Bordeaux

Muriel Rodolosse « propose » à l’Institut Bernard Magrez …

Muriel Rodolosse qui présente dans le grand salon du château Labottière, une proposition picturale autour d’un tableau monumental intitulé « Centralia La grande faille », est venue à la rencontre du public, le mardi 5 janvier 2016, dans le cadre des mardis culturels de l’Institut Bernard Magrez.

Une artiste reconnue

Cette jeune quinquagénaire qui vit et travaille principalement à Bordeaux, fut la première française en résidence à Chicago en 1996. Grand prix du Jury du Salon d’art contemporain de Montrouge en 2000, de la Biennale d’Issy-les-Moulineaux en 2004, elle est invitée en 2011 par le Frac Aquitaine pour une exposition très favorablement remarquée. Ayant par ailleurs séjourné dans de nombreuses résidences en France et à l’étranger, elle prépare actuellement une exposition pour l’Interkulturel Museum d’Oslo.

Eprise de liberté

Elle n’a jamais peint sur toile, car : « trop souple » dit-elle et lui préfère un support lisse et plus neutre, le plexiglas. « Rigide et transparent, il permet de franchir le plan zéro du support et de passer toute la peinture à l’arrière ». L’artiste construit ainsi le tableau dans son inversion, la hiérarchisation des plans est inversée. Entre face lisse exposée au regard et la face intérieure, sorte de coulisses, se joue le lieu de la peinture, entre ce qui est montré et ce qui est caché. Le support transparent adopté par l’artiste dès son premier séjour à Chicago en 1996 va à partir de 2000, devenir son geste pictural. L’idée que derrière ce que l’on regarde se cache l’autre face du monde apparaît comme fondamentale dans la démarche artistique et philosophique de Muriel Rodolosse.
Centralia la grande faille
La catastrophe de « Centralia la grande faille »

C’est lors de sa première résidence aux Etats-Unis à la John David Mooney Foundation que Muriel découvrit Centralia, ville minière de Pennsylvanie. L’abandon de l’exploitation des mines transforma une de ses entrées en décharge publique, laquelle pour des raisons incertaines, prit feu en 1962. Le taux de monoxyde de carbone augmentant, les habitants durent quitter leur maison et la ville fut peu à peu détruite alors que les géologues estiment que le feu des galeries souterraines devrait encore polluer pendant plus de 200 ans.

Et Muriel Rodolosse d’évoquer la nature qui n’est en rien effrayante mais qui le devient en raison des actions de l’homme. L’homme apparemment tout puissant mais incapable d’arrêter le « feu » de la Révolution industrielle, l’homme au centre de tout, tout puissant, incapable de concevoir l’interdépendance, le vainqueur tout prêt cependant de devenir le vaincu, à l’image d’une de ses œuvres où la tête d’Hercule prend la place de celle du Centaure.

L’installation de l’exposition

Soucieuse d’inscrire avec justesse l’exposition dans le grand salon du Château Labottière, Muriel retient de ce lieu l’idée du salon littéraire du XVIIIème siècle, lieu de réunion, d’effervescence intellectuelle et de débats d’idées. Le mariage est réussi, grand salon bourgeois et œuvres de l’artiste sont parfaitement « mis en tension » comme le dit l’artiste, où l’immense tableau de « Centralia, La grande faille » prend la place de la cheminée tel un grand brasier.

Un intense questionnement

L’homme n’est-il pas en train de faire fausse route et d’hypothéquer l’avenir de la planète ? L’idée de nature, les limites du pouvoir, les perversions et autre impuissances de l’argent face au défi climatique qui se présente, autant de questions que Muriel Rodolosse ne cesse de se poser et de nous poser, et d’ajouter : « Aujourd’hui l’homme est en conflit avec la nature et ça ne peut plus durer ».

De nombreuses œuvres de l’artiste ont suscité d’emblée le silence méditatif du public, histoire peut-être d’identifier un peu mieux la face cachée, les coulisses …..

Une soirée artistique et quelque peu studieuse tout à fait réussie.

Ecrit par Dominique Mirassou


Recherche

Nous suivre

Vous pouvez nous suivre sur les différents réseaux sociaux ci-dessous!


Newsletter!

Recevez directement le nouvelles actualités de Bordeaux Gazette.

Petites Annonces Bordeaux Gironde

Nous suivre sur Facebook

Agenda