Bordeaux

Odezenne : rencontre avec ces « branleurs-bosseurs »

A l’occasion du festival Ocean Climax, Bordeaux Gazette et Super Bobine se sont associées pour interviewer Odezenne. Rencontre avec le groupe, quelques heures avant leur concert.

C’est un retour au bercail pour Alix, Jacques et Mattia originaires de Bordeaux. Un « stress particulier » aussi. « C’est bizarre d’avoir été défendre l’album partout ensemble. On a que de bons souvenirs et l’envie de bien faire. » Ils se définissent à Clément Corbiat qui mène l’interview comme des « branleurs-bosseurs ». « Branleurs » car il faut « toujours penser qu’en face de toi, c’est un terrain de jeux ». « Bosseurs » car ce sont des artistes indépendants et autodidactes, qui ont notamment réussi à remplir l’Olympia. « L’Olympia ça part d’un délire dans un bar. » Un pari risqué quand on sait qu’il faut débourser « 25000 euros sans avoir vendu un ticket » pour réserver la salle. Après coup (réussi), ils pensent : « c’est chelou l’Olympia ». Ils aiment jouer dans des petites salles, où « le rapport à la scène est différent ».
Ocean Climax est une festival écologiquement engagé, nous abordons donc cette question avec le groupe. « On est devenu végétariens tous les trois par considérations écologiques. » L’écologie est selon eux une question de respect. Pour cela, il ne suffit pas de faire « culpabiliser les citoyens », « c’est aussi la question de la décroissance et la responsabilité sociale des entreprises. C’est l’enjeu de l’humanité.Il y a des gens très motivés qui œuvrent » déclarent-ils. »

Les réseaux sociaux sont leur principaux moyens de communication. « On a suffisamment de succès pour faire cent dates par an, mais pas assez pour passer à la radio. » En ce qui concerne la télévision : « je ne vois pas dans quelle émission vous voulez faire ça. »
En effet, les auteurs de « Je veux te baiser » ne sont pas adeptes du politiquement correct. Avec « Odezenne à la demande », ils lancent un concept novateur. Ce sont aux fans de décider dans quelles villes passe leur tournée, en votant en ligne. Bordeaux a évidemment fait parti de leur tournée. C’est également par Facebook que le groupe a annoncé un concert surprise et à prix libre aux « Lectures Aléatoires » de Bordeaux. Ce fut complet, le groupe a ajouté une deuxième date avec succès.
Aujourd’hui ils travaillent sur un grand projet, ils sont en train de monter un festival à Bordeaux : « un truc qui défonce ! » La programmation devrait être dévoilée en novembre. En attendant, ils assurent qu’ « il y aura du lourd ».
Interview de Clément Corbiat de Super Bobine transcription Marie Verger

Ecrit par Marie Verger


Recherche

Nous suivre

Vous pouvez nous suivre sur les différents réseaux sociaux ci-dessous!


Newsletter!

Recevez directement le nouvelles actualités de Bordeaux Gazette.

Petites Annonces Bordeaux Gironde

Nous suivre sur Facebook

Agenda