Angoulême

Musée de la bande dessinée à Angoulême

L’œuvre de René Goscinny est truffée de références et clins d’œil au cinéma : dans Astérix, Le Petit Nicolas sans oublier Lucky Luke ! Cinéphile averti, Goscinny s’est nourri des classiques américains et européens avant que le cinéma ne s’empare de ses créations et les projette sur grand écran avec un succès jamais démenti depuis plus de cinquante ans.

L’exposition « Goscinny et le cinéma, astérix, lucky luke et cie » explore cet aller-retour fécond dans une présentation riche, variée, instructive et amusante : costumes, affiches, dessins... et surtout des dizaines d’extraits de films. Scénariste d’Astérix et de Lucky Luke, auteur avec Sempé du Petit Nicolas, René Goscinny entretenait un rapport d’exception avec le cinéma : nourri dès son plus jeune âge aux classiques de l’humour hollywoodien et français, aux dessins animés et aux westerns, il y a trouvé le goût de raconter des histoires, drôles car telle était sa nature. Humoriste génial, parodiste d’exception, il a souvent repris pour s’en moquer les classiques du grand écran. Ses lecteurs le savent bien... Dès les années 1960 et le succès d’Astérix, le cinéma s’est emparé de son univers. Goscinny, avec ses complices Uderzo et Morris est alors devenu scénariste et réalisateur de films, avant de lancer les studios Idéfix, première tentative ambitieuse de productions de dessins animés « à l’américaine ». « Je crois qu’il faut écrire pour la bande-dessinée comme il faut écrire pour le cinéma. » René Goscinny

Ami et complice de Pierre Tchernia, il a travaillé avec lui pour la télévision avant de rédiger le scénario du Viager devenu, depuis sa sortie en 1972, un classique de la comédie « à la française ». Depuis sa mort brutale en 1977, des dizaines de dessins animés et de films en prise de vue réelle inspirés des personnages de « Goscinny ont été produits, avec un succès populaire jamais démenti. L’exposition Goscinny et le cinéma, Astérix, Lucky Luke et Cie » met en pleine lumière cette histoire méconnue dans un présentation d’une exceptionnelle richesse : des costumes de Monica Bellucci, Gérard Depardieu et Alain Delon au César d’honneur à titre posthume qui fut attribué à Goscinny en 1978, en passant par les scénarios, les planches de Morris, les dessins de Sempé et des dizaines de croquis, story-boards, photos et surtout les dizaines d’extraits de films et d’émissions TV,... Ce sont des centaines de documents que le spectateur est invité à découvrir dans une scénographie à la fois claire et ludique. Une occasion de passer devant la gare d’Angoulême pour apercevoir son obélisque érigé sur le parvis et qui offre un moment de lecture à déchiffrer.
Goscinny et le cinéma
Musée de la cité de la bande dessinée
quai de la Charente
Angoulême
jusqu’au 2 janvier 2019

Ecrit par Bernard Lamarque


Recherche

Nous suivre

Vous pouvez nous suivre sur les différents réseaux sociaux ci-dessous!


Newsletter!

Recevez directement le nouvelles actualités de Bordeaux Gazette.

Petites Annonces Bordeaux Gironde

Nous suivre sur Facebook

Agenda