguré par le Président alors au pouvoir, en 1993. Ce pont marque surtout la fin du contournement de la ville, le début de la proximité avec Rives d’Arcins. Le troisième quant à lui rend hommage à l’ancien maire de Bordeaux, Jacques Chaban-Delmas. Inauguré par François Hollande en 2013, au départ appelé Bacalan-Bastide de par sa localisation, il est le premier pont de Bordeaux, à l’image futuriste.

Conçu par Bordeaux Métropole grâce à l’architecte Clément Blanchet, ce pont portera un nom féminin ce qui est plutôt rare. Une première à Bordeaux puisque tous les ponts bordelais avaient un nom masculin jusqu’à présent. Pour essayer de rétablir la parité hommes/femmes et afin de lui rendre un dernier hommage pour son immense “grande carrière” selon les dires d’ Alain Juppé, le nom émouvant de Simone-Veil a donc été choisi pour ce futur pont métropolitain, bordelo bèglo floiracais. Maintenant si on veut rétablir une parité entre noms féminins et noms masculins pour les ponts de Bordeaux, il y a encore du chemin à parcourir et le plus facile à rebaptiser serait le pont d’Aquitaine qui pourrait facilement être rebaptisé pont Aliénor d’Aquitaine mais pour le pont Saint Jean qui tient son nom de la proximité avec la gare et pour le pont de pierre signifiant qu’il est bâti en pierre alors qu’il y a beaucoup de briques, les contorsions seraient compliquées.
Après les discours les invités ont eu droit à un film de présentation du pont Simone-Veil avec les diverses étapes de sa construction en images virtuels fournissant ainsi une vue de ce qu’il sera. Un rendez-vous symbolique pour trois maires de la Métropole. Dirigés vers le lieux des travaux du pont, un clic a permis d’allumer des faisceaux lumineux afin de montrer le trajet et la conception finale du pont, au-dessus de la Garonne.

Ecrit par Mariana Tanchaud

Ecrit par Rémy Chabot

Etudiant à l’ENJ Bordeaux.


Recherche

Nous suivre

Vous pouvez nous suivre sur les différents réseaux sociaux ci-dessous!


Newsletter!

Recevez directement le nouvelles actualités de Bordeaux Gazette.

Petites Annonces Bordeaux Gironde

Nous suivre sur Facebook

Agenda