Bordeaux

La réussite de la LGV

En une année la SNCF a pulvérisé tous les records de fréquentation entre Bordeaux et Paris, la jonction avec les TER a été d’un apport conséquent ainsi que le trafic jusqu’à Toulouse.

Réuni dans le salon Grands Voyageurs de Bordeaux Saint Jean Gwendoline Cazenave, directrice de TGV Atlantique, Philippe Bru, directeur régional SNCF, Nicolas Florian adjoint au maire chargé des finances, des ressources humaines et de l’administration, représentant Alain Juppé, maire de Bordeaux et Alain Rousset, président de la Région Nouvelle Aquitaine ont fait le bilan très positif d’une année d’exploitation de la nouvelle desserte du TGV Atlantique entre Bordeaux et Paris en 2 h 04 avec les gains de temps générés au départ de nombreuses destinations avec la mise en coordination des horaires des TER et de la LGV qui ont atteint des résultats remarquables parfois bien au delà de ceux espérés. C’est Gwendoline Cazenave qui a pris la parole en premier pour saluer les présents de ce point de presse et elle débuté son discours en précisant : "Depuis juillet dernier ce sont 18 millions de voyageurs qui opnt emprunté cette ligne, plus 27 % de trafic et si on regarde juste Bordeaux ce sont 6 millions de voyageurs qui ont emprunté la ligne et plus 70 % de trafic" L’heure gagnée entre Bordeaux et Paris et les fréquences de départs ont créé un appel de voyageurs qui se mesure aisément dans les chiffres avec des liaisons centre ville à centre ville. Elle a souligné la volonté de créer une offre pour tous, pour les jeunes qui int doublé leur relation entre Paris est l’Ile de France, l’offre low cost avec Ouigo au départ de Paris Vaugirard avec des prix d’entrée très bas. La clientèle professionnelle a doublé et dès la fin de l’année toutes les liaisons Paris Bordeaux, Paris Arcachon et Paris Hendaye seront réalisées avec des rames Océanes.

Nicolas Florian, représentant Alain Juppé ; Philippe Bru, Directeur Régional SNCF ; Alain Rousset, Président de Nouvelle Aquitaine et Gwendoline Cazenave, directrice de TGV Atlantique

Philippe Bru a pris la parole pour sa part pour mettre en valeur l’intérêt de ce retour sur un vrai succès "cela a été dit fierté, beaucoup d’enthousiasme dans cet élan qui a été lancé le 2 juillet de l’année dernière. C’est plus de trains, plus vite et une fréquentation au delà de nos espérances". C’est d’autant plus un succès que c’est un succès populaire comme l’a souligné le directeur Régional SNCF que toutes les catégories ont augmenté leur fréquentation et que le TER a été en synergie en remettant à plat 85 % des horaires "c’était un vrai pari et il a été réussi avec 25 % de croissance". Une redynamisation de certaines lignes avec la correspondance TGV a eu lieu et il a précisé que même si les relations avec la clientèle a été difficile durant le dernier trimestre, la direction régionale SNCF s’emploierait à faire plus d’offre à la clientèle. Nicolas Florian représentant Alain Juppé a précisé " qu’il y a des anniversaires qui se fêtent par nature et il y en a qui sont célébrés". Pour lui quelle que soit la période les collectivités ont été main dans la main sur le projet et au delà du succès, cela a été un formidable accélérateur pour la ville. Il a mis en avant "toute la politique de l’inter modalité avec la Région qui se construit", le bien fondé d’avoir demandé de nombreuse fréquences qui se sont avérées judicieuses. "On est très fier d’être à vos côtés et d’afficher une ambition d’aménagement du territoire" permettant ainsi de repositionner Bordeaux comme étant une grande capitale régionale "qui regarde au Nord, qui pourra regarder au Sud, regardez à l’Est"

Ouigo au départ de Matabiau

"D’abord moi ce que je voudrais dire, c’est pas simplement le fait d’être rassurer, sur l’économie de la Grande Vitesse, même si on a besoin de ce succès, parce que le modèle LGV Grande Vitesse était tellement attaqué de toute part y compris dans votre grande maison, on avait besoin de ce succès, un succès qui est à la fois quantitatif et qualitatif" a attaqué Alain Rousset qui a fait remarquer que ce que l’on avait baptisé le train pour les cadres sups était en fait le métro faisant remarquer que le succès quantitatif retentissez sur l’économie de la grande Vitesse. Il rappelle les prédictions du type cette ligne sera déficitaire et en fait elle n’est pas déficitaire cela justifiant la bataille avec le Sud que les élus de la grande région soutienne."Nous ne pouvons pas ne pas aller en Espagne, nous ne pouvons pas ne pas aller jusqu’à Toulouse". Il a mis en cause les décisions du Tribunal Administratif de Toulouse avançant que le modèle économique n’est pas bon alors qu’aujourd’hui les résultats d’augmentation de la fréquentation de Toulouse est de l’ordre de 60 % d’augmentation de la fréquentation. "On est dans des succès incroyables" et à cette lumière les études sur Bordeaux Hendaye et Bordeaux Toulouse vont être repris. "Ce succès est énorme, c’est un succès de tranquillité, c’est un succès de plaisir, c’est un succès de sécurité, le temps gagné est énorme" citant en exemple Cognac 35 minutes et Lesparre 1 h 10 minutes. Il a mis en passant un petit coup de canif à l’avion ou il faut ajouter le temps d’embarquement alors que cinq minutes suffise pour prendre le train. Il a précisé qu’il ne mettait pas en cause l’avion qui remplit son rôle, mais il a mis en avance le rôle du TGV sur le plan National.

Ecrit par Bernard Lamarque


Recherche

Nous suivre

Vous pouvez nous suivre sur les différents réseaux sociaux ci-dessous!


Newsletter!

Recevez directement le nouvelles actualités de Bordeaux Gazette.

Petites Annonces Bordeaux Gironde

Nous suivre sur Facebook

Agenda