Union Bordeaux-Bègles

L’Union se déplace à Bayonne

Ce n’est pas ce match qui agite le monde du rugby ni même le départ de Raphaël Ibanez à la fin de l’année mais c’est la mort programmée d’un club plus que centenaire qui a donné ses premières lettre de noblesse au rugby français.

Deux capitaines d’industries qui sont plus prompt à regarder le fond de leur tiroir caisse qu’à comprendre la philosophie d’un sport qu’ils n’ont surement jamais pratiqué ont voulu dans le plus grand des secrets faire disparaitred’un trait de plume un club fondé en 1883. Ils ne sont pas si capitaines que cela car ils n’ont pas étaient capable de mettre sur pied un modèle économique pour chacun des clubs qui n’ont pas forcément le même type de public. Il est évident que quand on décide de dépenser 25 millions alors qu’on ne dispose que de 18, le club sera forcément en déficit et c’est ce qui arrive au Stade Français et la DNACG aurait du y mettre bon ordre, mais le propriétaire mettait la main à la poche. Il faut dire que cela se marie bien avec la politique du carnet de chèques de Lorenzetti (Cf embauche Carter). Quel culot de la part de Thomas Savare qui avance qu’il veut sauver le club alors que la fusion entre l’US Metro et le Racing est devenue Racing 92 en passant par la case Métro Racing. Du coup Toulon portera un brassard rose pour cette journée de Top 14 et l’UBB pourra ressortir les chausettes roses utilisées lors de la réception de Brive pour Octobre Rose. En attendant la nouvelle a redonné des ailes aux Bayonnais qui aimeraient bien doubler Grenoble car il apparait qu’il n’y aura qu’une relégation mais l’affaire est bien loin d’être terminée après la lamentable décision de reporter deux matchs. De son côté Christophe Dominici est clair "Je préfère un Stade Français en fédérale 3, qu’il perde son rang, mais surtout pas son honneur".
Ashley Cooper avec les chausettes roses
Bayonne aperçoit une possibilité de maintien à travers cet épisode tragique du rugby français et il entend bien essayer de le mettre à profit et c’est pourquoi l’Union se méfie terriblement de ce déplacement. Après la victoire face à Grenoble et sur le principe qu’on ne change pas une équipe qui gagne il n’y a que de faibles retouche en ce qui concerne le quinze titulaire avec le toujours jeune Jean-Baptiste Poux qui prend la place de Clerc qui se retrouve sur le banc et Dubié qui supplée a l’absence de Connor à l’aile sévèrement secoué samedi dernier. Il semble bien que c’est Jacques Brunel qui est en passe de prendre les rennes de l’Union car mardi matin Raphaël Ibanez était absent pour l’entrainement.
XV titulaire : 1-Taofifenua, 2-Avéi, 3-Poux, 4-Marais, 5-Cazeaux, 6-Madaule, 7-Chalmers, 8-Tauleigne, 9-Lesgourgues, 10-Hickey, 11-Dubié, 12-Lonca, 13-Spence, 14-Ashley Cooper, 15-Ducuing.
Sur le banc : 16-Brut de Rémur, 17-Poirot, 18-Jones, 19-Braid, 20-Doubrere, 21-Madigan, 21-Buttin 22-Clerc.
Au cas ou : 24-Kitshoff, 25-Botha, 26-Edwards, 27-Rey
Un certain nombre de joueurs se connaissent bien car il n’y a pas si longtemps ils étaient partenaires et cela pourrait provoquer quelques étincelles. A l’UBB, il ya encore du monde à l’infirmerie mais la situation s’améliore, de son côté l’Aviron récupère Monribot qui occupera le poste de troisième ligne centre. On peut être assuré que les bayonnais vont chercher à terrasser l’Union qui de son côté va chercher à confirmer le résultat acquis à Chaban la semaine passée.
Aviron Bayonnais vs Union Bordeaux Bègles
Stade Jean Dauger Bayonne à 18 h 30

Ecrit par Bernard Lamarque


Recherche

Nous suivre

Vous pouvez nous suivre sur les différents réseaux sociaux ci-dessous!


Newsletter!

Recevez directement le nouvelles actualités de Bordeaux Gazette.

Sur le même sujet

Petites Annonces Bordeaux Gironde

Nous suivre sur Facebook

Agenda