Bordeaux

Les voeux de Vincent Maurin

Habitude prise au cours de son mandat municipal, Vincent Maurin n’a pas failli à cette tradition et ce sont plus de cent personnes qui sont venues répondre à ses voeux à la salle du point du jour.

Vincent Maurin jouit d’une côte de popularité personnelle acquise lors de son passage au conseil municipal de Bordeaux et par son travail sur le terrain. Sa disponibilité est toujours sans faille pour ceux qui en ont besoin, ce qui fait que, quoi qu’il organise, il a toujours un public d’amis et de connaissances qui le suivent. Pour ces voeux, même son éditeur avait fait le déplacement depuis le quartier de la gare à la plus mauvaise heure, pour assister à la soirée qui, après le mot d’accueil de Vincent Maurin, s’est poursuivie par un apéritif et un repas. Lors de son discours, c’est un peu, voire beaucoup, le futur candidat à la députation sur la première circonscription que l’on a entendu ; puisqu’il a été choisi par son parti pour les prochaines législatives. Il en a profité pour égratigner courtoisement Sandrine Doucet, regrettant que cette dernière ne précise jamais la teneur de ses votes à l’Assemblée Nationale pour l’information de ses électeurs. Il a bien sur évoqué les problèmes de Bacalan qui aujourd’hui reçoit une nouvelle population mais qui est dans l’impossibilité de scolariser correctement ses enfants. Pour lui, en tant que directeur d’école, tout ceci a un petit air de scandale d’autant que le Collège privé un moment envisagé à Ginko ne se fera pas par manque de financement.

Cette petite réunion avait donc un avant goût de campagne électorale car Vincent Maurin a présenté sa suppléante pour la candidature à la députation, Lucie Belrain et il en a profité pour donner un petit aperçu de ce que les communistes proposent avec leur programme "La France en commun " qui a été élaboré à partir de la rencontre de 400.000 personnes et 65.000 questionnaires remplis. Bien sûr dans la tête des gens de la base, l’idée essentielle reste de partager la richesse car de la richesse, il y en a, mais elle va toujours au même endroit. Pour sa part il souhaite la nationalisation d’une grande banque, la Société Générale pour ne pas la nommer qui pourrait faire son vrai travail de banquier alors qu’aujourd’hui la seule préoccupation c’est surtout ne pas perdre d’argent. A n’en pas douter, Vincent Maurin fera campagne sur les thèmes avancés dans ce petit opuscule de 70 pages mais toujours en relation avec les problèmes que rencontre Bacalan afin de rester en prise directe avec le vécu des gens localement. S’agissant de l’emploi c’est toujours le sujet du refit qui est d’actualité aux bassins à flot et qui lui sert d’exemple. Le discours de Vincent Maurin n’est jamais déconnecté de la vie locale quel que soit le sujet abordé.

Ecrit par Bernard Lamarque


Recherche

Nous suivre

Vous pouvez nous suivre sur les différents réseaux sociaux ci-dessous!


Newsletter!

Recevez directement le nouvelles actualités de Bordeaux Gazette.

Petites Annonces Bordeaux Gironde

Nous suivre sur Facebook

Agenda