Le Bordeaux Etudiants Club, doyen des clubs universitaires …



Publié le 23 décembre 2016 à 12:06

Culture

Fondé en 1897 par un jeune étudiant en médecine, Paul Fournial, le BUC devint en 1903 le BEC , section sportive de l’Association Générale des Etudiants de Bordeaux, faisant ainsi du BEC, le doyen des Clubs Universitaires français.
Histoire de ce club légendaire et oh combien incomparable !


Deux dirigeants fondamentaux et hors du commun

Raymond Ferrand, Président de la section natation durant quatre décennies, deux fois Président général du club. Féru de culture classique, il est l’auteur de poèmes épiques sur le journal rose du BEC sous la signature de Ramuntcho de Leyteiros ou Triton l’ancien médecin résistant, compagnon de lutte de Georges Tissot, béciste lui aussi. Une stèle commémorative à Mériadeck, témoigne du passé de résistant de ce dernier.

Nelson Paillou, le plus grand « dénominateur » du BEC. Président fondateur du Hand-Ball béciste (1943), il avait 18 ans ! Deux ans plus tard, il devient Secrétaire Général du club et le restera pendant 25 ans. Président de la Fédération Française de hand-ball, Président du Comité Olympique Français, co-fondateur de l’AROEVEN, animateur et éducateur hors-pair, homme de terrain et de réflexion, il fut le type même du grand dirigeant humaniste. Il était pupille de la nation.
Raymond Ferrand et Nelson Paillou

Un athlète emblématique 

Gabriel Sempé, personnage hors normes, athlète et médecin de grande culture, 15 fois champion de France en 110m haies, pentathlon, saut en longueur, recordman de France 14 années durant, 18 fois champion de France Universitaire, il truste les titres en sprint, sauts et lancers. Il participe aux Jeux de Paris et d’Amsterdam. Erudit, collectionneur d’objets anciens (Egypte), un square Gabriel Sempé a été inauguré à Tarbes en juin 2006. Adepte enjoué de canulars et autres facéties, incarnation quasi parfaite du Béciste accompli, il était né le premier avril 1901 …

Un barde érudit et paillard 

Nelson Sucq : Célèbre soliste du disque des chansons du BEC. Béret sur la tête et moustache gourmande, autodidacte parfait connaisseur de l’histoire de la ville de Bordeaux, numismate et bibliophile averti, il a légué à la ville de Bordeaux de nombreuses pièces et précieux documents. Décoré de la légion d’honneur pour faits de guerre, il fréquentait assidûment les sociétés savantes bordelaises. Dévoué, il prit souvent en charge les maillots du rugby. Un esthète érudit, sous le masque d’un clown, on ne peut plus béciste !

De grands champions 

De nombreux champions et championnes médaillés tels ou telles, Colette Besson, Brigitte Latrille, Patrick Bourbeillon et autres F. Krantz, Boussemard, Massé, Sempé, Allard, Rouquet, Noble, Tokatlian, Gueguen, Guidicelli, Guiguet, etc…. , nos excuses aux très nombreux autres.
Colette Besson

Mais aussi …

De nombreux pratiquants acharnés, vaillants, toujours prêts au combat sur tous les terrains et toutes les surfaces, très souvent rois du canular, de la troisième mi-temps créative et dont les frasques légendaires alimentent toujours la conversation. Tantôt drag-queens, faux joueurs de rugby écossais, faux membres de la secte Krishna, sans oublier de nombreuses sorties et tournées internationales qui ont impressionné le public très loin de nos terres. Mais encore les défilés et autres tableaux d’équipes entières, de joueurs au physique plus ou moins avantageux totalement dénudés, appréciés à leur juste valeur par la gent féminine surprise et ébahie par tant de beauté athlétique !

Une équipe de bénévoles sans lesquels le souffle et l’esprit de ce club auraient depuis longtemps disparu des terrains, dans une période où l’environnement de la pratique sportive n’est guère favorable à un club comme le BEC. Un esprit en tous points incomparable et même indéfinissable, esprit Béciste qui ne quitte jamais ceux qui ont connu l’initiation, que ce soit sous les douches sulfurées inoubliables du vieux stadium ou désormais sur les terres de Rocquencourt, mais aussi dans tous les vestiaires et lieux festifs. Une proximité émouvante, virile, tapageuse, mais aussi respectueuse et discrète vient alors renforcer les anneaux d’une fraternité qui en a bien besoin.

