Bordeaux

« Monsieur de Pourceaugnac » ensoleille les planches de la Lucarne

La compagnie l’œil nous offre en ce moment une comédie de Molière survitaminée « Monsieur De Pourceaugnac ». A l’origine c’était une farce ballet où se mêlaient comédie, musique et danse préfigurant nos comédies musicales actuelles.

Bien sûr, il a fallu l’ingéniosité du metteur en scène Jean-Pierre Raison et de son assistante Nicole Tajan-Lucas pour limiter à l’essentiel cette machinerie qui était à l’époque mise en musique par Lully qui y dansait et chantait tout en jouant du violon…la pièce fut représentée le 6 octobre 1669 à Chambord devant le Roi. On en comprend l’enjeu ; l’œuvre était destinée à divertir et amuser la cour et surtout son astre central Louis XIV…elle eut beaucoup de succès.

Pari réussi, d’abord pour Molière, mais aussi aujourd’hui pour la compagnie l’œil, pas de feux d’artifice ni d’orchestre et les ballets sont plutôt réduits, mais il y a quand même une bonne dizaine d’acteurs sur scène qui parfois jouent plusieurs rôles, et surtout l’esprit est là, l’énergie et le rythme servis par des comédiens qui ne se ménagent pas, respectant avec ardeur le souffle puissant de cette comédie. Les costumes et la lumière participent de cette féerie de joie et de couleurs.

Le sujet principal ; le mariage arrangé pourrait paraître désuet (encore que dans certains pays cela soit toujours d’actualité), mais le propos donne l’opportunité de rire du malheur des personnes trop naïves aux dépens de celles qui les manipulent…il est évident que l’on ne se reconnaît ni dans un camp ni dans l’autre… encore que…dans une vie, rares sont ceux qui ne se sont pas fait un jour embobiner par un plus roublard qu’eux et n’ont pas aussi un peu joué avec l’ingénuité d’un autre…où peut-être me trompé-je ?

Un bourgeois veut marier sa fille à un avocat limousin ou Limougeaud en tout cas un habitant de Limoge… Pourquoi un Limousin ? Plusieurs théories s’affrontent confer Mikhaïl Boulgakov dans « la vie de Molière »…quoiqu’il en soit, Oronte choisit pour sa fille un avocat, un certain Monsieur De Pourceaugnac, parce qu’il a entendu dire qu’il était fortuné alors que sa fille préfèrerait épouser Eraste aux revenus plus modestes et qui partage ses sentiments. Ce dernier avec l’aide d’un Napolitain très dégourdi va imaginer les stratagèmes les plus divertissants pour disconvenir ce rival qui doit rencontrer pour la première fois sa fiancée et son futur beau-père.

Les médecins, les juristes et les apothicaires (aujourd’hui, on les appelle des pharmaciens) cibles préférées de Molière, sont là, représentés avec leur arrogance et leur toute-puissance et si aujourd’hui les choses ont évolué (?) on aime encore à entendre les tours de force inventifs des dialogues. Le but de Molière n’est pas de nous faire réfléchir, ce qu’il veut c’est d’abord nous faire rire et pour cela il se met en quatre et le fait est qu’il a des choses à dire sur la société et plus généralement sur l’humanité.
Quelle bonne idée de nous proposer cette pièce tourbillonnante ou l’espièglerie tout autant que la langue célèbre ce qu’il y a plus attachant dans notre esprit français.
10, 11, 12, 17, 18, 19, 20 mai à 20h et le 21 mai à 15h30,N n’attendez pas, ce n’est que jusqu’au 21 mai
Théâtre La Lucarne,
3 rue de Beyssac (à 2 minutes de l’arrêt du tram Saint Michel).
05.56.92.25.06
Théâtre-la-lucarne.com