Sérieux mais pas trop, très souvent moqueur, non sans panache, le Béciste est peut être aussi un humaniste qui prend cependant un certain plaisir à l’ignorer ou du moins à faire semblant …

Conclure, chers lecteurs, en vous offrant le Poème d’André Delage, Etudiant et Béciste en 1923, vous permettra sans aucun doute de mieux comprendre ce que je viens tant bien que mal d’essayer de vous dire :

« Le BEC, mon jeune ami, pour nous, c’est un panache ».

« Comprenne qui pourra !
Ce que c’est que le Bec ? O fangeuse ignorance
Vous ne savez donc plus votre histoire de France.
Peut-être lisez-vous les poètes hindous,
Laissant aux pauvres gens les gloires de chez nous.
Ce que c’est que le BEC ? L’idéal magnifique
Qui veut dans un corps sain un esprit éclectique.
Le BEC c’est un éphèbe au front lourd de lauriers,
Qui sait chanter les vers et vaincre un lévrier,
C’est la fête du muscle au rythme des cithares,
C’est Milon de Crotone … et c’est aussi Pindare.
Le BEC c’est la gaîté narguant les noirs destins,
Un hymne glorieux au son des tambourins.
C’est le flambeau sacré et c’est l’enthousiasme,
C’est la fine satire et jamais le sarcasme.
Le BEC, mais c’est un peu notre pays natal,
Truculente Gascogne et son vin triomphal,
C’est le beau fandango des idylles champêtres,
A l’ombre du fronton, le dimanche après vêpres,
C’est le beau ciel de Pau paré d’or catalan.
C’est la calme Charente et ses pampres ardents.
C’est les gars charpentés des côtes morbihanes
Chantant pour s’étourdir des danses korriganes.
C’est tout cela le BEC et quelque chose encore.
Notre richesse, à nous, qui n’avons jamais d’or,
Notre orgueilleux blason, balafré mais sans tache,
Le BEC, mon jeune ami, pour nous, c’est un panache ».

Paul Fournial
Voilà qui est dit, et bien dit ….

Comme tous les clubs sans or mais non sans panache le BEC souffre, son existence quotidienne est loin d’être un long fleuve tranquille, mais il ne se plaint pas.

Serait-ce parce qu’il b…e encore, certainement, et il n’est pas permis d’en douter. … Nul besoin de comprimés bleus, du moins pour l’instant ...


Dominique Mirassou


Populaire dans cette rubrique Sur le même sujet

Bordeluche et Grisettes …

| le 17 mars 2017
« Où as-tu serré la gueille à gringonner ? A la souillarde ? ». Pas sûr que tout le monde comprenne et que quelques-uns parlent encore le « bordeluche » dans notre bonne ville, tant l’ère de la (...)

YouTube et Histoire : un nouvel outil « pour attiser la curiosité »

26 décembre 2015 11:53

Rosa Bonheur, peintre, lithographe et sculpteur …

24 février 12:33

François Mauriac vous reçoit au Jardin-Public …

17 février 09:26

Bordeaux 1599, François de Sourdis : Un jeune cardinal autoritaire, fougueux et intransigeant …

10 février 15:21

Bordeaux et le vin, une très longue histoire …

27 janvier 12:13
RECHERCHE
 
Petites annones Bordeaux Gironde
Le service de petites annonces de Bordeaux Gazette
 
Dernières Annonces
Urgent Recherche appartement T3
localisation de l'annonce Bordeaux Location
Lire +
Réunion de présentation
localisation de l'annonce Bordeaux Autres
Lire +
cherche Java
localisation de l'annonce Saint-Médard-en-Jalles Animaux
Lire +
Bordeaux Photographie
localisation de l'annonce Bordeaux Décoration
Lire +
Un village LEGO® à Bordeaux Lac
localisation de l'annonce Bordeaux Autres
Lire +
Déposer votre annonce gratuitement